La grande arnaque "porcine"

La grande arnaque "porcine"
(Temps de lecture: 2-4 minutes)

The British Medical Journal: L'OMS a gonflé les risques de la grippe A pour aider l'industrie

Vendredi dernier, la critique de la manière dont l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a réagi à la pandémie de grippe H1N1 a été publiée avec la publication d'une enquête menée conjointement par le British Medical Journal (BMJ) et London Investigative Journalism Agency (BIJ), et avec le rapport adopté le même jour par la Commission de la santé de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. Le premier révèle que certains des experts qui avaient participé à l'élaboration des directives de l'OMS pour les pandémies faisaient partie de la masse salariale de deux sociétés pharmaceutiques - Roche et GlaxoSmithKline - qui produisent des médicaments ou des vaccins contre les virus de la grippe. Le second souligne un "manque de transparence" dans la gestion de la crise du virus H1N1 par l'OMS et les institutions de santé publique, les accuse d'avoir "dilapidé une partie de la confiance que les Européens ont en ces organes" et estime que "cette une baisse de confiance dans l'avenir pourrait représenter un risque ».

Un an après l'annonce, le 11 mai 2009, du début de la pandémie de grippe, de nombreux gouvernements occidentaux se retrouvent avec des stocks inutilisés de médicaments antiviraux et de vaccins contre le nouveau virus A (H1N1), commandés à un prix très élevé, tandis que le La banque JP Morgan estime le chiffre d'affaires entre 5,8 et 8,3 milliards d'euros. Il ressort que, depuis 1999, date des premières lignes directrices de l'OMS pour les pandémies, certains experts jouant un rôle clé dans leur développement ont des liens d'intérêt avec les industriels. Les recommandations sont rédigées par quatre experts en collaboration avec le «groupe de travail européen sur la grippe» (Eswi). "Ce que ce document n'a pas révélé, c'est qu'Eswi est entièrement financé par Roche et les autres fabricants de vaccins et que deux des experts, René Snacken et Daniel Lavanchy, avaient participé à des événements financés par Roche l'année précédente", Journalistes britanniques Deborah Cohen et Philip Carter.

L'article cite plusieurs autres experts impliqués dans les documents stratégiques de l'OMS, qui ont été payés par des industriels et ont publié des articles sur l'utilité des médicaments rétroviraux (Tamiflu della Roche ou Relenza di GlaxoSmith Kline), une utilité désormais contestée au sein du communauté médicale.

"Aucun détail n'a été fourni par l'OMS en réponse à nos questions", écrivent Cohen et Carter. Les deux journalistes déplorent également le secret gardé par l'OMS sur la composition du comité d'urgence, mis en place par le directeur général, qui lui a conseillé sur le moment de déclarer la pandémie: «Une décision qui a déclenché les contrats coûteux pour vaccins partout dans le monde », commente la directrice du BMJ, Fiona Godlee, dans son éditorial.

Interrogé par "Le Monde", le porte-parole de l'OMS, Gregory Hartl, déclare que "chaque fois que l'OMS rassemble des experts, elle dispose d'une déclaration d'intérêt, qui est soumise à l'évaluation du président du comité d'experts, mais pas il les publie car ils contiennent des informations d'ordre privé ».

En ce qui concerne la commission d'urgence, Hartl précise que sa composition sera rendue publique une fois sa mission achevée, une mesure visant à "éviter que ses membres subissent des pressions, compte tenu des énormes conséquences des décisions prises". Le rapport établi par Paul Flynn, député socialiste britannique, et adopté le 4 juin par la Commission de la santé de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, accuse également l'OMS de montrer un "grave manque de transparence" dans ses processus décisionnels, à quoi s'ajoutent "des preuves accablantes que la gravité de la pandémie a été largement surestimée par l'OMS".

Le document souligne que "c'est avant tout la transition rapide vers le niveau 6 de la pandémie, à un moment où la grippe a donné des symptômes relativement modestes, conjuguée au changement de définition des niveaux de pandémie peu de temps avant l'annonce de la pandémie H1N1, qui a soulevé des inquiétudes et des soupçons dans la communauté scientifique. " Le rapport sera soumis à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe et à ses 47 Etats membres le 24 juin.


source: https://www.lastampa.it/esteri/2010/06/07/news/la-grande-truffa-della-suina-1.37010352