5G et croissance tumorale, les dernières recherches sont claires: le danger existe et est bien fondé

5G et croissance tumorale, les dernières recherches sont claires: le danger existe et est bien fondé

Dans le monde, les enjeux sont extraordinairement élevés. Non seulement dans Affaires, mais dans la protection des santé publique. Je l'ai écrit (en le dénonçant) dans mon dernier livre d'enquête. Le choc est entre les titans. "Il fallait s'y attendre - écrit-il sur Facebook, polémiquant avec la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (Icnirp), Fiorella Belpoggi, chercheur deInstitut Ramazzini, à la tête de la plus grande étude au monde sur les effets nocifs des rayonnement des antennes de téléphonie mobile (bande 3G) - désormais, ceux de service assumeront la responsabilité d'ignorer un danger ".

Parmi les controverses, le jeu est loin d'être clos et, sensationnellement, il pourrait rouvrir: on attend de nouvelles consignes de sécurité pour l'exposition auxélectrosmog, les résultats de l'institut bolognais (mené sur des cobayes humains équivalents, des tumeurs malignes du cerveau, du cœur et des crises cardiaques) et de l'American Programme national de toxicologie (cancer cellulaire), la semaine dernière sous la marque "Peu fiable" deICNIRP, mais sera bientôt examiné par le Centre international de recherche sur le cancer.

C'est peut-être pour cette raison, sans trop y prêter attention, que nous avons assisté ces derniers mois à une course effrénée contre le temps pour mettre en place l'infrastructure technologique de cinquième génération. Les 500 millions d'euros le prouvent prêté par l'Europe à Nokia, les 200 mille lampadaires LED / Wi-Fi qui viennent d’être installés à Rome et les mini-antennes allumées à Turin: si leOrganisation mondiale de la santé devrait réévaluer (vers le haut) la classification des radiofréquences, en les insérant parmi les "probables" (classe 2B) sinon parmi les "certains" (classe 1) cancérigènes pour l'humanité, du jour au lendemain, l'échafaud entier s'effondrerait sur lesquels - vaguement - les lobbies de l'industrie du sans fil et la politique de déni (non conventionnel) construisent le rêve numérique de la 5G. Parce que nous serons tous irradiés par une sommation multiple et cumulative de nouvelles fréquences mises aux enchères aujourd'hui, poussant (bientôt avec une réforme de la loi?) le champ électrique dans l'air de 6 V / m à 61 V / m. Partout, un tsunami au micro-ondes millimétrique va nous submerger: avec quelles conséquences? Ici:

«Le risque accru de cancers du cerveau, du nerf vestibulaire et des glandes salivaires est associé à l'utilisation du téléphone cellulaire. Neuf études (2011-2017) signalent un risque accru de cancer du cerveau lié à l'utilisation du téléphone portable. Quatre études cas-témoins (2013-2014) signalent un risque accru de tumeurs du nerf vestibulaire. Préoccupation pour d'autres cancers: sein (masculin et féminin), testicule, leucémie et thyroïde. Sur la base des preuves examinées, nous estimons que la classification actuelle des radiofréquences comme cancérogènes pour l'homme (classe 2B) devrait être mise à jour pour devenir cancérigène pour l'homme (classe 1) ".

L'actualisation de la recherche médico-scientifique dans les résultats des nouvelles études est claire. Le danger existe et est fondé. Et ce n'est pas une blague, si vous pensez à l'utilisation compulsive des smartphones: les directives élaborées en 1998 par l'ICNIRP sont anciennes, ne serait-ce que dépassées par l'avancée technologique incontestée, pour produire plus rapidement des produits Hi-Tech sans évaluation préalable du risque sanitaire: la mise à jour est urgente! Elle ne peut pas être reportée.

"Ils utilisent les mots magiques" incohérent "et" peu fiable "pour saper les dernières découvertes - les critiques, les technoribels de Pas de radiotion pour vous - accepter et promouvoir des études qui montrent une image plus sûre: l'ICNIRP s'avère une fois de plus insuffisant, insignifiant et non pertinent ». La note n'est pas une mince affaire: la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants est cet organisme accrédité (privé) CIRC-OMS sur laquelle, à la fin des années 90, l'Union européenne s'est fondée pour considérer les seuls effets thermiques (c'est-à-dire la surchauffe du corps humain rayonnée par l'électrosmog, simulée avec des mannequins remplis de gel), ignorant les preuves de dommages biologiques.

"Le moment est venu de mettre à jour et de réviser judicieusement les directives de l'ICNIRP", dit l'ancien membre (y a travaillé 12 ans) Jim Lin, tandis que - comme le sait angeGinoLevis (ancienne université de mutagenèse environnementale de Padoue) a également DariuszLeszczyński (scientifique parmi les meilleurs experts au monde, a étudié le projet Interphone Iarc-Oms) - soutient le manque de fiabilité de l'ICNIRP pour dicter l'agenda réglementaire du gouvernement pour la risque de pénétrer les ondes invisibles. Donc: si les résultats d'Icnirp sont obsolètes, vieux de 20 ans, que se passera-t-il si la plus haute autorité sanitaire du monde reçoit les preuves scientifiques les plus à jour sur la cancérogenèse de l'électrosmog? Les dommages biologiques mis en évidence par les études (avec financement public) de Programme national de toxicologie et Istituto Ramazzini? Ce sera de 5G? Et les conséquences auxquelles, en tant que cobayes, sans nous en informer nous exposent?


source: www.ilfattoquotidiano.it