"5G, car il est juste de s'inquiéter"

"5G, car il est juste de s'inquiéter"

Mandrioli de l'Institut Ramazzini de Bologne prend la parole. Le centre ultramoderne sur les cancérogènes recherche des fonds pour tester la technologie. "La 3G provoque déjà des tumeurs."

jump.bz: Daniele Mandrioli, coordinateur de rechercheInstitut Ramazzini de Bologne, le centre ultramoderne en Italie pour des études expérimentales sur les cancérogènes, à Bolzano, vous parlerez au conseil municipal des effets possibles de la technologie de cinquième génération pour les téléphones mobiles et l'internet des objets. Les citoyens doivent se soucier de la 5G?

Daniele Mandrioli: le principal problème avec la 5G est qu'il n'y a toujours pas d'études sur les fréquences et intensités plus élevées des ondes électromagnétiques qui démontrent la sécurité ou non de cette technologie. Notre principal intérêt en tant qu'entité de recherche serait d'étudier les effets possibles, car nous avons déjà étudié les radiofréquences, telles que celles des antennes radio de base 3G, à 1,88 GigaHertz, utilisées par exemple par la téléphonie mobile.

Qu'avez-vous découvert?

Nous avons mis en évidence une augmentation des tumeurs gliales en 2018, notamment en raison des doses plus élevées qui sont de toute façon au-delà des doses maximales d'exposition italienne, de 50 volts / mètre, soit la limite de 20 volts / mètre. Nos études - réalisées sur des expositions de 5, 25 et 50 volts / mètre - sont en ligne avec les résultats du gouvernement américain, publiés quelques mois plus tôt, à savoir une augmentation des tumeurs gliales pour des expositions équivalentes à celles des téléphones portables. Nous avons étudié le domaine d'une base radio, les mêmes fréquences mais des doses d'exposition plus faibles, leurs téléphones portables, mais les formes de cancer étaient les mêmes.

Dans notre étude expérimentale achevée en 2018, nous avons établi que «l'ancienne» 3G provoque des tumeurs gliales aux doses d'exposition les plus élevées. Les résultats sont en ligne avec ceux des États-Unis du programme national de toxicologie

Il existe donc une corrélation entre les vagues de téléphones portables et l'incidence des tumeurs?

Dans les modèles expérimentaux, oui, je veux dire dans nos études sur les modèles animaux. En particulier, l'Organisation mondiale de la santé, dans la branche qui étudie les cancérogènes (Iarc), avait déjà évalué les radiofréquences comme cancérigènes possibles précisément parce que les humains avaient vu une augmentation des gliomes et schwannomes vestibulaires qui sont très similaires à ceux que nous nous l'avons vu sur des modèles animaux, à la fois en Italie et aux États-Unis. Les premières preuves épidémiologiques ont montré une augmentation du risque en ligne avec celles observées empiriquement dans les études sur les rats Sprague Dawley, le principal modèle utilisé pour les recherches en laboratoire sur la cancérogenèse. 

La 5G est-elle toujours un domaine inconnu?

C'est, même si c'est un sujet d'intérêt compte tenu des autres aspects de complexité de cette technologie, de l'orientation des antennes à l'utilisation de différentes fréquences ensemble. Il est intéressant d'aller voir les effets car nous avons vu qu'avec l'augmentation de l'intensité des vagues, les effets cancérigènes sur les animaux augmentaient également. Il convient de considérer que si la 3G est limitée à des fréquences de 1,8 GigaHertz, la 5G devrait atteindre 50 fois plus, avec une augmentation d'intensité restant à déterminer, mais qu'elle pourrait atteindre 60-70 volts par mètre par rapport aux 20 volts par mètre actuels. .

La 5G, le système de télécommunications de cinquième génération, est malheureusement encore un domaine inconnu. Cependant, il est nécessaire de l'étudier, également parce que l'intensité des vagues pourrait être 50 fois supérieure à la technologie actuelle. Mais des fonds sont nécessaires pour les expériences

En bref, les citoyens ont-ils des motifs de préoccupation fondés?

Je pense que les citoyens devraient demander des études pour avoir des preuves. Il y a beaucoup de discussions mais très peu de preuves sont produites. L'espoir de nous tous est clairement que le champ 5G n'aura pas ou peu d'effets, d'un autre côté, il serait peu logique de faire l'expérience sur nous lorsque nous aurons des compétences de laboratoire consolidées pour anticiper et découvrir si un agent est cancérigène ou non.

Institut Ramazzini
La mission des chercheurs: pour les experts de l'institut Ramazzini de Bologne, il s'agit de découvrir des cancérogènes. Mais aussi si une substance ou une technologie mise sur le marché n'est pas nocive. Cependant, les études coûtent et nécessitent un financement. Photo: Institut Ramazzini

L'Institut Ramazzini, né en 1971 dans le sillage du projet de Cesare Maltoni sur le chlorure de vinyle, est-il candidat à ces études?

