Covid-19: parlons de tests, d'analyses et de vaccins. Quel avenir nous attend?

Covid-19: parlons de tests, d'analyses et de vaccins. Quel avenir nous attend?
(Temps de lecture: 3-6 minutes)

Depuis quelques jours, il a commencé à apparaître dans le débat public sur les mesures pour contrer l'urgence "Covid-19", la théorie de "Licence d'immunité".

J'ai attendu un moment pour rendre publiques quelques réflexions sur le sujet, malheureusement cependant d'après ce que vous pouvez voir le concret de l'hypothèse semble confirmée…. Pourquoi dis-je malheureusement? À première vue, certaines personnes peuvent penser que cette idée de tester l'immunité des personnes à un virus est optimale, une réponse aux mesures de quarantaine; et pourtant ...

Commençons par une hypothèse: actuellement, personne ne connaît avec certitude l'immunité acquise par ce "virus".

Sera-ce une immunité permanente? Ce n'est pas connu.
La durée de l'immunité acquise par Sars-COv-2 n'a pas été estimée avec une certitude raisonnable. Ce qui a été confirmé, cependant, c'est que - comme toute la famille des coronavirus - cette variante est également sensible à des mutations assez importantes: "L'analyse de génotypage montre que les gènes codant pour les protéines S et l'ARN polymérase, l'ARN primase et la nucléoprotéine, subissent des mutations fréquentes . Ces mutations sont essentielles pour le développement d'un vaccin dans la lutte contre la maladie. "
https://arxiv.org/abs/2003.10965

Il est clair que cette incertitude relative à l'immunité acquise est fondamentale pour rendre absurde la question de la licence d'immunité.
Quelques questions qui se posent spontanément: est-ce qu'être immunisé signifie cesser d'être des porteurs sains? Qui a décidé ça? Où est-il prouvé?
Un individu, dans la pratique, peut être immunisé contre une maladie, car en le rencontrant, il a acquis une immunité naturelle de manière symptomatique ou asymptomatique, non?
Eh bien, quand aurait-il été établi sans équivoque qu'une fois acquise cette immunité, je cesserais de porter ce virus, au cas où je le rencontrerais? Qui a dit que le virus cesserait de "se loger" dans mon corps?
Parce que si ce fait n'est pas démontrable, et il ne l'est pas, nous sommes confrontés à une illusion hystérique.
L'immunité acquise par un virus permet à mon corps de le reconnaître et de ne plus développer la maladie lorsque je le recouvre: ce n'est pas un bouclier qui m'empêche d'entrer en contact avec lui !!!
De quoi babillons-nous?

"Un sujet peut être défini comme un porteur sain lorsqu'il a été contaminé par un pathogène et héberge le pathogène sans présenter de pathologie: il s'agit généralement de sujets immunologiquement résistants (généralement grâce à une immunité acquise précédemment), dans lequel les micro-organismes vivent comme des saprophytes, mais cela peut infecter des personnes proches, par exemple si elles sont moins résistantes "

Mais essayons de prendre du recul, car avant même de discuter de la validité technique (scientifique) de cette proposition, il est à mon avis fondamental de raisonnement "philosophique": qu'allons-nous rencontrer en effaçant cette hypothèse? Commençons-nous vraiment à discuter de la délivrance d'une sorte de «certificat d'immunité» pour permettre aux gens de vivre dans le monde en tant qu'individus «normaux» ou non?
nous sommes vraiment considérant, de nos jours, pouvoir limiter les libertés individuelles, la circulation, la jouissance des biens et des services, les rendant immunisés contre un virus???
Cela me semble une dystopie hypocondriaque absurde et paranoïaque, mais je dois noter que, malheureusement, ces délires ont beaucoup de place dans les médias: nous lisons aujourd'hui tous les jours des déclarations sur le mérite de cette stratégie innovante ... où voulons-nous aller?

Voulons-nous introduire (et accepter) l'idée que les individus, les gens, doivent démontrer qu'ils sont immunisés contre certains agents pathogènes pour avoir le droit de se déplacer librement? Coronavirus aujourd'hui et qui sait quoi d'autre demain? Est-ce que je frissonne juste de penser à cela comme une possibilité réelle? Sommes-nous conscients des implications?



Mais on va déjà plus loin avec les atrocités hypocondriaques, prenez par exemple la manie tampon: "vous devez faire l'écouvillon" et ainsi démontrer qu'il est - ou n'est pas - porteur du virus à un moment donné. Cela se produit déjà, et le recours à l'utilisation de tampons nasopharyngés à pleine diffusion dans la population.
Des trucs comme la fiabilité du test sont sous-estimés, car bon sang, nous sommes en urgence! Ainsi, la possibilité de refuser de se soumettre à une analyse médicale (et le droit au respect de la vie privée) au nom d'un test qui, compte tenu de l'urgence, n'a pas d'importance s'il fournit de potentiels faux positifs ou faux négatifs, ni dans quel pourcentage! !

Par exemple Dans cet article on évoque un% inquiétant du manque de fiabilité des tests utilisés (dits «écouvillons»). 


Par conséquent, nous évaluons des stratégies politiques, sociales et sanitaires qui ne sont pas étayées par une fiabilité scientifique suffisante. 



De toute évidence, tout ce qui précède ouvre à un besoin logique d’agir très, très prudemment sur l’utilisation d’un vaccin contre cette «maladie»: si je ne dispose pas de données fiables sur le taux de mutation et sur les sérotypes en circulation, si je ne dispose pas de données fiables sur la persistance de toute immunité acquise, comment puis-je prédire l'efficacité d'un vaccin? Et cela, comment affecte-t-il l'acceptabilité d'une évaluation presque nulle des effets indésirables du sécurité un vaccin? Parce qu'un autre aspect fondamental sur lequel nous ne reportons pas est précisément l'innocuité d'un vaccin hypothétique (qui selon les dernières nouvelles est déjà en cours de test sur l'homme). Il existe déjà de nombreuses déclarations officielles sur le fait que, dans ce cas, des temps de test très courts sont nécessaires, ce qui affecte évidemment précisément les tests de sécurité précliniques, ces mêmes tests qui, jusqu'à récemment, nous assuraient que nous aurions normalement besoin de "très longs" temps de test "pour les vaccins. Jusqu'à hier, face aux demandes de preuves scientifiques sur l'innocuité de ces médicaments, on nous a dit qu'elle était garantie par des années d'études, alors que aujourd'hui Villani nous informe que les années d'expérimentation sont "normalement" deux: "Normalement - a-t-il rappelé - il faut au moins deux ans pour développer un vaccin, à cette occasion, les temps ne seront certainement pas les mêmes " 
. Avec quelles implications?

Bref, à mon avis, une extrême prudence s'impose dans les différentes propositions dont nous lisons ces jours-ci: 

- l’utilisation sans discernement d’outils de diagnostic dangereux

- le besoin redouté de subordonner en quelque sorte la reprise d'un semblant de normalité des personnes à une hypothétique «immunité»

- l'invocation d'un vaccin avec les conditions ci-dessus. 



Comme toujours, il nous suffit de veiller à l'évolution des faits, en gardant à l'esprit que toute dénonciation des droits civils et constitutionnels est susceptible d'être permanente.