Novartis est fouillé et le suspect est une arnaque sur les vaccins contre la grippe

Novartis est fouillé et le suspect est une arnaque sur les vaccins contre la grippe
(Temps de lecture: 3-5 minutes)

NOVARTIS, la multinationale pharmaceutique suisse considérée il y a quelques années comme l'une des plus intactes au monde, peut avoir fraudé l'État italien en gonflant les prix du vaccin Focetria, utilisé pour contrer en 2009 le risque pandémique associé à la souche AH1N1 (grippe porcine) ), et peut-être aussi les prix du vaccin Fluad, utilisé contre les influences saisonnières. Les deux vaccins sont produits dans l'usine Novartis Vaccines and Diagnostics à Sienne, qui a été vendue à Glaxo en avril. Hier, les carabiniers Nas l'ont fouillé, tout comme le siège italien de Novartis Farma à Origgio (Varese). Le procureur de Sienne Aldo Natalini émet l'hypothèse d'un crime de fraude aggravée contre l'État contre le PDG de Novartis Vaccins et Diagnostics, Francesco Gulli. L'entreprise est poursuivie pour l'infraction administrative liée au délit de fraude.

ENQUÊTE
C'est une période difficile pour Novartis. En mars avec Roche, une amende de 180 millions d'euros a été infligée par l'autorité antitrust pour un accord de cartel sur le traitement des maculopathies qui a imposé pendant des années l'utilisation du très cher Lucentis (produit par Novartis) au détriment de l'Avastin moins cher. Vint ensuite la demande d'indemnisation d'un milliard et 200 millions du ministère de la Santé. Maintenant, l'accord sur les vaccins explose. Le Focetria contre la grippe porcine et le Fluad contre les influences saisonnières contiennent l'adjuvant MF59, qui est un composant essentiel. Le MF59 est produit dans l'usine Novartis Pharma GmbH en Allemagne. Cependant, à partir des factures, il est acheté par Novartis Usa. Lors d'un contrôle fiscal, les inspecteurs de l'Agence du revenu ont constaté que l'usine allemande fournit le MF59 à 660 euros le litre, tandis que les factures américaines indiquent un prix de 3.964 euros le litre, 500% de plus. Les Carabiniers du Nas de Florence ont approfondi leur enquête, constatant que le principe actif est toujours venu d'Allemagne: seules les factures ont triangulé entre Allemagne - USA - Italie, avec une augmentation vertigineuse des prix. Selon les accusations, nous sommes donc en présence d'un mécanisme de surfacturation intra-groupe, grâce auquel le ministère de la Santé, acheteur des vaccins, a été trompé.

Comme cela arrive souvent, l'arnaque aurait été favorisée par l'urgence. Le 11 juin 2009, l'Organisation mondiale de la santé a déclaré l'état pandémique lié à la nouvelle souche grippale AH1N1. Le ministère de la Santé a mis en place une cellule de crise qui prévoyait, sans mesures adéquates, la possibilité de 9 millions de cas de grippe porcine en Italie, dont la létalité a été évaluée à environ 0,1 / 0,5 décès par 1000 personnes touchées. Par conséquent, la cellule de crise a suggéré de vacciner rapidement 40% de la population italienne, soit 24 millions de personnes. Entre le 17 et le 21 juillet, le sous-secrétaire à la Protection civile, Guido Bertolaso, a manifesté l'intérêt du gouvernement pour Novartis et Sanofi Pasteur pour l'achat de 24 millions de doses de vaccin contre la grippe. Le 31 juillet, le Premier ministre Silvio Berlusconi a chargé le ministère de la Santé d'acheter les vaccins avec la procédure d'urgence la plus urgente. La tâche de les produire a été confiée à Novartis, qui a enregistré en 2007 un vaccin précurseur de l'anti AH1N1 auprès de l'Agence européenne des médicaments (EMEA). La section centrale de contrôle de la Cour des comptes, reconnaissant "le caractère exceptionnel et l'urgence de l'intervention", a décidé de valider le contrat de fourniture avec Novartis, bien que l'équité des prix convenus n'ait pas été certifiée. Le juge du compte était Vittorio Giuseppone, arrêté le 3 juin pour corruption dans l'enquête Mose.

Le prix convenu avec Novartis pour les 24 millions de doses de vaccin était de 184 millions et 800 milliers d'euros. En 2010, après avoir acheté plus de 12 millions de doses, et comme la malheureuse pandémie avait été limitée à un cas en Italie, le ministère de la Santé a demandé à Novartis de cesser de fournir les 12 millions de vaccins non encore produits , pour une valeur de plus de 97 millions d'euros. Novartis se tourna vers le goudron. Le ministère a décidé de rechercher une transaction. L'accord a été conclu en 2012. Pour justifier ses coûts, Novartis a présenté les factures américaines de l'adjuvant MF59 (celles dont le prix, selon les accusations, était gonflé de 500%). Sur cette base, le ministère a conclu l'accord en payant près de 20 millions d'euros: 2 millions 700 milliers d'euros de trop, selon le Nas. Et pas seulement ça. Les carabiniers estiment que le prix initialement convenu, en 2009, pour le vaccin contre la grippe porcine, 7 euros par dose, a été affecté par l'augmentation artificielle du prix de l'adjuvant MF59. Si c'est le cas, multiplier l'augmentation artificielle par plus de 12 millions de doses de vaccins achetés entraîne des dommages à l'état de plus de 16 millions d'euros. L'estimation des dommages causés par la surcharge de l'adjuvant MF59 appliqué aux vaccins contre la grippe saisonnière est en cours d'évaluation. Dans une note, Novartis déclare que "son travail est, et a toujours été, basé sur le plein respect de la loi et des dispositions en vigueur".


source: https://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2014/06/21/perquisita-la-novartis-il-sospetto-e-di-truffa-sui-vaccini-per-linfluenzaFirenze02.html