L'industrie pharmaceutique investit deux fois plus que la recherche en marketing

L'industrie pharmaceutique investit deux fois plus que la recherche en marketing
(Temps de lecture: 3-6 minutes)

La médecine est maintenant un produit de consommation et nous sommes bombardés d'informations sur le dernier remède miracle en service. Donc, ces dernières années, même des personnes en bonne santé ont été transformées en victimes potentielles pour lui vendre des pilules

«Docteur, bonjour, je suis malade. Qu'est-ce que j'ai? Ce n'est pas facile à dire, j'essaye. " Le tableau clinique s'épaissit avec des notes: symptômes, taux de cholestérol, pression, glycémie. En plus des adjectifs: stressé, apathique, déprimé. Mais pas seulement ça. Le script a trois scénarios possibles: le médecin prescrit une liste d'analyses et de vérifications diagnostiques; nécessite la visite d'un spécialiste; allez à la compilation de la recette. Il arrive rarement que le médecin échappe à ces trois solutions et liquides au patient en disant: «Vous êtes aussi en bonne santé qu'un poisson. Ses obéissants sont hypocondriaques ».

Dans ce cas, la patient imaginaire il a un scénario de rechange prêt, à savoir le pèlerinage d'un médecin à l'autre à la recherche de qui découvrira son "problème". Et il le trouvera certainement. Tout comme ceux qui le trouvent le trouveront prescrira des pilules. Souvent utile uniquement à ceux qui les produisent. La santé, comme l'écrit Iona Heath dans son essai «Contre le marché de la santé» est désormais un produit de consommation. Et avec la demande de bien-être, souvent alimentée par la publicité déguisée en information, la tendance à tout médicaliser grandit.

Si la médecine a fait de grands progrès ces dernières décennies, la santé est quant à elle devenue une marchandise et en tant que tel, il prévoit une offre. La demande est souvent conditionnée par une industrie pharmaceutique qui investit un tiers de son budget total en marketing, soit le double de ce qu'elle consacre à la recherche, comme le rappelle Marcia Angell dans «Farma & Co». Il ne se passe pas un jour que les médias de masse ne proposent (promeuvent) la dernière thérapie résolutive pour telle ou telle maladie (réelle ou présumée).

Ce qui importe, du moins pour cela, laisse croire les messages qui parviennent aux médecins et aux patients, c'est que «la dernière» thérapie est la meilleure. Les spécialistes eux-mêmes sont enclins à croire que c'est le plus efficace, même s'il n'est pas le plus documenté d'un point de vue scientifique. Les avantages et les inconvénients qui surgissent prennent du temps et jamais comme ces dernières années (les cas bien connus de Lipobay, Vioxx, Avandia, les trois médicaments mis sur le marché puis retirés pour les effets secondaires graves le démontrent) par l'industrie pharmaceutique, à la recherche de profits rapides, mais aussi tolérée (favorisée) par les organismes de réglementation, qui devraient surveiller la sécurité des médicaments.

Après tout, il y aAgence européenne des médicaments (Ema), que Milan a perdu lors du match nul en faveur d'Amsterdam, la US Food and Drug Administration (FDA), 80 pour cent sont financés par l'industrie pharmaceutique et leurs décisions peuvent être "conditionnées" par un conflit d'intérêts inévitable. Le manque de transparence et d'indépendance de ceux qui devraient jouer le rôle de "contrôleur" jette une ombre sur leur fiabilité. Et, malgré l'extraordinaire amélioration des connaissances, nous sommes maintenant dans un état de plus grande incertitude, comme l'écrit Marco Bobbio, dans "Le patient imaginé". 

Si jusqu'au milieu du siècle dernier, seuls les malades étaient soignés, aujourd'hui les maladies sont guéries avant qu'elles ne surviennent, vous jouez à l'avance convaincu que vous pouvez tous les éviter. Et cela transforme ceux qui sont en bonne santé en malades. Des comités d'experts (avec des conflits d'intérêts souvent non déclarés) ont progressivement abaissé les valeurs de cholestérol et d'hypertension, créant des conditions de pré-maladie, telles que la pré-hypercholestérolémie ou la pré-hypertension. Des conditions qui augmentent évidemment le nombre de ceux qui recourent à la drogue.

