Une anomalie italienne: Gualtiero Ricciardi

Une anomalie italienne: Gualtiero Ricciardi

Tiré du livre "Allez-y mollo nation"par Giulia Innocenzi

"J'ai souligné au ministre Lorenzin la situation préoccupante dans laquelle nous nous trouvions, vous devez dire qu'elle était très réactive et ensemble, nous avons fait la nouvelle loi." C'est donc Walter Ricciardi, en septembre 2017 au parti du Parti démocrate à Florence, tout en revendiquant non sans une pincée de fierté son rôle moteur dans la loi qui imposait dix vaccins obligatoires. En réalité, treize vaccins obligatoires lui étaient nécessaires: il aurait également ajouté du pneumocoque, en plus des anti-méningocoques B et C, qui figuraient dans le décret initial. Et Ricciardi, en tant que président de l'Istituto Superiore di Sanità, a également participé au Plan national sur les vaccins, qui a servi de précurseur à la loi. Et il avait également participé au Calendrier pour la vie, celui promu par les sociétés scientifiques (et donc, selon Demicheli, indirectement aussi par les sociétés pharmaceutiques), au nom de SItI, la Société italienne d'hygiène. En juillet 2014, Ricciardi a été nommé commissaire extraordinaire du principal organisme de recherche en santé en Italie, l'Istituto Superiore di Sanità, et un an plus tard, il a reçu la nomination, encore une fois du ministre Lorenzin, du président. Un homme avec une mission cruciale de santé publique. Mais qui est Walter Ricciardi? Docteur et professeur d'université, il siège à plusieurs commissions de grand prestige international. Membre fondateur d'Italia Futura di Montezemolo, il postule ensuite pour le choix civique de Monti, mais reste en dehors du Parlement. Lors de l'audition de Walter Ricciardi à la commission des affaires sociales de la chambre, le député Massimo Enrico Baroni a soulevé quelques problèmes concernant la nomination du professeur. Tout d'abord, sur le passage du commissaire extraordinaire de l'Istituto Superiore di Sanità au président: «généralement pour toutes les nominations de commissaire extraordinaire, il y a une irréversibilité après la prise de fonction de président. À cet égard, une orientation récente de l'Autorité nationale de lutte contre la corruption du 6 mai 2015 est rappelée <<, dans laquelle il a été décidé, pour un cas en particulier, que celui qui avait nommé le commissaire extraordinaire d'une institution ne pouvait pas alors présider la même institution. Par ailleurs, le parlementaire note toujours, alors qu'avec l'ancien ministre de la Santé Balduzzi la procédure de nomination du président de l'ISS s'est faite "de manière vertueuse", c'est-à-dire avec un appel public, avec une commission d'évaluation et une liste restreinte de 27 candidats, procédures d'ailleurs utilisées pour des organismes de recherche similaires dans le monde, rien de tout cela n'aurait été fait pour la nomination de Ricciardi. Par ailleurs, le député établit une série de conflits d'intérêts de Walter Ricciardi pour certaines de ses positions actuelles ou passées qui auraient à voir avec l'industrie: membre du groupe de pilotage européen sur la durabilité des systèmes de santé et rapporteur du livre blanc européen , initiative financée par la société pharmaceutique AbbVie; membre du comité scientifique du CERGAS (Centre de recherche sur la gestion des soins de santé et des services sociaux) de l'Université Bocconi, qui collabore avec Novartis dans le projet "Académie de gestion et d'économie des soins de santé"; responsable scientifique du premier livre blanc sur l'évaluation des technologies de la santé en Italie et du projet ViHTA, initiatives financées par GlaxoSmithKline. Pour ce dernier poste, le parlementaire rappelle également que du commissaire Walter Ricciardi, "en dehors des compétences requises" par son rôle, il a fait la proposition de créer un Centre national d'évaluation des technologies de la santé à l'Istituto Superiore di Sanità ". dont les objectifs semblent, curieusement, coïncider avec ceux de GlaxoSmithKline dans le programme ViHTA ». Mais ce ne sont pas tous les conflits d'intérêts potentiels de Walter Ricciardi. "En Italie, ils déclarent moins qu’en Europe", explique Amelia Beltramini, journaliste scientifique. "Pour une mission assumée en Europe, Ricciardi a dû établir sa déclaration d'intérêt auprès de la Commission européenne le 28 mars 2013". Beltramini me remet le document également disponible en ligne où l'on peut voir que l'actuel président de l'Istituto Superiore di Sanità a élaboré le HTA (Health Technology Assessment), c'est-à-dire l'évaluation de l'impact sur la santé, d'une série de vaccins pour les sociétés pharmaceutiques. Il a donc conseillé:

  • Novartis pour le vaccin MenB (2012)
  • Menarini pour le vaccin Nebivololo (2012)
  • Menarini pour le vaccin Remimazolam (2012)
  • IBSA pour le vaccin Fostimon (2012)
  • GlaxoSmithKline pour le vaccin Belimumab (2011)
  • Pfizer pour le vaccin Enbrell (2011)
  • Pfizer pour le vaccin PCV13 (2011)
  • Astellas Pharma pour le vaccin Mycamine (2010)
  • Amgen Dompè pour le vaccin Prolia (2010)
  • Wyeth Lederle pour le vaccin Prevenar (2009)
  • Novartis pour le vaccin Lucentis (2009)
  • Sanofi Pasteur pour le vaccin Gardasil (2008)
  • GlaxoSmithKline pour le vaccin Synflorix (2008)
  • GlaxoSmithKline pour le vaccin Lapatinib (2008)
  • GlaxoSmithKline pour le vaccin contre le VPH (2007)

NOTE: Comme beaucoup d'entre vous l'ont peut-être remarqué, dans la liste que nous venons de mettre, tous ne sont pas des vaccins mais ce n'est pas une erreur, du moins ce n'est pas une erreur de notre part ou de l'auteur du livre. Cette liste est apparue (maintenant elle a été supprimée mais les fichiers PDF et les images sont conservés) dans le programme d'études européen que Gualtiero Ricciardi a lui-même inséré. Évidemment, nous ne commençons pas à corriger un livre en le citant et le livre n'a pas commencé à corriger le programme officiel de ricciardi.

système de santé ricciardi 2