Italian Italiano

45.000 XNUMX décès chaque année pour faute professionnelle médicale

45.000 XNUMX décès chaque année pour faute professionnelle médicale

Les données que nous vous apportons sont légèrement datées, mais pas tant que nous parlons de 2011. "45.000 XNUMX décès par faute médicale dans les hôpitaux italiens" était le titre du Newsletter bimensuel sur les questions de bioéthique et de droits civils, numéro 46, du 6 décembre 2013 par Carlo Troilo, Luca Coscioni Association.

L'Association Luca Coscioni a demandé à un responsable de la même association, ainsi que professeur d'Analyse et d'organisation des systèmes de santé au Politecnico di Milano, Prof. Marcello Crivellini, pour commenter un article précédent paru dans le «Corriere della Sera» et la réponse a été prudente analyse dont nous rapportons l'intégralité du texte. Nous souhaitons avant tout anticiper une donnée:

Chaque année en Italie, il y a un peu moins de 500.000 45.000 erreurs dues à une faute médicale, dont plus de 4.000 1000 décès. En moyenne, XNUMX XNUMX personnes meurent chaque année d'accidents de la route, dont XNUMX XNUMX du travail.


Combien de décès par faute médicale?

Les effets négatifs de la santé sur la santé et les finances des citoyens sont dus à au moins 3 types de comportement:

  1. comportements des opérateurs qui commettent des erreurs en raison d'une incapacité professionnelle ou d'une mauvaise gestion d'entreprise
  2. les comportements des opérateurs et des entreprises visant intentionnellement à récolter des bénéfices économiques, même s'ils contrastent avec la santé (et les finances) des utilisateurs
  3. les comportements des opérateurs et des entreprises qui soutiennent les peurs des malades (ou présumés tels) et favorisent le pouvoir économique et social des opérateurs et des entreprises, tout en allant à l'encontre de la protection de la santé et de l'éthique professionnelle.

Le type 1 comprend les véritables erreurs de santé clinique dues au manque de compétence, à la superficialité ou à la négligence dans la gestion du processus de traitement par des opérateurs individuels ou des entreprises de santé. Des exemples peuvent être: de mauvais diagnostics, des interventions chirurgicales ou une mauvaise administration de médicaments ou à de mauvaises doses, des retards, des échanges de patients, etc. ... Paradoxalement, ce sont les plus faciles à éviter.

Le type 2 comprend généralement des services et des interventions thérapeutiques inutiles qui sont effectués pour le bénéfice personnel et / ou professionnel: de nombreuses opérations «suggérées» aux patients, trop d'ordonnances de médicaments et de tests diagnostiques (le National Health Service ou le patient) pas nécessaire pour la santé des citoyens mais utile pour le budget de ceux qui prescrivent. Des études internationales estiment qu'environ 30 à 40% de tous les soins de santé ne sont pas nécessaires. Et dans le cas d'interventions sur le corps, des interventions inutiles sont également néfastes pour le patient, tant en termes de santé que d'économie. Cette masse de soins de santé inutiles et nocifs pour le patient (mais utile pour les professionnels de la santé et les entreprises) est appelée «soins de santé induits».

Le troisième type de comportement profite de la fragilité des conditions des malades (ou de ceux qui craignent de l'être) et de leurs peurs, les aidant à attribuer des compétences diagnostiques ou thérapeutiques à des interventions qui ne doivent pas être prescrites mais qui sont prescrites sur la «pression» des patients ou pour construire de futurs alibis; on renonce ainsi à ses devoirs professionnels, nourrissant consciemment les illusions et fournissant un «placebo» coûteux et également inutile (donc potentiellement nocif). C'est ce que les médecins appellent habituellement «médecine défensive», oubliant de définir les deux premiers comportements comme «médecine offensive».

Ces trois types de comportements sont présents et répandus dans les soins de santé, avec des dimensions et des effets énormes. Par conséquent, la distinction entre «faute professionnelle médicale» et santé est trompeuse à certains égards. La distinction qu'il faut toujours garder à l'esprit se situe entre la santé et la santé, qui mesure et évalue la santé uniquement et exclusivement sur la base de ses effets réels (et scientifiquement prouvés) sur la santé.

Même le débat sur le financement ou les coupures ne devrait se fonder que sur cette distinction. En d'autres termes, la confusion entre santé et santé pousse les opérateurs, les entreprises de santé, les intérêts internes ou ceux qui sont à la limite de la santé (en Italie 9,2% du PIB, plus de 140 milliards d'euros par an sont consacrés à la santé) à demander plus l'argent pour les soins de santé, se vantant qu'ils se transformeront automatiquement en plus de santé pour les citoyens. Ce n'est pas le cas: toutes les données comparatives sur la santé et la santé des pays industrialisés démentent cette fable sur l'utilisation et la consommation des soins de santé et ses besoins internes.

Pour en revenir à ce que les médias appellent la "faute médicale", il est bon de savoir que les cas de grève signalés périodiquement ne sont que la partie visible de l'iceberg de ce qui se passe réellement.

Depuis les années 90, de nombreuses études internationales ont quantifié les erreurs dans les soins de santé, et en particulier celles à l'hôpital. Ils ont mesuré que le nombre d '«événements indésirables» (erreurs causant des dommages aux patients) se situe entre 4 et 12% des hospitalisations et qu'au moins 4% de ces événements indésirables entraînent la mort du patient.

Ce n'est que récemment (2011) qu'une étude sérieuse similaire a été menée en Italie, dont les conclusions ont été:

  1. 5,2% des hospitalisés souffrent d'un événement indésirable,
  2. 9,5% d'entre eux entraînent la mort du patient.

Ces conclusions obligent à affirmer que les erreurs sur les hospitalisés sont en Italie un peu moins de 500 45 par an et que les décès qui leur sont dus dépassent les 4 XNUMX par an. Les accidents de la route sont environ XNUMX XNUMX, ceux au travail environ XNUMX XNUMX par an.

Il n'y a pas eu d'émissions télévisées sur ces données effrayantes et les seuls articles se limitent aux pages "techniques" de quelques journaux.

Certes, l'article de Ravizza et Santucci doit être considéré positivement; il traite d'un aspect important mais marginal par rapport aux phénomènes observés, leur nature et leur ampleur.


source: 

Image(s)

Newsletter

N'oubliez pas de confirmer votre abonnement avec le lien que vous trouverez dans les e-mails que nous vous avons envoyés

Politique de confidentialité
0
Partages

Êtes-vous intéressé?

Suivez-nous également sur nos canaux sociaux ...

0
Partages