Vaccins Covid sur les enfants, médecins britanniques : "Arrêtez immédiatement, dommages neurologiques et infertilité"

Vaccins Covid sur les enfants, médecins britanniques : "Arrêtez immédiatement, dommages neurologiques et infertilité"
(Temps de lecture: 5-9 minutes)

L'interview du Pr G. Frajese, professeur des universités et spécialisé en endocrinologie à une équipe de médecins anglais

Nous avons tout entendu et le contraire de tout sur les vaccins Covid-19, il n'est pas facile de se forger une opinion et de prendre des décisions. Il n'est pas facile de s'extirper de l'enchevêtrement d'informations contradictoires et souvent fausses qui nous viennent des médias et encore moins dans un débat où chacun intervient avec des jugements qu'il ne veut pas remettre en cause.

Comme toujours, des réponses sont nécessaires, mais les bonnes réponses ne sont trouvées que lorsque vous posez les bonnes questions. Pour vous aider à les trouver, nous avons posé une série de questions équipe de médecins britanniques (Unite4Truth), qui s'est exprimée notamment sur l'administration de vaccins Covid-19 aux enfants et aux jeunes.

Car s'il est difficile de prendre une décision éclairée qui nous concerne, il est encore plus difficile d'avoir la responsabilité de choisir à la place de nos enfants.

Écoutons ce qu'ils ont à nous dire dans cet entretien, où les interroger se trouve un médecin local: Prof. Giovanni Vanni Frajese, professeur d'université et spécialisé en endocrinologie.

L'entretien avec le professeur Frajese

Pr Frajese: Pouvez-vous d'abord nous expliquer qui vous êtes et pourquoi avez-vous pensé à vous adresser à l'opinion publique?

Médecins britanniques : Nous sommes un groupe de médecins opérant en Grande-Bretagne et souhaitons vous informer de nos graves préoccupations concernant les propositions d'administrer des vaccins COVID-19 aux enfants et aux jeunes. Des problèmes documentés, ignorés par de nombreux professionnels de la santé, représentants politiques et organismes gouvernementaux. Ceux qui, comme nous, tentent d'exposer la situation sont ignorés, licenciés ou censurés.

Prof. Frajese : Je suis médecin et professeur d'université, mais qu'en dites-vous ? Ne vous rendez-vous pas compte qu'en ce moment il est indispensable de vacciner tout le monde, pour que vous puissiez reprendre la vie ? Comment pouvez-vous, en tant que médecins, instiller la peur dans la population ? C'est incroyable.

Médecins anglais : C'est ce qui nous inquiète. Des documents gouvernementaux suggèrent que la mise en œuvre du vaccin Covid-19 chez les enfants de plus de 12 ans est déjà prévue pour septembre 2021.

M. Frajese: Certes, le plan de vaccination comprendra la vaccination de toute la population de différents groupes d'âge.

Médecins britanniques : Les vaccins, comme tout autre traitement médical, comportent divers risques et avantages. Le rapport bénéfice-risque change beaucoup en fonction de l'âge du patient à qui il est administré. Pour les vaccins Covid-19, les bénéfices potentiels sont évidents pour les personnes âgées et les patients vulnérables, cependant, pour les enfants, la balance bénéfices/risques serait très différente.

Vaccins qui ont fait du mal aux enfants et aux adolescents : les précédents

Pr Frajese : Mais que dites-vous ? Ils ne testeraient jamais de vaccins dangereux sur des enfants !

Médecins britanniques : Vous vous souvenez du vaccin contre la grippe porcine, Pandemrix ? Lancé au lendemain de la pandémie de 2010, il a entraîné plus d'un millier de cas de lésions cérébrales dévastatrices (narcolepsie) chez les enfants et les adolescents avant d'être retiré. Ensuite, il y a eu Dengvaxia, un nouveau vaccin contre la Dengue, qui a également été distribué aux enfants avant les résultats complets de l'étude et une vingtaine sont décédés d'une éventuelle augmentation de la réponse immunitaire due aux anticorps, avant le retrait du vaccin. Il ne faut pas risquer de répéter de telles erreurs avec les vaccins Covid-19 : l'impact serait dévastateur, non seulement pour la population touchée, mais sur la campagne de vaccination en général.

