Coronavirus: il y a près de 3 mois, le ministère était déjà alerté

Coronavirus: il y a près de 3 mois, le ministère était déjà alerté

Nous nous étions promis de ne pas parler de la situation actuelle de Covid19, sauf pour deux aspects distincts, mais unis par une question unique et indissoluble: si quelqu'un est conjointement responsable du problème, comment peut-il également être résolu?

Le premier aspect qui nous amènera à parler de Covid19, mais nous y reviendrons bientôt, se concentre sur le virus est né. Pour nous, c'est une question absolument primaire: la réponse, comme conséquence logique, aide à comprendre qui a eu une responsabilité, avec ou sans malveillance, dans la propagation du pathogène. Car avouons-le: s'il s'agissait d'un incident et s'il s'agissait du laboratoire de Wuhan, notre OMS bien-aimée devrait donner plus d'une explication au monde entier.

Le deuxième aspect qui nous oblige presque aujourd'hui à parler de Covid19 est la réaction des institutions italiennes et mondiales.

Et nous y voilà. Hier 27 mars 2020, nous avons lu sur Il Fatto Quotidiano qu'il existe un document du ministère de la Santé daté du 5 janvier 2020 qui rapporte la note suivante: "... les signes et symptômes cliniques consistent principalement en fièvre, difficultés respiratoires, tandis que les radiographies thoraciques montrent des lésions invasives dans les deux poumons ... la survenue de 44 cas de pneumonie nécessitant une hospitalisation et constituant un cluster doit être considérée avec prudence ". De cette note, comme indiqué dans l'article, l'opinion publique n'était pas informée, pas plus que les médecins; les grappes de pneumonie virale qui se sont produites en Italie n'ont donc pas été traitées avec la prudence requise, selon ces informations.

Mais il y a plus, seul après le 21 février (lorsque l'Italie a eu son patient 1), une série de réunions institutionnelles et de réunions a commencé et, comme le déclare le professeur Antonio Pesenti, directeur de réanimation à la Polyclinique de Milan: le risque a été sous-estimé. Il explique des "simulations sur le développement de la contagion" qui ont confirmé qu '"il était immédiatement clair que les soins intensifs allaient faire mal" ... pour nous c'est un fait d'une gravité énorme, juste après n'avoir ni prévenu ni surveillé Janvier tous les clusters.

Ce qu'Il Fatto Quotidiano n'écrit pas, c'est que les respirateurs pour soins intensifs ont été commandés par Consip tender uniquement à partir du 10 mars 2020 et qu'aujourd'hui encore, il y a un dur affrontement entre les régions et le gouvernement, précisément pour trouver à la fois des respirateurs pour les thérapies intensives et sous-intensives et tout le matériel adapté au personnel de santé.

Nous recommandons de rester à la maison et de dessiner beaucoup d'arcs-en-ciel colorés, mais s'il vous reste du temps, il serait souhaitable de réaliser que quelque chose n'a pas fonctionné et toute une série de droits constitutionnels ont été levés pour la protection de la santé publique, la protection qui, de ce que l'on peut déduire de l'article d'Il Fatto, il n'a pas été mis en œuvre depuis le début. Comprendre aujourd'hui si la pandémie - ou du moins l'état d'urgence sanitaire qui se produit actuellement dans notre pays - a été causé par la négligence et / ou l'incapacité de quelqu'un, peut nous amener à formuler deux autres questions:

  1. Est-ce que toute personne qui a contribué à provoquer - ou à aggraver - le problème peut trouver une solution aujourd'hui?
  2. Les droits fondamentaux désormais abandonnés, tels que la vie privée et la liberté de circulation, combien de temps seront-ils TOTALEMENT restaurés?

source: https://www.ilfattoquotidiano.it/in-edicola/articoli/2020/03/27/coronavirus-quasi-3-mesi-fa-il-ministero-era-gia-allertato/5750662/