Des doutes sont apparus sur le dépistage proposé pour prévenir des pathologies redoutables telles que le cancer: à mesure que les techniques de diagnostic s'améliorent, le nombre de très petites lésions identifiées augmente (parfois quelques millimètres) qui conduisent à des traitements inutilement invasifs. Dans le cas de la mammographie, une étude canadienne, publiée dans le British Medical Journal il y a deux ans et d'une durée de 25 ans, s'est demandé si elle pouvait réduire la mortalité par cancer du sein. Le côté obscur du progrès technologique est appelé surdiagnostic: chez les personnes qui ne présentent aucun symptôme, une maladie est diagnostiquée qui ne sera jamais symptomatique ou provoquera une mortalité précoce.

Et le pouvoir excessif attribué à la médecine comporte des risques inévitables. Surtout si la science médicale, comme c'est le cas aujourd'hui, évolue à la croisée des pouvoirs économiques, sociaux, intellectuels et professionnels. Nous sommes plongés dans une médecine qui "court vite et n'est plus en mesure d'évaluer honnêtement ses succès et ses échecs; dans un médicament qui utilise des outils diagnostiques et thérapeutiques sans une connaissance complète des risques et des bénéfices; dans une médecine qui perd de vue le sens de la particularité de la rencontre entre médecin et patient ", écrit Bobbio.

De la moitié à un tiers des études de recherche biomédicale ne sont pas publiées car il n'y a aucune obligation de publier les recherches effectuées. et les études aux résultats négatifs dénoncent les promoteurs de l'initiative AllTrials, sont moins susceptibles d'être publiées. La pétition lancée par AllTrials demande que tous les essais cliniques soient rendus publics et accessibles aux chercheurs: leur non-publication entraîne une perte d'informations vitales. En 2008, les conclusions d'une recherche coordonnée par l'anglais Irving Hull, publiée dans la revue en ligne PloS, ont fait sensation après avoir acquis auprès de la FDA les données d'essais cliniques (jamais publiées) sur les antidépresseurs de dernière génération, les ISRS ou inhibiteurs du recaptage de la sérotonine (y compris le célèbre Prozac, un médicament culte pour la dépression), le chercheur a conclu que l'amélioration chez les patients était comparable à l'effet d'un placebo, c'est-à-dire d'un non-médicament. Pendant ce temps, des millions de personnes dans le monde en ont fait usage.

Il le secteur pharmaceutique est l'un des rares, malgré la crise économique, qui ne connaît pas de ralentissement. Pas tant grâce à la découverte de nouvelles molécules, comme le prétend Ben Goldacre dans "Bad Pharma", qu'à la promotion à laquelle les géants pharmaceutiques allouent chaque année des dizaines de milliards de dollars. La pression s'exerce avec des voyages, des invitations à des conférences, des cadeaux, des campagnes d'information, des financements pour des sociétés scientifiques et des associations de patients. "De nombreux médecins considèrent que leurs relations dangereuses avec les sociétés pharmaceutiques sont" normales ", écrit Goldacre.

Les nœuds à dénouer, entre médecine et pouvoir, identifiés dans les années 70 par Giulio Maccacaro, restent d'actualité. Et ils ne sont pas fermés au sein de la médecine mais expriment une relation de pouvoir globale. Les médecins et la médecine ne constituent pas un monde séparé, une sorte d'aire protégée. Parce que la médecine est effectivement devenue un secteur économique. Et pour citer un célèbre aphorisme d'Aldous Huxley, auteur de "The New World", "la médecine a fait tellement de progrès que plus personne n'est en bonne santé".


source: http://espresso.repubblica.it/attualita/2017/12/05/news/l-industria-farmaceutica-investe-in-marketing-il-doppio-rispetto-alla-ricerca-1.315133