Prof Frajese : Mais quel est votre point ?

Médecins britanniques : aucune intervention médicale ne devrait être introduite pour tout le monde, mais des mesures différentes devraient être prises pour chaque groupe d'âge et chaque personne. Cette approche a été décrite en octobre dernier par la chef du groupe de travail du gouvernement britannique sur les vaccins, Kate Bringham, qui a déclaré : « Nous devons simplement vacciner toutes les personnes à risque. Il n'y aura pas de vaccination pour les personnes de moins de 18 ans. Vaccin uniquement pour les personnes de plus de 50 ans, en se concentrant sur les agents de santé, les soignants à domicile et les personnes vulnérables.

Pr Frajese : Il me semble judicieux de protéger les catégories à risque et de ne pas courir le risque d'endommager les autres catégories.

Médecins britanniques : les enfants en bonne santé ont très peu de chances de contracter Covid-19, avec un risque de décès de 1 sur 2,5 millions. Aucun enfant de moins de 15 ans auparavant en bonne santé n'est décédé pendant la pandémie au Royaume-Uni. Les hospitalisations ou les admissions aux soins intensifs sont extrêmement rares, la plupart des enfants sont asymptomatiques ou avec des symptômes très légers.

Vaccin anti-Covid sur les enfants: également nocif pour l'immunité collective

Pr Frajese : Cependant, le problème de l'immunité collective demeure, ce qui est important pour les personnes âgées et fragiles.

Médecins britanniques: "L'immunité développée naturellement par les enfants et les jeunes donnera une immunité générale plus large et plus durable que celle acquise avec la vaccination."

Prof Frajese : Dites-nous pourquoi de nombreux enfants seront déjà immunisés.

Médecins britanniques : Déjà les deux tiers de la population adulte anglaise, par exemple, ont reçu au moins une dose d'un vaccin Covid-19. Les modèles qui supposent que la vaccination des enfants est nécessaire pour obtenir l'immunité collective n'ont pas pris en compte le pourcentage de ceux qui avaient déjà une immunité avant mars 2020, ceux qui l'ont acquise naturellement. "

Pr Frajese : En Angleterre, vous êtes en avance sur la vaccination par rapport à l'Italie, mais avez-vous déjà atteint l'immunité collective ?

Médecins britanniques : des modèles mathématiques ont récemment développé des calculs qui confirment qu'elle est atteinte depuis le 12 avril 2021. Néanmoins, la campagne de vaccination pour des tranches d'âge de plus en plus jeunes se poursuit. Le 13 mai, la MHRA a reçu un total de 224.544 événements indésirables (réactions indésirables individuelles au médicament), y compris 1.145 décès en association avec les vaccins SARS-CoV-2, rien qu'en Angleterre. Les rapports d'accidents vasculaires cérébraux dus à une thrombose veineuse cérébrale étaient initialement limités, mais avec une prise de conscience croissante, de nombreux autres rapports ont conduit à la conclusion que le vaccin AstraZeneca ne devrait pas être utilisé chez les adultes de moins de 40 ans et ce résultat, imprévisible, suspension de l'essai du vaccin Oxford AstraZeneca sur les enfants. »

Les dangers de la protéine Spike

Prof Frajese: Oui, en fait, peu de gens veulent se faire vacciner avec AstraZeneca.

Médecins anglais : Malheureusement, des événements similaires ont également été observés avec le Vaccins Pfizer et Moderna sur le système de déclaration des événements indésirables des États-Unis (Vaers). Ceci est probablement un effet dû à la protéine Spike. La possibilité d'autres problèmes de santé ne peut être exclue. En Israël, où les vaccins ont été largement distribués aux jeunes et aux adolescents, le vaccin Pfizer a été associé à plusieurs cas de myocardite chez les garçons, et des inquiétudes ont été exprimées concernant les rapports de cycles menstruels altérés et de saignements anormaux chez les filles après le vaccin.

Prof Frajese: Je ne pense pas que les Américains disent la même chose, le vaccin est sans danger même pour les enfants, tous les experts les plus connus le disent.

