Vaccin, quelle grosse arnaque

Vaccin, quelle grosse arnaque
(Temps de lecture: 3-5 minutes)

L'arnaque deH1N1: plus de 23 millions de doses inutilisées
Les place du gouvernement et l'étrange préemption de Sirchia à la Novartis

Le gouvernement Berlusconi il a jeté 184 millions d'euros. la Novartis a rapporté un milliard d'euros.
Le ministère de la santé a signé un contrat avec Novartis que définir un déséquilibre en faveur de la multinationale suisse est peu, mais nous le verrons après avoir mis en lumière un autre fait. Girolamo Sirchia - condamné en première instance à trois ans pour avoir empoché des pots-de-vin, la prison s'est échappée grâce à la grâce, suspendue pour cinq ans dans les charges publiques - en 2004 alors qu'il était ministre de la Santé du deuxième gouvernement Berlusconi, lors de négociations privées (c'est-à-dire sans appel d'offres), il payé à Novartis 3 millions d'euros pour avoir droit à une préemption sur l'éventuelle production de vaccins en cas de pandémie. Et la grippe est venue H1N1.

"Construit" la pandémie, le gouvernement Berlusconi a acheté le vaccin à la Novartis avec un contrat qui a été tenu secret en raison de ses clauses, comme une "plainte" de la Cour des comptes. 24 millions de doses pour un coût de 184 millions d'euros à payer d'avance avec l'engagement du gouvernement de prendre en charge les éventuels effets secondaires et de payer en cas de dommages à des tiers pour des raisons non imputables à des défauts de fabrication .
Tout compte fait, les vaccins collectés et distribués aux Asl ils étaient égaux à la valeur de 10 millions contre les 184 payés. Et seulement 865 XNUMX ont été vaccinés. Le reste? Ils finiront dans le gaspillage car ils expirent bientôt. Résultat: un énorme gaspillage d'argent public auquel personne ne répondra. Moralité: les citoyens ont été trompés trois fois d'un seul coup.

Le premier lorsque le sous-ministre de l'époque et aujourd'hui ministre de la Santé, Ferruccio Fazio, il a répété que nous étions confrontés à une pandémie mortelle d'une ampleur inimaginable, créant la panique parmi la population.
Le deuxième, pris d’anxiété, les citoyens se sont rendus dans les centres hospitaliers pour se faire vacciner et ont constaté qu’ils devaient signer le consentement éclairé parce que le vaccin n’avait pas réussi tous les tests. tester doivent être mis sur le marché.
Le troisième quand ils ont découvert que l'État, c'est-à-dire eux, avait acheté 24 millions de doses pour 184 millions d'euros et en avait utilisé 865 mille pour 10 millions d'euros.

Un exemple complètement différent vient de la Pologne où le Premier ministre, Donald Tusk il a accusé les sociétés pharmaceutiques de vouloir dégager la responsabilité de tout effet secondaire, le vaccin n'ayant pas été suffisamment testé. Et le ministre de la santé, le médecin Ewa Kopacz, a augmenté la dose en ajoutant que si les fabricants n'acceptaient pas de prendre la responsabilité légale pour chaque cas de personne endommagée, les vaccins ne pourraient pas être achetés.
La Finlande a fait la même chose en décidant que quiconque souhaitait se faire vacciner pouvait le faire à ses frais et à ses risques et périls car l'État ne financerait ni ne distribuerait ce vaccin.

En Italie, en revanche, 184 millions d'euros ont été jetés malgré l'avis contraire de nombreux pharmacologues - dont celui du directeur de l'Institut de recherche "Mario Negri" de Milan, Garattini, selon laquelle la course aux vaccins s'explique par "la grande pression des industries qui auraient réalisé des gains importants" - qu'il s'agissait d'un virus "d'une légère virulence" et l'achat du vaccin n'aurait pas été "un gros problème".

Pour les citoyens mais pas pour Novartis, bien sûr. Il faut ajouter à cela que le vaccin, qui n’exclut pas accidentellement le vaccin américain, contient du squalène qui, selon les recherches menées à École de médecine de Tulane sur les anciens combattants de la guerre du Golfe vaccinés contre le charbon avec un vaccin contenant l'immuno-adjuvant MF59 (contenant du squalène) a montré que "95% des personnes Syndrome de la guerre du Golfe, qui a fait des milliers de morts, avait des anticorps anti-squalène. "

Mais l'ombre du conflit d'intérêts qui n'a apparemment été résolu qu'avec la nomination du ministre de la Santé Fazio, rôle joué par Maurizio Sacconi dont la femme Enrica Giorgetti elle est directrice générale de Farmindustria.
Bien sûr, Novartis qui a produit le vaccin n'est pas une entreprise italienne. Mais comment ignorer que Farmindustria est un membre international de la Fédération européenne (EFPIA) et dans le monde (FIIM-FIIM)? En plus du fait que le ministère de la Santé, par le biais de l'AIFA (Agence italienne des médicaments), établit les prix des médicaments, ceux à retirer du commerce et ceux qui ne le font pas. Elle contrôle Farmindustria (qui regroupe plus de 200 sociétés pharmaceutiques opérant en Italie, des capitaux nationaux et étrangers) en ce qui concerne le démarrage de l'entreprise, la nature des plantes, les produits, la mise sur le marché et la présentation du produit (label , dépliant et publicité) etc.

Conflit dénoncé par Antefatto.it? , ignoré par les médias et décrit par les Britanniques Nature, l'une des revues scientifiques les plus anciennes et les plus prestigieuses de l'article "Des mains propres, s'il vous plaît"(Des mains propres, s'il vous plaît), qui se lit comme suit: «En outre, les liens entre les ministères de la Santé et des Affaires sociales avec le système industriel sont désagréablement étroits: par exemple, l'épouse du ministre Maurizio Sacconi est Industrie agricole, l'association qui défend les intérêts des laboratoires pharmaceutiques ".


source: https://www.ilfattoquotidiano.it/2010/01/18/vaccino-che-grande-imbroglio/12851/