Italian Italiano

Extrait de l'interview accordée par le président de l'ONG Vincenzo D'Anna au magazine Nature

Extrait de l'interview accordée par le président de l'ONG Vincenzo D'Anna au magazine Nature
(Temps de lecture: 9-18 minutes)

Nous publions un extrait (notamment des questions, à l'origine très longues) de la longue interview accordée il y a près d'un mois par le président de l'Ordre national des biologistes Vincenzo D'Anna, à la journaliste Giorgia Guglielmi, rédactrice scientifique de "Nature". Nous avons décidé de le publier dans ce numéro de la revue en ligne des biologistes - en attendant que "Nature" frappe le coup et de nous faire savoir si et quand il le publiera - dans l'espoir d'éliminer une fois pour toutes le champ des malentendus, et pour clarifier un chapitre, celui relatif à la vaccination, souvent au centre de controverses libres et d'attaques instrumentales alimentées par ceux qui veulent se limiter à réduire le sujet à une opposition stérile No Vax-Pro Vax. Une dichotomie, nous la disons claire et ronde, que nous considérons comme absurde et réductrice, et qui risque de déformer un débat qui vise uniquement à vérifier l'innocuité de la pratique vaccinale, certainement pas à remettre en cause son utilité.

"La publication clarifie un sujet souvent réduit à un sujet de controverse stérile"


Président D'Anna, quelles sont les raisons qui ont poussé le Conseil ONB à faire un don de 10 mille euros à l'association Corvelva?

"Le but est d'aider à compléter l'analyse des vaccins, tant d'un point de vue biologique que chimique. Analyses réalisées par des laboratoires définitivement indépendants, qui ne sont pas directement ou indirectement soumis aux influences et aux financements que, généreusement, les fabricants de vaccins donnent généralement aux laboratoires publics et aux chercheurs universitaires. Il convient de rappeler, en ce sens, que la Commission spéciale d'enquête de la Chambre des députés a déposé et rendu public son rapport sur les dommages causés par les nanoparticules d'uranium appauvri et sur la prophylaxie vaccinale administrée à nos soldats, demandant à toutes les institutions de continuer l'évaluation analytique de la composition exacte des vaccins. Aucune des institutions publiques n'a répondu en abandonnant l'appel et le rapport. Seul Corvelva a accepté l'invitation à effectuer des analyses ».


Où, dans le rapport, la Commission demande-t-elle à "toutes les institutions de poursuivre l'évaluation analytique de la composition exacte des vaccins"?

"Eh bien, cela me semble évident, n'est-ce pas? Au point où il invite «toute la communauté scientifique, dont l'Institut supérieur de la santé fait partie» à prendre note des résultats de l'enquête, où cela a montré que les nanoparticules (également présentes dans les vaccins sous forme de métaux lourds) et la pluralité des vaccinations peut produire des effets néfastes. Je voudrais ajouter que les premières analyses (métagénomiques) de Corvelva ont été dévoilées et mettent en évidence plusieurs aspects à évaluer. A commencer par une quantité d'ADN fœtal qui aurait apparemment été 200 fois au-delà de la limite fixée. Qu'il existe d'autres types de matériel génétique en plus de ceux dérivés de virus vaccinaux, c'est-à-dire des espèces pseudo-mutées de virus recombinés dont la nocivité doit être étudiée. Mais en tout cas je n'ai aucun titre ni aucune intention de faire des déclarations qui confirment ou nient Je dis seulement ce qui émerge et qu'en somme, il y a le fait même que les analyses ont été effectuées, ça ouvre un front de débat ito et étude approfondie qui va dans le sens de la production de vaccins plus sûrs ».


Les vaccins sont soumis à des analyses avant, pendant et après la commercialisation par des organismes nationaux et internationaux tels que l'AIFA, l'EMA, la FDA, etc. À quels laboratoires "soumis [...] aux influences et au financement" des fabricants de vaccins avez-vous l'intention de vous référer?

