Merck condamné en appel en France

Merck condamné en appel en France

Une analyse de la nouvelle formule Levothyrox, commandée par l'Association française des patients thyroïdiens (AFMT https://goo.gl/FYUo5i), met en évidence une surdose de la molécule principale et la présence d'une autre molécule, non présente dans la liste des composants, qui est interdite aux États-Unis, en plus des nanoparticules métalliques.

L'Association française des patients thyroïdiens (AFMT) a annoncé jeudi 14 juin, après avoir effectué une analyse dans un laboratoire étranger sur la nouvelle formule de Levothyrox, avec laquelle de nombreux patients affirment souffrir d'effets secondaires. Cette recherche révèle que cette formule contient moins de lévothyroxine que les spécifications actuelles, ce qui pourrait expliquer les dysfonctionnements causés par le traitement. Les déclarations de l'Association française sont alarmantes:

"Certains patients cancéreux ont une sous-dose d'hormones thyroïdiennes, nous avons donc observé des cas de rechute après des années"

Le deuxième élément de cette étude est la présence, dans le traitement, de DESTROTIROXINA, qui n'apparaît pas, selon l'association, dans la liste des composants. Cette substance synthétique, non commercialisée en France, a été retirée de la vente aux États-Unis en raison d'effets secondaires similaires à ceux décrits aujourd'hui par les patients thyroïdiens, tels que crampes, maux de tête, vertiges et chute de cheveux.


Les résultats transmis à un juge d'instruction

Les résultats de cette étude ont été transmis au juge d'instruction du service de santé de Marseille en charge de l'affaire, ouvert pour "tromperie aggravée, blessure involontaire et danger d'autrui". AFMT, déclarant que "" la sécurité sanitaire ne permet pas d'attendre le résultat des enquêtes criminelles "(principe de précaution), invite l'Agence nationale des médicaments à réaliser une étude sur un nombre important d'échantillons de l'ancienne et de la nouvelle formulation, provenant de laboratoires indépendants.

Toujours l'Association AFMT:

"A ce stade, notre association ne prétend pas, dans une seule étude, disposer de preuves incontestables, mais d'un fait nouveau important, car si ces résultats se confirmaient, comme on pourrait le penser, ils pourraient constituer une explication rationnelle de cette crise, de origine encore inconnue "


Le laboratoire

"En France, aucun laboratoire n'a voulu effectuer ces analyses par crainte de représailles de l'industrie"

L'Association française des patients thyroïdiens a eu du mal à trouver un laboratoire en France pour effectuer ces tests sur ce médicament commercialisé par le laboratoire Merck. En tant que Corvelva, nous pouvons attester de la difficulté que nous rencontrons à trouver des laboratoires pour nos analyses et des mois pour trouver ceux actuellement utilisés.

Les tests ont été effectués par un laboratoire américain sérieux, certifié par l'établissement de santé américain. En France, il était très difficile de trouver des laboratoires acceptant de faire des analyses pour une association de patients. Ils craignaient des représailles commerciales de l'industrie pharmaceutique.

L'association admet que ce n'est pas une preuve incontestable. Le laboratoire ne prétend pas qu'il est confirmé qu'il s'agit de la dextrothyroxine (note: la substance synthétique, non commercialisée en France), mais dit que c'est probable. Une analyse plus approfondie serait nécessaire pour le prouver, mais malheureusement, l'association a épuisé ses fonds, vivant sans subventions, sans financement public, sans avoir ses propres laboratoires, elle ne peut pas mener d'autres analyses.


Que dit Merck?

Merck souligne que de nombreuses analyses ont déjà été effectuées par les autorités compétentes sans identifier la moindre non-conformité de leur produit. Valérie Leto, responsable pharmaceutique chez Merck, déclare:

"Nous nions officiellement la présence de la forme pour droitiers dans les comprimés de Levothyrox, que ce soit l'ancienne ou la nouvelle formule ... Quant à la présence d'une forme différente de lévothyroxine dans la nouvelle formule de Levothyrox (forme D-T4 pour droitiers), nous déclarons formellement rappelons que l'ingrédient actif utilisé pour la nouvelle formule de Levothyrox est complètement identique à celui présent dans l'ancienne formule de Levothyrox (forme lévogyrique dite forme moléculaire L-T4) "

Merck oublie de mentionner que récemment elle a été condamnée en appel à fournir l'ancienne formule de Levothyrox à 25 plaignants de Haute-Garonne.

Le géant allemand de l'industrie pharmaceutique a été condamné à fournir l'ancienne formule Levothyrox à 25 plaignants de Haute-Garonne. Il s'agit d'une décision de la cour d'appel de Toulouse, qui confirme ainsi toutes les dispositions de la commande délivré en novembre 2017 par le tribunal de grande instance. En fait, Merck avait fait un appel inutile, et un était prévu en même temps que l’obligation pénalité de 10.000 XNUMX euros par jour si l'ancienne formulation n'avait pas été fournie.


Que dit le ministère de la Santé?

La direction générale de la santé indique qu'une analyse a été effectuée en janvier au cours de laquelle ils ont été trouvés "traces de métaux dans tous les médicaments" a base de lévothyroxine, "y compris Euthyrox", l'ancienne formule de levothyrox. Il garantit que "la présence de traces de métal dans les produits de santé ne représente pas en soi un défaut de qualité ou un risque le santé " parce que les concentrations sont inférieures aux seuils de sécurité.

Pour le moment, l'ANSM (Agence française de sécurité des produits de santé) ne communiquera rien d'autre sur le sujet et ne souhaite pas commenter. "une étude qui n'a pas vu" e ricorda "qu'une étude épidémiologique est en cours et que la justice suivra son cours". En revanche, le laboratoire de Merk déclare que la réclamation de l'AFMT est "scientifiquement infondé".


source: