Plainte de Pan Europe: l'UE a autorisé plus de 100 pesticides qui altèrent le système hormonal

Depuis 2011, l'Union européenne a approuvé l'utilisation de plus de 100 pesticides, leur accordant généralement des licences de 10 ans, sans tester son impact sur le système hormonal humain, malgré l'obligation de le faire. C'est ce que le dernier rapport paneuropéen a souligné, qui a examiné 33 pesticides approuvés par l'UE et a constaté que 31 ont obtenu une licence sans aucun test scientifique pour vérifier s'ils ont endommagé le système endocrinien humain ( ici le rapport avec tous les pesticides pris en considération). Nos analyses ont constaté la présence de certains d'entre eux dans autant de produits.

Par exemple le Difénoconazole, le fluopyram et le methoxyfenozide ont été trouvés sur certains échantillons de tomates fraîches alors que Trifloxystrobine sur les courgettes. Parmi les pesticides autorisés par l'UE sans vérifier leur potentiel en tant que perturbateur endocrinien, il y a aussi le chlorpyrifos, pendant quelques jours interdit par l'Union européenne (et que nous avons trouvé sur les raisins et dans certains échantillons de bière), la polémique Glyphosate et le Bentazone qui fait partie des pesticides que Coop a interdits de production.

Depuis 2009, l'Union européenne est le seul marché au monde à interdire les pesticides à l'origine de perturbations endocriniennes (règlement pesticides 2009, entré en vigueur en 2011). Ces produits chimiques (le soi-disant ED), qui interfèrent avec le système hormonal, peuvent provoquer un large éventail de maladies, notamment le cancer du sein et de la prostate, le diabète et peuvent avoir des effets graves sur le développement du système nerveux des enfants. En effet, la recherche scientifique a montré que les humains sont particulièrement sensibles aux substances qui altèrent le système endocrinien au cours des premiers stades de la vie, rendant les femmes enceintes, les nourrissons et les enfants les plus vulnérables.

Depuis l'approbation du règlement en 2009, les pesticides qui altèrent le système endocrinien ont été interdits dans l'UE. En 2012, l'OCDE a convenu d'une série de tests scientifiques que l'UE aurait dû utiliser. En outre, en juin 2018, l'UE a adopté de nouvelles lignes directrices qui établissent explicitement toutes les informations nécessaires pour permettre à la Commission pour juger si un pesticide est un perturbateur endocrinien ou s'il est sûr à utiliser.

Le nouveau rapport de Pesticide Action Network Europe (PAN) montre que dans la grande majorité des cas examinés, la Commission a ignoré ces règles. Au lieu de tester les pesticides comme requis, l'exécutif européen a simplement demandé aux fabricants de fournir des "informations" sur leur pesticide. Dans 12 des cas examinés, les sociétés ont affirmé ne pouvoir fournir ces tests que plus tard et en tout cas après autorisation, tandis que dans 10 cas, les producteurs n'ont même pas pris la peine de présenter les informations demandées, sans parler des tests spécifiques. pour ED. Cependant, leur pesticide a réussi le processus d'approbation.


source: https://ilsalvagente.it/2019/12/11/la-denuncia-di-pan-europe-lue-ha-autorizzato-oltre-100-pesticidi-che-alterano-il-sistema-ormonale/