«Pas avant, seulement pendant (pour vérifier la présence réelle d'antigène), ni après. Il y a beaucoup de fausses informations. Certains lots de vaccin contre la grippe, c'est une histoire très récente, ont fait quelques morts en Italie, au point d'inciter l'Aifa à bloquer ce vaccin. S'agit-il des conséquences des analyses de post-production? Quant aux laboratoires, parcourez les différentes listes publiées par les industries pharmaceutiques membres de l'EFPIA (Fédération Européenne des Industries Pharmaceutiques et Association): vous y trouverez les noms, prénoms et montant du financement relatif. »


Le programme scientifique de Corvelva et l'approche utilisée pour effectuer les analyses de vaccins ont-ils fait l'objet d'un examen préalable par des scientifiques indépendants de l'ONB avant que l'Ordre approuve le financement? Et comment l'Ordre a-t-il évalué les aspects scientifiques liés aux analyses?

«L'Ordre n'a soumis le financement à aucune contrainte autre que celle de pouvoir avoir un aperçu des résultats des analyses, même si elles ont été pré-publiées dans une revue scientifique. L'Ordre n'a pas compétence pour valider les analyses ni les créditer comme incontestables. Notre seul but est d'apporter à tous les biologistes les différents avis scientifiques sur la triade des vaccins ou mieux, sur leur innocuité, en référence aux études réalisées par de nombreuses parties du monde et déjà publiées. Je voudrais souligner combien malheureusement jusqu'à présent, malgré les demandes et nos appels répétés, aucun travail à contenu scientifique valide n'est parvenu à l'ONB (nous l'aurions volontiers publié sur notre site Internet) qui a réfuté les thèses qui accréditent certains constituants des vaccins comme potentiellement nocifs. Constituants, il convient de le rappeler, appartenant aux quatre catégories d'antigènes supplémentaires présentes dans les solutions vaccinales, à savoir: adjuvants, conservateurs, additifs, déchets de production. En revanche, seules les invectives et les délits sont arrivés. Notre financement, comme la grande partie restante mise à disposition par les offres des citoyens, est inscrit au budget de Corvelva. Je pense qu'il est regrettable que dans une nation avec des établissements de santé pleins d'employés, de chercheurs et de professeurs d'université, les analyses doivent être financées par une contribution de particuliers ».


Pardonnez-moi, que signifie "pré-publié dans une revue scientifique"? L'Ordre diffusera-t-il les résultats des analyses avant ou après leur examen?

«Cela signifie que dans ces heures les analyses méta-génomiques ont déjà été publiées dans une revue scientifique. Quant à les publier sur le site de l'Ordre, nous verrons après les évaluations appropriées du dossier ».


Mais le Conseil a-t-il approuvé le financement à l'unanimité?

«Bien sûr, le Conseil a agi à l'unanimité, comme dans toutes les autres circonstances de décision. J'étais le seul absent pour d'autres engagements. La résolution est inscrite au registre prétorien électronique depuis un certain temps ».


Une autre critique concernant le don à Corvelva est que 10 XNUMX € ne sont pas un montant suffisant pour garantir une étude scientifiquement solide et détaillée sur les vaccins ...

«Je le répète, la nôtre a été une contribution parmi les nombreuses qui ont permis de mener l'analyse. Ils décident: parfois c'est trop, parfois c'est peu ... ».


La pétition en ligne lancée par "Biologists for Science" demande au ministre Grillo de la retirer du poste de président de l'ONB pour avoir financé Corvelva ...

«L'initiative des étudiants de l'Université de Trente, fondateurs de cette association qui porte le titre de« Biologistes », réservée à la place aux diplômés inscrits à l'ONB après avoir passé l'examen d'État, je pense qu'elle rentre plus dans la catégorie goliardique que scientifique. La santé publique est remise en question par l'ignorance et la superficialité, et non par ceux qui ont l'intention de vérifier si les centaines d'impuretés biologiques et chimiques (du matériel génétique aux antibiotiques, de l'antipaludéen à l'anti-cryptogamique, des métaux lourds aux protéines étrangères, de virus modifiés par rapport à celui "d'origine sauvage" pour les réplications continues dans le processus de production d'herbicide est ainsi de suite) qui émergent des premières données des analyses "scandaleuses" effectuées, qui peuvent ou non nuire à la santé des enfants à qui nous injectons tout cela ».


