Le lait

Le lait

Première considération: aucun mammifère (à l'exception des humains) ne se nourrit de lait après le sevrage.
Deuxième considération: ceux qui mangent du lait doivent avoir une enzyme intestinale appelée lactase pour digérer le lactose. Cette enzyme se recrée.

Chaque espèce de mammifère a du lait qui est bon pour son petit, c'est-à-dire qu'il est équilibré, digestible, nutritif. Chaque race de chiot a besoin d'éléments qui lui sont indispensables: après quelques heures, le veau doit se tenir debout (le lait de vache contient un pourcentage élevé de calcium pour les os), l'enfant marche à la place après environ neuf mois. Seul le lait des femmes est correctement équilibré pour le bébé.

Les protéines de lait de mammifère sont de deux types principaux: la caséine et la lactalbumine, et toutes deux contiennent les acides aminés essentiels, c'est pourquoi elles sont appelées nobles. La caséine de vache en contact avec les sucs gastriques humains crée de gros caillots cohérents et élastiques qui endommagent le bébé; au lieu de cela, la caséine de la femme a de petits caillots mous, squameux et très digestes. Alors que la lactoalbumine humaine une fois digérée produit une charge métabolique à éliminer par voie rénale inférieure à la caséine (pour cette raison, elle est également bonne dans les systèmes rénaux des bébés prématurés).

Lorsque nous avons commencé à donner du lait de vache aux nourrissons, coïncidant avec la révolution industrielle, les femmes n'avaient pas le temps et la possibilité d'allaiter parce qu'elles devaient travailler. Les enfants avaient une diarrhée très grave qui a également entraîné la mort. La première chose que l'industrie a dû faire a été de manipuler ces pourcentages de protéines dans le lait de vache.

Dans le lait des femmes, il existe d'autres molécules protéiques vitales que l'on peut appeler «options de luxe» que l'industrie n'est pas en mesure de créer. Parmi ceux-ci figurent des anticorps dirigés contre les virus et les bactéries pathogènes, qui pénètrent dans le tube digestif du nourrisson (le virus de la poliomyélite, la salmonelle, la shigelle). Ces anticorps sont: le facteur bifidogène, un groupe de polysaccharides azotés (glycoprotéines) qui favorise le développement de Bacillus bifidus dans l'intestin du nouveau-né (c'est une bonne bactérie qui, une fois installée et reproduite dans l'intestin du nouveau-né, crée une barrière biologique aux infections et favorise l'absorption de divers nutriments), le lysozyme, qui est présent en quantités appréciables dans le lait des femmes et a également un bon effet bactéricide (on ne sait pas s'il est seul ou en combinaison avec d'autres facteurs présents dans le lait). Ensuite, il y a une protéine d'agression qui fonctionne presque comme un anticorps: c'est la lactotransferrine qui s'approprie le fer étranger qui est entré dans le lait, que ce soit celui des molécules organiques ou des bactéries pathogènes: ces dernières, si elles n'en ont pas suffisamment, ils ne peuvent pas croître et se reproduire et sont éliminés. Ces molécules, ainsi que les vitamines, sont considérées comme la partie la plus vivante du lait: quelqu'un les a appelées "vitalie".

Le lait des femmes contient des pourcentages de sucre plus élevés que le lait de vache, le lactose est 20% de plus.

Le lactose est composé de glucose et de galactose; ce dernier entre dans la synthèse des composés nécessaires à la formation des tissus nerveux et notamment du cerveau. Le lactose est à la fois une matière plastique et une substance énergétique, facilement digestible par les enzymes intestinales appelées lactase. Le lactose est le substrat des fermentations microbiennes: il est notamment transformé par les bactéries lactiques en acide lactique (cet acide provoque une série de changements organoleptiques et chimico-physiques dans le lait: il précipite notamment la caséine comme cela se produit dans la production de yaourt ).

Le lait maternel contient près de 90% d'eau. Au cours de la dernière période de la vie intra-utérine, environ 80% du poids corporel du futur enfant est constitué d'eau. Cette proportion reste la même qu'à la naissance. Au cours de la première année de vie, l'eau est réduite jusqu'à 65% pour rester constante par la suite tout au long de la vie.

De nombreux médecins se sont battus en faveur du lait de vache car ils affirmaient qu'il n'y avait pas assez de vit. D. Ces allégations étaient étayées par des études réalisées par l'industrie des préparations pour nourrissons. Cela s'est avéré faux: des recherches ultérieures avec des dispositifs appropriés ont révélé la présence de vit. D en parfait équilibre. L'administration préventive de vit. D, où il n'y a jamais eu de rachitisme, a fait plus de mal que de bien; parmi les dommages l'hypercalcémie idéopathique infantile. Le rachitisme est toujours causé par une mauvaise alimentation ou une nutrition inadéquate et une exposition insuffisante au soleil.

