Les trois millions de cas d'Endurance? Attribué sans appel d'offres

Les trois millions de cas d'Endurance? Attribué sans appel d'offres
(Temps de lecture: 2-3 minutes)

«Je donne ma parole: les 3 millions qui avaient été alloués à l'essai Stamina iront à la recherche sur les maladies rares. J'ai l'intention de tenir parole car la partie la plus triste de cette histoire est qu'il y a beaucoup de familles désespérées qui se sont cramponnées à l'espoir d'un traitement ". C'était en octobre il y a un an et le ministre Lorenzin a ainsi annoncé l'arrêt définitif du procès Stamina. Cliquez ici.

Après la déception des 36 patients qui avaient vu leur traitement arrêté au Spedali Civili de Brescia, après deux ans d'espoir, d'avantages avérés, de frais de justice, après la saisie des cellules et une loi (Balduzzi) réduite en lambeaux, ceux-ci sont restés trois millions de fonds publics, déjà alloués. Puis, à l'automne d'un an, la nouvelle belle promesse. "Je veux aider les patients rares et m'assurer, par le biais des services locaux, qu'ils aident également ces meilleures familles"A proclamé le ministre.

Comment ça s'est passé, cependant, vous pouvez le lire ici. L'argent a déjà un destinataire, sans appel d'offres.

Un code du maxi-amendement sur la stabilité, caché entre autres six cents et qui vient d'être approuvé par le Sénat, détourne les trois millions en faveur d'un «essai clinique de phase II basé sur la transplantation de cellules souches cérébrales humaines chez des patients atteints de SLA, sclérose latérale amyotrophique». À savoir l'expérimentation commencée par Angelo Vescovi à la maison de secours de la souffrance à San Giovanni Rotondo. On utilise des cellules cérébrales de fœtus morts ("ce sont les neurones de fœtus morts de causes naturelles, on les prend avec le consentement de leurs parents", nous ont expliqué les mêmes évêques il y a trois ans).

Le fait est que l'on ne sait rien de cette prétendue thérapie, car, pour le moment, seule la première phase est terminée, celle qui exclut la nocivité des traitements. Et nous avons toujours entendu, tant de la part de Silvio Garattini au nom de l'Aifa que du ministre de la Santé, "que la charge de la preuve incombe à ceux qui proposent une thérapie".

Comment se fait-il que nous payions cette fois la charge de la preuve?

Et sur la base de ce que le sénateur Emilia De Biasi demandé par Villa Roberta déclare que "la mesure approuvée par la Commission du budget est, d'un point de vue juridique, parfaitement légitime"? À quelles lois De Biasi fait-il référence?

Par-dessus tout, pourquoi une personne choisie exclusive a-t-elle été découverte et n'y a-t-il pas eu de comparaison entre plusieurs thérapies et plusieurs maladies rares?

Ps. pour tester l'endurance, le Parlement a voté une loi ad hoc, étant donné que les 36 patients étaient déjà sous traitement depuis deux ans et que leurs dossiers contiennent des preuves des améliorations constatées. Les phases I et II sont passées. Et une démocratie respectée.

Pas seulement ça. L'effet des cellules souches mésenchymateuses sur les patients Sma1 a été bien mis en évidence dans les travaux menés par John Bach e Marcello Villanova. Cliquez ici.

Moral: trois millions d'euros iront à une recherche de phase I qui ne contient même pas les prérequis d'espoir pour une thérapie alors que toutes les bonnes choses se sont passées, en deux ans, sur des patients rares, bien vivants à l'époque, y compris l'étude , a été enterré. Amen.


source: http://blog.ilgiornale.it/locati/2015/11/27/i-tre-milioni-del-caso-stamina-assegnati-senza-gara/?repeat=w3tc