Le ministère de la Santé est-il au courant de ce financement et a-t-il participé d'une manière ou d'une autre à la décision?

"Le ministère de la Santé exerce des fonctions de contrôle de haut niveau sur l'ONB en ce qui concerne l'exactitude et le respect de la loi fondatrice, mais il ne peut pas s'immiscer dans les décisions souveraines des Ordres qui jouissent du principe de l'autonomie gouvernementale".


Et le Conseil? Connaissez-vous le type d'analyse et comment elle sera effectuée?

"Le Conseil dispose également d'un pharmacologue expert et d'un spécialiste dynamique des médicaments en tant que consultant et est en mesure d'évaluer, en principe, l'exactitude des procédures standard suivies".


Qui est le consultant du Conseil?

"Pardonnez-moi, mais par respect pour la vie privée, je ne suis pas autorisé à révéler des informations sur d'autres personnes."


Les scientifiques ont critiqué la décision de l'ONB de financer les analyses de Corvelva. Il y a ceux, par exemple, qui ont dit que de nouvelles analyses des vaccins sont inutiles, car les vaccins utilisés sont régulièrement contrôlés par des organismes nationaux et internationaux reconnus. Comment le Dr D'Anna réagit-il?

"Je tourne la question et réponds que lorsqu'on lui a posé des questions sur les limites de certains composants libérés dans les vaccins, tels que l'aluminium ou le formaldéhyde (tous deux retirés du marché parce qu'ils étaient toxiques), Aifa n'a pas répondu et l'EMA il a contourné la question en répondant que les vaccins sont pratiqués depuis cent ans et sont donc une pratique médicale sûre. RoMs est également basé sur le même principe de coutume ... ».


Sur quelles données ces thèses s'appuient-elles? Sa présence d'aluminium en quantités minimales dans les vaccins s'est révélée présenter des risques extrêmement faibles ...

«Je vous rappelle que l'aluminium présent dans les vaccins« en quantité minimale », comme vous dites, est inoculé non ingéré, et comme il est inoculé il est absorbé à 99% et non à 0,3% comme celui ingéré. La toxicité doit être évaluée différemment et des études en la matière confirment sa toxicité. Je ne comprends pas pourquoi quiconque parle des risques associés à l'inhalation de nanoparticules dans la soi-disant Terre dei Fuochi devrait bénéficier des éloges et de l'appréciation de la "communauté scientifique" tandis que ceux qui posent des questions similaires sur la présence des mêmes composants dans des produits tels que les vaccins, au contraire, il doit être exposé à la jouissance publique ».


Qui et comment a vérifié, comme vous le dites, les limites manquantes de certains composants ajoutés aux vaccins? Et quelles ont été exactement les réponses de l'AIFA et de l'EMA?

«De nombreuses études publiées dans des revues prestigieuses par divers auteurs ont mis en évidence les excès de certains composants des vaccins. La présence d'ADN humain est par exemple cancérigène, tout comme le formaldéhyde et les traces de mercure, donc pour la toxicité de l'aluminium injecté qui est également interdit dans les crèmes cosmétiques. Il y aurait beaucoup à dire et à vérifier à cet égard si ceux qui posent de telles questions et font de telles études ne sont pas considérés comme un ennemi de la science ... ».


Mais Corvelva est-elle en mesure de mener une activité d'analyse indépendante, puisqu'elle a montré à plusieurs reprises qu'elle a des préjugés contre les vaccins?

