Échange de médicaments, 17 enfants atteints du syndrome du loup-garou

Échange de médicaments, 17 enfants atteints du syndrome du loup-garou
(Temps de lecture: 2-4 minutes)

Les enfants ont pris du minoxidil (qui traite l'alopécie) au lieu de l'oméprazole (qui sert au reflux). Pour les plus petits, nombreux sous l'année, les poils du visage et du corps ont poussé

Le 16 avril, Amaya a demandé un rendez-vous au pédiatre parce que sa fille de 22 mois avait les cheveux sur le visage. "Le médecin nous a demandé s'il y avait quelqu'un dans la famille qui était très poilu, mais nous avons dit non. Mon mari, comme on le voit sur la photo, n'a pas de cheveux sur le dos "a expliqué la femme à El Mundo. Le cas de cette fille a été parmi les premiers enregistrés en Espagne d'enfants souffrant d'hypertrichose (croissance excessive des cheveux) après avoir pris du sirop délivré sous forme d'oméprazole (utilisé pour le reflux) mais contenant du minoxidil, une substance active utilisée pour traiter l'alopécie, perte de cheveux "inégale".

L'enfant impliqué

La petite fille n'est pas la seule enfant à souffrir du problème. Selon l'Agence espagnole des médicaments, 17 enfants sont impliqués (14 sous l'année de la vie): 10 en Cantarbie, quatre en Andalousie et trois dans la région de Valence. Les 50 lots du médicament incriminé (produits par Farma-Química Sur SL, société de Malaga) ont été retirés du marché. Les autorités ont précisé que le problème ne concerne que les enfants et non les adultes et qu'il ne s'agit pas de médicaments commerciaux mais de préparations en pharmacie (au moins trente pharmacies concernées)

Le syndrome du loup-garou

Les médias espagnols ont baptisé l'affaire "enfants atteints du syndrome du loup-garou" en raison de la similitude de l'apparence des enfants souffrant de ce trouble génétique (qui est cependant une maladie très rare et non l'effet de la prise du médicament ). Une fois que les enfants ont cessé de prendre le médicament, la pousse des cheveux devrait redevenir normale. Mais ce n'est pas le cas pour tout le monde, mis à part le fait que les dommages esthétiques et psychologiques subis sont énormes.

La découverte

"Au début, les cheveux ont commencé à pousser sur le visage, puis progressivement sur tout le corps", poursuit Amaya. Le bébé prenait de l'oméprazole depuis le premier mois de sa vie pour un problème de reflux. Cependant, les enfants ne reçoivent pas la capsule administrée aux adultes mais une formule de sirop préparée dans une pharmacie après les doses du pédiatre. "Quand j'ai dit au gastro-entérologue le 15 mai qu'il traitait ma fille du problème des cheveux, le médecin a dit qu'il venait de rencontrer des collègues endocriniens qui traitaient quatre enfants Corrales qui avaient des cheveux sur le visage et prenaient de l'oméprazole" . Le 23 mai, le ministère de la Santé a analysé le flacon de médicament conservé par Amaya et il est apparu qu'il contenait du minoxidil, un médicament qui sert précisément à faire pousser les cheveux pour ceux qui souffrent d'alopécie ".

Le drame psychologique

Le procureur de Cantarbia a ouvert une enquête. L'alerte pharmaceutique a été lancée le 11 juillet. Le minoxidil a été mal distribué car l'oméprazole provenait de Farma-Química Sur, de Malaga, qui à son tour avait acquis l'ingrédient actif du fabricant indien Smilax Laboratories Limited. L'agence espagnole du médicament, en plus d'ordonner le retrait des lots concernés, a suspendu la licence de Farma-Química Sur pour produire ou distribuer toute substance active. "Une fois que vous arrêtez de prendre le médicament, vous pouvez vous attendre à une inversion spontanée de l'hypertrichose", a expliqué l'Agence espagnole du médicament (Aemps). Mais trois mois et demi après avoir cessé de prendre le sirop, l'apparence de la fille d'Amaya est inchangée. «Quand un jour nous l'avons emmenée au parc pour une promenade, les enfants plus âgés l'ont appelée singe poilu et malgré qu'elle soit encore petite elle comprend déjà tout»


source: https://www.fanpage.it/attualita/spagna-il-farmaco-e-contaminato-17-bambini-sviluppano-la-sindrome-del-lupo-mannaro/