Anti-tétanos: appelle tout le monde, mais sommes-nous sûrs?

Anti-tétanos: appelle tout le monde, mais sommes-nous sûrs?
(Temps de lecture: 3-6 minutes)

Cette publication de 2006 par deux chercheurs de l'Université de Padoue est intéressante, "Anticorps contre la toxine tétanique chez les travailleurs exposés au risque"

Je cite:

"Le but de ce travail était de vérifier la nécessité du rappel décennal, en évaluant le titre d'anticorps, chez les sujets professionnellement exposés au risque, en fonction de l'âge, du sexe, du nombre de doses et de l'intervalle de temps écoulé depuis dernière dose "
(...)
Des doutes sur les rappels de dix ans découlent des preuves (PREUVES) qu'en cas de titre d'anticorps à des niveaux protecteurs, un renforcement de la vaccination pourrait provoquer de graves effets secondaires (4).
...
Les résultats montrent qu'après le cycle primaire, le titre en anticorps reste élevé pendant une période certainement supérieure à 10 ans et qu'il est influencé par l'âge, mais pas par le sexe, le nombre de doses ou l'intervalle depuis la dernière dose.
...
En conclusion, nous convenons que (10) malgré le déclin supposé du titre d'anticorps avec l'âge, les sujets semblent être protégés à vie. Chaque rappel augmente la probabilité de sensibilisation à de nouvelles doses et de réactions indésirables graves. AUGMENTE LA PROBABILITÉ DE RÉACTIONS INDÉSIRABLES GRAVES.
...
Pour réduire le risque d'hyperimmunisation, l'application de tests de diagnostic rapide pour évaluer l'état immunitaire du sujet doit être encouragée. "

Par conséquent, dans cette étude, il est clairement fait référence (car il s'agit d'une donnée acquise objective) à la probabilité d'hyperimmunisation par le tétanos anatoxine, ainsi qu'aux réactions graves qui en découlent. Il s'agit d'adultes en bonne santé, de travailleurs à risque. Il est certain que la revaccination systématique (même en parlant de catégories considérées à risque!) N'est pas une bonne stratégie de santé. Par conséquent, pour les travailleurs à risque, une évaluation des anticorps est recommandée avant de procéder à des rappels inutiles et dangereux.


Et pour les enfants?
Pour les enfants non. Pour les enfants qui ont déjà subi un cycle primaire entier de vaccination contre le tétanos, le ministère de la Santé a décidé a priori que pour se conformer à l'obligation de vaccination contre la diphtérie et la coqueluche, tout le cycle de base du tétanos doit être répété. .
La vaccination contre le tétanos ne se distingue pas à ce jour de la lutte contre la diphtérie et l’anti-peroxyde, car les sociétés pharmaceutiques ne produisent pas de vaccins individuels contre les diphtériques et les anticoquelucheux.
Donc, pour faire face à ce problème, les sociétés pharmaceutiques ont été invitées à ... ah non, désolé, les enfants ont été obligés de faire face à de nouveaux cycles de tétanos inutiles et probablement dangereux!
Les sociétés pharmaceutiques ont évidemment leurs problèmes de production, il n'est pas pratique pour elles de développer des vaccins individuels, faire de la recherche dans ce sens dépasse probablement leur intérêt ... donc le ministère de la Santé, pour protéger la santé ... ah non désolé , pour faire disparaître ce "problème", il a bien pensé à ignorer gaiement les conséquences possibles (et probables) sur la santé des enfants et les forcer à subir jusqu'à 6 injections de tétanos à la place des 3 prévues.

En effet, dans les indications de la récupération des enfants défectueux, on retrouve, dans le tableau dédié aux vaccinés partiellement, les éléments suivants:
- Déjà vacciné pour: Tétanos
- SE de plus de 7 ans: vacciner selon le tableau 1 comme si le sujet n'avait pas été vacciné
- SI moins de 7 ans: vacciner selon le tableau 1 comme si le sujet n'avait pas été vacciné
REMARQUES: Il est nécessaire de répéter la vaccination anti-tétanos car il n'y a pas de formulations appropriées sans le composant tétanique.

Got it? c'est nécessaire car il n'y a pas d'autres formulations ...
Ce sont là aussi les effets d'une loi rétroactive qui n'a tenu compte d'aucune des complications découlant de la mise en ordre de ceux qui avaient bénéficié d'un calendrier de vaccination "gratuit".

En Vénétie, de nombreuses familles ont profité de la possibilité d'administrer uniquement le vaccin antitétanique unique à la place du DTPa. Et donc il y a beaucoup de familles qui par la loi, ils seraient désormais contraints de mettre en danger la santé de leurs enfants (un risque concret dont nous avons la littérature scientifique, pas une idée novax, mais de vraies preuves scientifiques).

Nous nous demandons donc: pensez-vous vraiment à protéger la santé des gens, ou respectez-vous simplement une obligation bureaucratique en passant outre l'évaluation scientifique d'une relation risque-bénéfice?
Où va le concept de «factuel» si cher aux trompettistes bien connus des vérités télévisées?


Et il ya plus!
Dans la mesure où la santé des enfants nous est particulièrement chère - également par rapport au fait qu'à ce jour, ils sont les seuls à être obligés de façon uniforme de suivre un traitement médical - il faut considérer que l'absence de vaccins contre la diphtérie et la coqueluche dans solution unique il expose également les adultes à des appels inutiles au tétanos: le calendrier de vaccination prévu par le PNPV 2017/2019 prévoit en effet le rappel décennal par défaut avec cette formulation trivalente (dTpa - Diphtérie - Tétanos - Coqueluche acellulaire). Malgré tout principe de précaution, la santé des individus est mise en danger, au nom d'une "immunité de groupe" sacrée.

Mais ... l'immunité de groupe est-elle un concept applicable à la vaccination DTPa (ou dTpa)?
- Le tétanos est une maladie infectieuse non contagieuse: pas d'effet de troupeau ni d'immunité de groupe.
- La vaccination anti-dipterique se fait avec la toxine atténuée, qui protège le vacciné de la toxicité intrinsèque de la toxine mais n'arrête pas la propagation du germe: ELLE NE FOURNIT PAS "d'effet brut" (la vaccination anti-dipterique se fait avec la toxine inactivée et est utilisée pour prévenir les complications, ne pas lutter contre la propagation de la maladie)
- Pour la vaccination contre la coqueluche, des études chez les primates ont montré que les vaccins acellulaires (ceux actuellement utilisés) n'empêchent pas la colonisation des voies respiratoires ou la transmission de la maladie. Cela se traduit également par la réalité des faits, avec l'exemple de l'Allemagne qui voit en moyenne 2014 cas de coqueluche par an de 2017 à 11.000, avec une couverture vaccinale DTC1 (première dose de vaccin contre la diphrite-tétanos-coqueluche) supérieure à 99% et 3% de DTC95 (troisième dose du même vaccin).

ERGO: quelqu'un devrait expliquer, preuves scientifiques en main, pourquoi nous préférons recourir à la vaccination de masse aveugle plutôt que d'évaluer le cas individuel et le sujet individuel. Parlons-nous de la santé? Ou sommes-nous maintenant dans un autre domaine d'intérêt? À vous les conclusions.


Biblographie
1. http://www.trovanorme.salute.gov.it/norme/renderNormsanPdf?anno=2018&codLeg=62700&parte=1%20&serie=null
2. http://www.salute.gov.it/imgs/C_17_pubblicazioni_2571_allegato.pdf
3. https://vaccinformato.files.wordpress.com/2017/06/vaccini-obblighi-e-effetto-gregge_dr_bellavite.pdf