«Vous voyez, je ne suis pas responsable de Corvelva, dont je ne connais ni les dirigeants ni les buts. Je sais simplement que les gens qui sortent des centaines de milliers d'euros de leurs propres poches ne sont certainement pas disposés à les jeter, mais plutôt à les utiliser. La certitude quant à l'innocuité des vaccins doit être fournie par l'État, données expérimentales en main. Celui qui impose une obligation de vaccination doit aussi et nécessairement garantir sa sécurité ».


Alors, Monsieur le Président, croyez-vous que le comité Corvelva garantit la scientificité et l'autonomie?

"Je crois qu'il a tout intérêt à obtenir des analyses précises de laboratoires qualifiés et certifiés car ils sont certainement soumis à des évaluations critiques".


Mais ne trouvez-vous pas qu'en finançant une association proche du mouvement no-vax et free-vax vous risquez de faire prendre à l'ONB une position anti-scientifique?

«Je réponds que ce sont des déclarations apodictiques et génériques. Personne ne fait ressortir les analyses effectuées par des sujets et des structures qui ne sont pas financés par les fabricants de vaccins! S'ils les ont, montrez-les !! En Italie, nous avons des lois qui favorisent les fabricants et ne protègent pas les consommateurs de vaccins. Il est très étrange que ceux qui produisent des vaccins n'aient pas non plus l'obligation d'effectuer des tests qualitatifs et quantitatifs sur le produit fini, sauf pour démontrer qu'il contient le fantigène viral ou bactérien indiqué. Mais savez-vous que la composition d'un fromage est plus détaillée que celle d'un vaccin? Personne ne mangerait de nourriture sans connaître sa composition et la présence d'additifs et de conservateurs! sans parler d'injecter des vaccins aux nouveau-nés! C'est le vrai problème: la sécurité. Alors que je n'ai jamais remis en cause l'efficacité des vaccins »


Mais ce faisant, en finançant une association proche du mouvement no vax, la campagne anti-vaccination pourrait également être relancée ...

"Pardonnez-moi, mais la campagne de vaccination en Italie utilise chaque jour d'énormes moyens économiques et aussi des méthodes de propagande douteuses comme celle qui implique des enfants non vaccinés décrits comme des ters, porteurs de maladies. Une sorte de maccarthysme de santé qui ne craint aucune comparaison. Les violences verbales et factuelles proviennent pour ainsi dire des soi-disant "vaccinistes": ils ont déclenché un incendie de suite, menacés de radiation par les médecins qui s'y opposent. Sur les contributions en espèces distribuées aux médecins, pédiatres et universités, chaque année, en Italie, par les sociétés pharmaceutiques, seul Glaxo a publié des listes pour 40 millions d'euros. Il en va de même pour certains médias (pas tous, pour être honnête) qui sonnent l'alarme à chaque occasion. Un combat inégal qui n'a pas peur de la compétition. Le "No Vax" doit être persuadé de ne pas se convertir à coups de crucifix sur la tête ».


Si FONB émet des doutes sur l'innocuité des vaccins, les conséquences sur l'opinion publique pourraient être désastreuses, avec une couverture réduite et la possibilité d'épidémies potentiellement mortelles ...

"Je renverse la question: ne pensez-vous pas que le nombre de personnes qui choisissent de vacciner leurs enfants augmenterait si nous pouvions leur garantir la sécurité absolue du vaccin?" C'est notre objectif ».


Dr D'Anna est-il président du Federlab Campania? Possédez-vous ou occupez-vous des postes administratifs et / ou techniques et / ou de propriété dans un laboratoire d'analyse? Ne pensez-vous pas qu'il pourrait y avoir un conflit d'intérêts avec la décision de financer un projet impliquant des analyses biologiques et chimiques à réaliser dans des laboratoires d'analyses?