Il y a un autre aspect clairement en faveur de l'allaitement maternel: lors de la tétée, le bébé est en contact direct avec le corps de la mère et cela a un effet psychologique très important pour les deux. Cependant, la qualité de la nutrition de la mère avant et après est très importante car une alimentation saine et équilibrée permet au bébé de transmettre des nutriments précieux. Des analyses récentes d'échantillons de lait maternel effectuées à Imola et en Campanie ont révélé la présence de pesticides de telle sorte que s'il s'agissait d'un produit commercialisable, il serait immédiatement saisi. Qu'arrive-t-il aux seins de ces femmes avec ces dépôts de pesticides?

La bactérie Lactobacillus Acidophilus colonise à la fois le colostrum et la peau des seins des femmes qui allaitent: il n'est pas nécessaire de désinfecter le sein mais simplement de le laver. La flore intestinale des bébés allaités est constituée à 99% de lactobacillus bifidus, de nombreux bébés allaités au lait de vache ne possèdent pas cette bactérie.

Le lait a été dénigré à tort au cours des dernières décennies, en particulier par les adeptes de la nutrition macrobiotique, qui indiquent que le lait est l'auteur de toute une série de contre-indications pour la plupart fausses. Les macrobiotiques oublient de souligner certains points très importants: 1- Le fondateur de la macrobiotique était un Japonais et comme la grande majorité des Japonais ne digèrent pas le lait; 2- Le lait n'a jamais fait partie de leur culture alimentaire; 3- Nous sommes d'accord pour affirmer qu'une consommation exagérée de lait crée du mucus dans l'organisme, donc quiconque a ces problèmes doit s'abstenir de ces aliments pendant une certaine période; 4- Lors de la consommation de lait, le même jour, il est bon de ne pas manger même de produits laitiers pour que le corps ne soit pas fatigué, rappelez-vous également la source de protéines très constante, vous devez donc équilibrer les autres sources; 5- À retenir: cette source de nourriture a nourri des millions de personnes au cours des siècles, nous nous sommes donc adaptés à ce type de régime. Pourquoi pensez-vous que la vache est sacrée en Inde? Pour le simple fait qu'il se nourrit d'herbe qu'il trouve pâturage sans trop de dépenses et de nourriture au fil du temps. S'il est supprimé, il cesse de fournir son précieux lait. Ceci était également compris par les anciens Romains, de sorte que quiconque abattait une vache risquait des sanctions très sévères, cela n'était permis que pour des raisons très graves; 6- De nos jours, les principales pathologies sont dues à une alimentation exagérée. À une époque, le lait était une source principale de nutriments, pour ceux qui avaient la chance de l'avoir, et il donnait la possibilité de survivre, maintenant il est consommé en excès et il est également de mauvaise qualité.

Le lait de chèvre est le meilleur. On y retrouve l'énergie de l'animal. La chèvre parvient à vivre dans des environnements pauvres et hostiles, se contente de peu, mais est toujours vive et pleine d'énergie. Ceux qui ont des problèmes digestifs trouvent dans le lait de chèvre l'énergie pour restaurer la vitalité du pôle métabolique.

Le lait trouvé sur le marché est généralement du lait de vache ou de vache. C'est bien pour presque tout le monde, seules quelques personnes ne le digèrent pas car elles ont considérablement diminué l'enzyme lactase. Cette enzyme se stimule; il est utilisé pour digérer le lactose (sucre de lait).

Les protéines de lait sont complètes et faciles à assimiler; dans l'échelle de valeur biologique ils viennent immédiatement après ceux de l'œuf, il existe des différences selon le type de lait: cru, pasteurisé, stérilisé et d'origine.

Le rapport calcium-phosphore dans le lait permet la biodisponibilité maximale du calcium, et donc la calcification des os se produit même en l'absence de vit. D grâce au lactose. De plus, cette grande biodisponibilité du calcium est utile pour la prévention de l'ostéoporose. Rappelons que la source principale et irremplaçable de vit. D est le soleil. Trop de lait doit être évité, comme pour tout, et devient "décalcifiant".

Dans le lait, il y a aussi la carnitine, un acide aminé qui est un tonique musculaire et un métaboliseur des graisses. Le lactose de lait est un excellent aliment pour le cerveau, en particulier pour le bébé après le lait maternel et jusqu'à 6 ans. Grâce à ses sels de calcium et à la présence de tryptophane, le lait est un excellent régulateur du système nerveux.

