Répéteurs et ondes du téléphone portable, étude de Ramazzini: "Tumeurs rares dans les cellules nerveuses"

Répéteurs et ondes du téléphone portable, étude de Ramazzini: "Tumeurs rares dans les cellules nerveuses"
(Temps de lecture: 2-4 minutes)

"Après les résultats du National Toxicology Program réalisé aux USA, de rares tumeurs des cellules nerveuses ont également été observées dans l'étude de l'Institut Ramazzini:" Il est possible de se protéger en prenant quelques précautions ""

Le chercheur Fabiana Manservisi raconte les résultats de l'étude expérimentale deInstitut Ramazzini sur les effets des ondes électromagnétiques et radioélectriques, en particulier dans les bandes 2G e 3G, qui ne disparaîtra pas avec l'avènement de 5G (domaine encore inexploré) mais auquel s'ajoutera: «Les organes cibles sont le cerveau et le cœur, cette étude, que nous avons associée à celle de l'American National Toxicology Program, fera probablement réévaluer l'AIRC sur les effets cancérigènes de la radio- fréquences ". "

La recherche a étudié l'impact de l'exposition humaine aux niveaux de rayonnement radiofréquence (RFR) produits par les répéteurs et les émetteurs de téléphones mobiles et aujourd'hui l'équipe de recherche de l'Institut Ramazzini publie les résultats de la recherche, la plus importante jamais réalisée. réalisé sur les rayonnements radioélectriques (RFR), intitulé «Rapport des résultats finaux concernant i tumeurs cérébrales et cardiaques chez des rats Sprague-Dawley exposés de la vie prénatale à la mort spontanée à des champs électromagnétiques radiofréquences, équivalents aux émissions environnementales d'un répéteur à 1.8 GHz ». "

Ramazzini a étudié des expositions aux fréquences radio 1000 fois inférieures à celles de l'étude sur les téléphones portables du National Toxicologic Program (USA) et a trouvé les mêmes types de tumeurs. L'étude, comme il l'explique Fabiana Manservisi a été menée sur 2.448 rats: «Ils ont été exposés à un rayonnement GSM de 1.8 GHz (provenant d'antennes de téléphones portables) pendant 19 heures par jour, de la vie prénatale (c'est-à-dire pendant la grossesse de leur mère) à la mort spontanée (trois ans L'étude comprend des doses similaires à celles trouvées dans notre environnement de vie et de travail de 5, 25 et 50 V / m: ces niveaux ont été étudiés pour imiter l'exposition humaine de tout le corps générée par les répéteurs, et sont bien inférieurs à ceux utilisés dans l’étude américaine NTP ».

Fondamentalement, les chercheurs de l'Institut Ramazzini ont trouvé des augmentations statistiquement significatives de l'incidence des schwannomes malins, tumeurs rares des cellules nerveuses du cœur, chez les rats mâles du groupe exposé à la plus forte intensité de champ, 50 V / m. De plus, des chercheurs italiens ont identifié une augmentation de l'incidence d'autres lésions, déjà constatée dans l'étude NTP: hyperplasie des cellules de Schwann chez les rats mâles et femelles et gliomes malins (tumeurs cérébrales) chez les rats femelles à la dose plus haut. Tous les niveaux d'exposition utilisés dans cette étude sont inférieurs à la limite de la FCC américaine pour l'exposition maximale autorisée pour la population. En d'autres termes, si un répéteur émet cette quantité de rayonnement, il est considéré comme conforme à toutes les réglementations et législations américaines.

Comment se protéger des ondes des téléphones portables? «En attendant, essayez d'éloigner le téléphone portable des zones sensibles du corps - explique le chercheur Ramazzini - ou du système reproducteur (ne le gardez pas dans votre poche!) Et du cœur par exemple car ce sont des organes cibles. La tête doit être éloignée du téléphone portable. au moins 20/30 cm et l'utilisation d'écouteurs ou mains libres est donc recommandée. Autre outil de précaution, éteignez ou mettez le smartphone en mode avion autant que possible et même de nuit car la connexion de données augmente l'exposition . En tant que mère, je dis que le téléphone portable en mode baby-sitter n'est pas sain, rien jusqu'à l'âge de 12 ans ". 

L'Institut Ramazzini est une coopérative sociale à but non lucratif fondée en 1987 par le professeur Cesare Maltoni, pionnier et sommité de l'oncologie et engagée dans la recherche et la prévention du cancer. L'institut est dirigé par le Centre de recherche sur le cancer "Cesare Maltoni", qui est basé à Bentivoglio Castle (Bo) et où les risques cancérigènes et la toxicité des
nombreuses substances, constituant la base scientifique de la législation nationale et internationale. Des activités de prévention sont menées dans les deux cliniques externes de l'Institut Ramazzini, à Bologne et Ozzano dell'Emilia.


source: https://www.bolognatoday.it/cronaca/onde-elettromagnetiche-tumori-fabiana-manservisi.html