«Je n'ai pas d'autre représentation que celle d'ONB. Je suis retraité, je n'ai plus de frais de laboratoire. Ceci de mon prétendu intérêt, je pense que ça ressemble plus à une boutade qu'à une calomnie. Et puis: il est risible de penser qu'un laboratoire d'analyses cliniques peut essayer des analyses complexes comme celles sur les vaccins, mais même si c'était le cas, je pense que les analyses de pré-vaccination doivent être faites par les structures publiques où se font les vaccinations. Le vrai problème est de comprendre pourquoi vous ne voulez pas faire ces analyses alors qu'elles seraient utiles dans le cas de certains sujets hyper-sensibles ou ayant des antécédents cliniques et familiaux d'intolérances et de réactivité. Ce sont ces interdictions absurdes qui alimentent un marché extérieur qui vide l'argent des poches des gens. "


Pourtant, selon les informations sur le site du Federlab Campania, vous, dr. D'Anna est toujours président de l'association susmentionnée. Alors, qui est le nouveau président du Federlab Campania et quand a-t-il été élu?

«Le régent est le vice-président Gennaro Lamberti en attente des élections. Tout cela peut être vérifié en demandant une copie du procès-verbal de la réunion qui l'a nommé ».


Mais vous, Président, êtes en faveur de l'obligation de vaccination?

«En l'absence de réels dangers pour la population, je m'oppose à l'obligation de soins de santé, à l'octroi à l'Etat d'un pouvoir contraire à la Constitution. D'un autre côté, l'ONB et les biologistes sont bien conscients des mérites des vaccins et veulent bien en savoir plus sur la sécurité ".


Et quelle est la position de l'ONB concernant l'efficacité et la sécurité des vaccins?

«Je répète que je n'ai jamais remis en cause l'efficacité des vaccins. Ni moi ni l'Ordre ne pouvons être définis de quelque façon que ce soit comme "No Vax". Mais pour diffuser la culture du vaccin, nous devons garantir la sécurité des vaccins. Et aujourd'hui, sur ce point, nous avons un cadre réglementaire incomplet, qui nécessite une plus grande transparence, de me répéter, pour un fromage ça pour un vaccin, et un réseau d'institutions qui s'occupent de vaccins qui, financés par les laboratoires pharmaceutiques, ne peuvent pas offrir la garantie des tiers nécessaires pour garantir l'impartialité des résultats. Nous voulons éliminer cela dorés du doute et nous sommes prêts à financer toute activité de recherche qui garantira la scientificité et l'autonomie. L'ONB, encore une fois pour le souligner, n'a pas prononcé un mot contre la pratique de la vaccination, n'a jamais participé à des manifestations de quelque nature que ce soit: c'est seulement préoccupé par la question de la sécurité car elle existe et est indéniable. Et elle implique des dizaines de milliers d'événements indésirables, même très graves et mortels. Si l'Aifa publie les statistiques nous saurions des choses plus précises. Gardez à l'esprit que la loi Lorenzin modifie et conditionne également les statistiques des événements indésirables, indiquant en cinq jours le délai maximum pour les signaler ».


Certains scientifiques ont critiqué la conférence "Nouvelles frontières de la biologie" pour la présence de conférenciers qui mettaient en doute, directement et indirectement, la sécurité et / ou la conformité de certains vaccins. Comment réagissez-vous aux critiques?

«A vrai dire, cela avait déjà paru clair et évident dans l'immédiateté des faits: la conférence n'a traité en aucune façon de la question de la sécurité des vaccins et la seule intervention dans le domaine de l'épidémiologie, en ce qui concerne les vaccins, a été celle d'un Vaccinateur de renommée mondiale, Giulio Tarro, deux fois lauréat du prix Nobel. Montagnier a donné deux lectio magistralis sur les champs magnétiques et sur la théorie de l'immunisation. Les intervenants étaient des scientifiques et des professeurs de toute l'Europe, ainsi que des Italiens. Ceux qui les ont critiqués ne sont pas tombés à genoux. En bref: petite envie et provincialisme culturel ».


Vous dites que quiconque impose une obligation de vaccination doit également et nécessairement garantir sa sécurité. Pourtant, l'AIFA et l'EMA suivent toutes les phases d'efficacité, de sécurité et de contrôle qualité des vaccins, publiant régulièrement des dossiers d'autorisation ...