Types de lait sur le marché:

- Pasteurisé: c'est le meilleur lait. Le lait est chauffé à 72-85 ° pendant 15 secondes puis conservé au réfrigérateur. De cette façon, la prolifération des germes pathogènes est stoppée et le lait ne perd pas ses pouvoirs nutritionnels, anti-infectieux et vitaminiques. Le lait pasteurisé ne doit jamais être bouilli, il ne fait que chauffer, sinon les nutriments sont perdus.

- Stérilisé: UHT (Ultra High Temperature); dans ce cas le lait est pour une plus longue période, d'abord chauffé à 80 °, puis de quelques secondes à 2 minutes il est porté à la température de 150 °, il y a stérilisation qui peut durer de 4 à 6 mois. Les vitamines n'existent presque plus et elles sont devenues un aliment qui n'est plus vital.

- Stérilisation totale: le lait est porté à des températures de 115-120 ° pendant 15-20 minutes et cela est conservé pour toujours. À mon avis, ce lait n'a absolument rien.

Le problème séculaire revient: avec quoi nourrit-on la vache aujourd'hui? Combien de médicaments sont administrés dans les fermes? Une fois où une vache produisant 20 litres de lait par jour était considérée comme une championne, maintenant une vache parvient à produire encore plus de 60 litres de ... "lait" .... il est difficile de donner ce titre à ce produit. Pour avoir une production aussi importante, il faut "stimuler" les animaux et le produit sera parfait selon la loi, mais pour nous qui recherchons un produit viable, il n'est pas vraiment adapté.

Aux États-Unis, l'utilisation d'hormones pour les vaches pour produire plus de lait est autorisée par la loi. Les Américains sont de gros consommateurs de lait et de viande, toujours très assaisonnés d'hormones. C'est peut-être la principale raison du fait que de plus en plus de filles à 5 ans ont un cycle menstruel régulier.

Relation pathogénique entre le diabète de type I et le lait de vache
La composition du lait de vache

Le lait de vache est composé d'environ 87% d'eau et 13% de solides:

- graisses (crème)
- minéraux
- les solides du lait, représentés par les sucres (lactose) et les protéines, qui sont: l'alpha-caséine, la bêta-caséine, la kappa-caséine et les protéines sériques. La bêta-caséine est la protéine présente dans le pourcentage le plus élevé.

Bêta-caséine
Il existe deux principaux types de protéine bêta-caséine, appelés A1 et A2. Il existe également d'autres variantes mineures en plus de ces deux types, mais elles ne sont actuellement pas connues.
Les bêta-caséines présentes dans le lait de vache sont constituées de 209 acides aminés dans une séquence fixe et la différence entre les types A1 et A2 réside dans un seul acide aminé. En fait, alors que le lait A1 a un acide aminé histidine en position 67, le lait A2 dans cette position a une proline.
La prévalence entre la protéine bêta-caséine A1 et A2 varie selon la race de vache et également selon la région. Dans le monde occidental, le type A1 est répandu, de la sous-espèce Bos taurus.

Les vaches asiatiques de la sous-espèce Bos indicus ne produisent pas de bêta-caséine de type A1.
Les vaches africaines, bien qu'elles soient principalement des Bos taurus, ne produisent toujours pas de bêta-caséine A1.
Les scientifiques pensent qu'une mutation des acides aminés s'est produite en position 8000 il y a environ 67 XNUMX ans, où la proline a été remplacée par l'histidine.
À ce jour, on sait que les deux principaux mécanismes pathogénétiques de la relation entre le lait de vache et le diabète sucré de type 1 sont:

- l'activité opioïde de la bêta-casomorphine-7, qui compromet le développement de l'immunité associée à l'intestin
- le mimétisme moléculaire entre la bêta-caséine et un épitope du transporteur GLUT-2, avec pour conséquence le développement d'auto-anticorps capables d'affecter les cellules bêta du pancréas.

Tiré du livre: "Diabète"par Marcello Pamio

Une autre raison soupçonnée d'être à l'origine de la mutation des acides aminés est le croisement entre les différentes races pour avoir une production plus élevée de lait et de viande.
Cette période de sélection pour créer des animaux à haut rendement peut avoir provoqué ces changements.

La même chose qui se passe avec les légumes qui, en raison de ces croisements, de sélections forcées, ne génèrent plus de nourriture dont notre corps a besoin.
La meilleure chose, mais cela reste un rêve, est de posséder les vieilles vaches génétiques, qui sont d'ailleurs en danger, ou la chèvre, pour que vous sachiez ce que vous mangez et que vous obteniez un lait frais, authentique et vraiment nutritif.