Médecins britanniques : La chose la plus préoccupante concernant la vaccination possible des enfants est qu'il y a eu un nombre inquiétant de décès récemment signalés (4178), associée à la vaccination, signalée au système VAERS aux États-Unis. Un groupe, America's Frontline Doctors, poursuit le gouvernement et a collecté 672,952 signatures pour arrêter l'utilisation de vaccins expérimentaux. En Israël, 1600 décès dus à la même cause sont actuellement estimés.

Prof Frajese : Vous ne me rassurez pas, j'ai une fille adolescente.

Médecins britanniques : Toutes les études de phase 3 sur le vaccin Covid-19 sont en cours et ne devraient pas se conclure avant fin 2022 / début 2023. Les vaccins sont donc actuellement encore expérimentaux avec seulement une quantité limitée de données de sécurité pour les adultes. -terme, et absolument aucune donnée à long terme disponible. En outre, beaucoup utilisent une toute nouvelle technologie de vaccin à ARNm qui n'a jamais été approuvée auparavant pour une utilisation chez l'homme. L'ARNm est un promédicament et la quantité de protéine de pointe qu'un individu produira est inconnue. Les effets potentiels tardifs peuvent prendre des mois ou des années avant de se manifester. Les études limitées chez les enfants entreprises à ce jour sont complètement insuffisantes et ne peuvent exclure des effets secondaires graves, bien que rares.

Prof Frajese : Mais les enfants ont toute la vie devant eux !

Médecins britanniques : Oui, et leurs systèmes immunologiques et neurologiques sont encore en développement, ce qui les rend potentiellement plus vulnérables aux effets indésirables que les adultes. Les liens avec les maladies auto-immunes et les effets possibles sur la fertilité ont déjà été mis en évidence. Un article récemment publié a évoqué la possibilité que les vaccins à ARNm de Covid-19 puissent déclencher des maladies neurodégénératives à base de prions. Mais le plus important est que tous les risques, qu'ils soient potentiels, connus et inconnus, doivent être considérés sur la balance face aux risques du Covid19 lui-même. »

Le calcul des avantages / risques pour les enfants ne prend pas en charge l'administration

Pr Frajese : Il faudra donc appliquer un rapport risque/bénéfice très différent aux enfants qu'aux adultes. Cela me semble logique.

Médecins anglais : Il y a une sagesse importante dans le serment d'Hippocrate qui dit : « Premièrement : ne faites pas de mal ». Toutes les interventions médicales comportent un risque, nous avons donc le devoir d'agir avec prudence et proportionnalité. Cela est particulièrement vrai lorsqu'une intervention de masse sur une population en parfaite santé est envisagée. Il doit y avoir des preuves claires que les avantages dépassent de loin les dommages. Les preuves actuellement disponibles montrent clairement que le calcul du risque par rapport au bénéfice ne prend PAS en charge l'administration de vaccins Covid-19 chez les enfants. La charte internationale des droits de l'enfant stipule que "l'enfant, en raison de son immaturité physique et mentale, a besoin d'une protection et de soins spéciaux, y compris une protection juridique adéquate". En tant qu'adultes, nous avons le devoir de protéger les enfants contre les préjudices inutiles et imprévisibles.

Nous concluons qu'il est irresponsable, car inutile, d'inclure les enfants de moins de 18 ans dans la vaccination nationale contre le Covid-19. Les essais cliniques chez les enfants posent également d'énormes dilemmes éthiques, à la lumière du manque d'avantages potentiels pour les participants à l'étude, et des risques encore inconnus. Il faudrait attendre la fin des études de phase 3 en cours et plusieurs années de données de tolérance chez l'adulte pour exclure ou quantifier tout effet indésirable potentiel.

Prof Frajese: Et que proposez-vous?

Médecins britanniques: Nous demandons à nos gouvernements et autorités de ne pas vacciner les enfants contre Covid-19. Une extrême prudence a été exercée sur de nombreux aspects de la pandémie, mais c'est sûrement maintenant le moment le plus important pour faire preuve d'une vraie prudence : nous ne voulons pas être la génération d'adultes qui, par hâte et par peur, mettent en danger la santé des enfants.

Prof Frajese : Vous m'avez convaincu, je suis d'accord.

Prof. Giovanni Vanni Frajese