"L'Aifa ne répond pas aux questions posées, l'EMA nous rappelle simplement que la pratique de la vaccination existe depuis un siècle et que cela peut même suffire".


Les dossiers d'autorisation publiés par l'EMA contiennent la composition détaillée des vaccins autorisés, de même que l'AIFA publie les brochures des vaccins sur son site Internet. Comment la composition d'un fromage est-elle plus détaillée?

«Vous connaissez tous les ingrédients contenus dans un fromage, vous ne savez pas tout ce qui est contenu dans le vaccin. Dans les brochures, vous trouverez des informations limitées à celles qui conviennent au producteur et aux événements indésirables, voire mortels. C'est le vrai problème: la sécurité. Même si je n'ai jamais mis en doute l'efficacité.


Quelles sont les installations financées par les fabricants de vaccins auxquels il se réfère? Et quelles analyses ces structures réaliseraient-elles?

"Regardez les listes d'entités et de chercheurs financés ou d'enseignants financés et trouvez la réponse."


Mais pouvez-vous fournir ces données?

"Je vous le répète: consultez les répertoires EFPIA."


À quoi faites-vous référence lorsque vous parlez de "sécurité absolue des vaccins"?

«Au fait que les vaccins contiennent une quantité d'impuretés biologiques et chimiques sur les dommages desquelles par inoculation aucun tiers n'a procédé à des contrôles. Je vous rappelle que les fabricants de vaccins n'ont aucune obligation de tester le produit fini. C'est notre objectif ».


Que veut en particulier l'ONB savoir sur la sécurité des vaccins?

"Cela m'oblige à me répéter. Et de réitérer qu'il existe un certain nombre d'impuretés biologiques et chimiques dans les vaccins sur lesquelles aucun tiers n'a effectué de contrôle des dégâts par inoculation. D'où notre question. Ces micro-substances, telles que les nanoparticules, font-elles mal? N'est-ce pas mauvais? Sont-ils nocifs? Ne sont-ils pas nocifs? Provoquent-ils des effets indésirables? Est-il permis de savoir, par grâce? ».


Quels sont les établissements financés par les sociétés pharmaceutiques? Et comment gèrent-ils les vaccins?

"Il suffit de regarder les listes publiées par les industries pharmaceutiques membres de l'EFPIA (Fédération Européenne des Industries Pharmaceutiques et Associaton) depuis trois ans. Les noms des médecins, des pédiatres et des institutions y figurent. Avec beaucoup de financement et des montants connexes. Nous voulons éliminer cette aura de doute et nous sommes prêts à financer toute activité de recherche garantissant la scientificité mais surtout l'autonomie et l'impartialité ».


Les statistiques de l'AIFA sur la surveillance post-commercialisation sont disponibles en ligne. À quelles statistiques faites-vous référence?

«Je fais référence au fait que l'Aifa n'a jusqu'à présent jamais divulgué de données sur les événements indésirables des vaccins. Les seules données disponibles ont été acquises par des arrêts du tribunal administratif grâce à l'activation des procédures légales d'accès aux documents par Codacons (protection des consommateurs) ".


Dernière question, président. Le département de biologie de l'Université de Padoue envisage d'interrompre la collaboration avec l'ONB pour l'organisation d'examens d'État pour les biologistes. Connaissez-vous cette initiative et comment la commentez-vous?

«En vérité, nous avons l'intention de déplacer le centre d'examen de Padoue à Venise ou ailleurs et à cet égard, nous serons aidés par la décentralisation vers les Ordres régionaux. En ce qui me concerne, je ne m'intéresse qu'aux inconvénients possibles causés aux jeunes collègues, sinon cela me laisse complètement indifférent ».

Image(s)

Newsletter

N'oubliez pas de confirmer votre abonnement avec le lien que vous trouverez dans les e-mails que nous vous avons envoyés

0
Partages

Êtes-vous intéressé?

Suivez-nous également sur nos canaux sociaux ...

0
Partages