Il en est ainsi. Je me souviens que nous sommes l'institut qui en Europe a étudié plus de substances, plus de 200, deuxième au monde seulement au programme national de toxicologie qui est gouvernemental et en a analysé 700. La moitié des agents étudiés par nous se sont révélés cancérigènes, l'autre moitié non. C'est important car même si l'intérêt des médias pour nous se concentre sur les découvertes nuisibles, il est également essentiel de clarifier ce qui n'est pas dangereux. Dans le même numéro du journal qui a rendu compte de notre étude sur la 3G, nous avons également signalé que les basses fréquences de l'électricité n'avaient pas d'effet néfaste, mais l'espace accordé aux deux nouvelles était complètement différent.

Les citoyens doivent se soucier d'une chose: demander des études. Il se peut que la 5G soit inoffensive

Il est naturel que la découverte d'une substance dangereuse crée plus d'alarme. Mais avez-vous déjà commencé un projet sur la 5G?

Pour le moment malheureusement non. Existe-t-il une commune qui souhaiterait financer nos études, une petite entité intéressée mais rien de structuré pour démarrer une aventure comme celle sur la 5G qui coûte plusieurs millions d'euros. La 3G nous a coûté 5 millions, celle des États-Unis 25.

Vous dites: l'Italie a une structure d'excellence dans les études sur les cancérogènes, doit-elle être financée correctement, avec une attention sur une technologie comme la 5G à fort potentiel de diffusion?

Nous serions ravis si les organismes publics et les citoyens décidaient de soutenir une étude dans ce secteur. La pire chose que je pense est l'indécision, ne pas savoir si une technologie qui peut toucher 6 milliards de personnes dans un avenir proche est nuisible ou non. Cela n'a aucun sens d'un point de vue scientifique, aussi parce que s'il ne fait rien, il n'y a rien à cacher.

Après notre étude sur la 3G, nous n'avons pas vu de changements particuliers. Mais les organismes de réglementation devront prendre une décision. En Italie, le mot appartient à l'État

Quelque chose a-t-il changé après votre étude sur la 3G?

Du point de vue des limites, du moins en Italie, nous n'avons pas vu de changements particuliers. Cependant, les résultats en ligne produits par nous et l'institut américain seront désormais évalués par les organismes de réglementation. Dans le cas de l'Italie, le mot appartient au législateur, donc à l'État et aux ministères. Aux États-Unis, cependant, la toxicologie nationale est également un organisme de réglementation, ils ont donc déjà clarifié l'effet sur les tumeurs dans les modèles animaux.

Ne faudrait-il pas inverser le principe, d'abord qu'une technologie n'est pas nocive, puis la mettre sur le marché?

En effet ce qui s'applique par exemple à la chimie, le principe "pas de données, pas de marché", pour les autres secteurs ne s'applique pas. Dans le cas des radiofréquences, malheureusement il n'y a pas de contraintes de ce point de vue, il n'est pas nécessaire de prouver la sécurité du produit, en termes d'effets chroniques à long terme, avant de le vendre.

En chimie, le principe d'absence de données et de marché ne s'applique pas, dans d'autres domaines non. Sans les études expérimentales que nous avons faites dans les années 80, nous serions toujours ici pour discuter des risques potentiels de l'amiante

La crainte est que nous puissions répéter ce qui s'est produit pour le tabagisme ou pour l'amiante.

Si une substance provoque des tumeurs chez l'homme, on la découvre 30, 40 ans plus tard pour la latence physiologique. Mais dans notre modèle expérimental en 3 ans il y a toute la vie du rat, l'équivalent de 80 pour l'homme. Vous avez donc l'analyse de l'effet cancérigène potentiel de la substance en très peu de temps, pouvant ainsi adopter des contre-mesures.

En conséquence, l'expérimentation animale est utile et nécessaire, non?

Ne pas faire d'étude expérimentale peut signifier sacrifier des milliers de personnes, comme dans le cas de l'amiante. C'est nous dans les années 80 qui avons fait les études expérimentales sur le matériau - tout comme dans toute notre activité nous avons analysé le chlorure de vinyle, le monomère PVC, le benzène, le formaldéhyde, le diesel, l'essence, les pesticides, les rayonnements ionisants, la liste est longue - et je suis désolé de dire que sans nous, nous serions encore ici à parler de risques, pas de certitudes. Tant de fois que les études épidémiologiques ne suffisent pas, il faut des preuves prouvées pour établir si un agent est cancérigène ou non.

Le Tyrol du Sud est une terre attentive à l'environnement et à la santé, j'espère que nous pourrons démarrer une levée de fonds sur la 5G comme celle sur les pesticides. Le financement participatif du glyphosate a commencé

À l'invitation des Verts, vous participerez à l'audition sur la 5G au conseil municipal avec Luca Verdi de l'agence provinciale pour l'environnement et Elena Marchetto de Fastweb. En profiterez-vous pour étendre l'appel au Tyrol du Sud pour trouver des fonds utiles pour les études sur la cinquième génération?

Absolument, le Tyrol du Sud est une terre que nous connaissons bien et avec laquelle nous avons eu et entretenons de nombreuses relations. Un territoire sensible en général aux enjeux environnementaux. Avec un million d'euros, nous pourrions commencer. De la même manière, nous avons commencé l'expérience d'étude sur le glyphosate, le pesticide le plus vendu au monde, qui utilise la campagne de crowdfunding qui a jusqu'à présent permis de récolter 200.000 XNUMX €. On pourrait répéter ce chemin.


source: https://www.salto.bz/it/article/05112019/5g-perche-e-giusto-preoccuparsi