Italian Italiano

Mais combien sont ceux endommagés reconnus en Italie?

Mais combien sont ceux endommagés reconnus en Italie?

Réponse à la question no. 4-03638
Numéro n.94

Réponse - Loi no. 25, intitulé "Indemnisation en faveur des sujets endommagés par des complications irréversibles dues aux vaccinations obligatoires, transfusions et administration de produits sanguins", reconnaît aux sujets que suite aux vaccinations obligatoires, transfusions et administration de produits sanguins ont subi des dommages irréversibles, le droit de recevoir une compensation, une rente, par l'Etat. Cet avantage est reconnu suite à la constatation du lien de causalité entre l'infirmité et la transfusion de sang infecté, ou l'administration de produits sanguins infectés, ou la vaccination obligatoire par la commission médicale hospitalière responsable du territoire, et le montant est paramétré la gravité des dommages.

Suite à l'arrêté du Président du Conseil des ministres du 26 mai 2000, les fonctions et ressources relatives à l'indemnisation ont été transférées aux régions, à l'exception de l'indemnisation concernant la région sicilienne qui reste, à ce jour, sous la juridiction de l'État. Le ministère de la Santé gère environ 9.000 16.000 compensations administrativement, tandis que les régions gèrent un total d'environ XNUMX XNUMX compensations.

Article. 1, paragraphe 1, de la loi du 29 octobre 2005, n. 229, prévoyait le versement d'une indemnité en faveur des sujets lésés par des complications irréversibles dues aux vaccinations obligatoires, qui bénéficient déjà de l'indemnisation visée par la loi du 25 février 1992, n. 210. L'indemnité supplémentaire consiste en une allocation de vie mensuelle, correspondant à 6 fois la somme perçue par la personne lésée conformément à l'art. 2 de la loi n. 210 pour les catégories du premier au quatrième du tableau A annexé au texte consolidé visé dans l'arrêté du Président de la République du 23 décembre 1978, n. 915 et modifications ultérieures, 5 fois pour les cinquième et sixième catégories, et 4 fois pour les septième et huitième catégories. Le ministère de la Santé est compétent pour accorder cette prestation aux résidents de l'ensemble du territoire national.

Au 31 mars 2015, les bénéficiaires de l'indemnisation complémentaire, dans la mesure où ils sont reconnus comme endommagés par les vaccinations obligatoires, sont 609, alors que 22 sujets en ont bénéficié, mais dont le poste a été fermé suite au décès.

Au fil des ans, le nombre de litiges a connu une augmentation importante, principalement en raison de 2 facteurs qui ont affecté l'activité de liquidation des actes de condamnation. L'indemnité visée à l'art. 1 de la loi n. 210 se compose, en fait, de 2 composantes: un montant fixe ex lege et l'allocation supplémentaire spéciale. Au sujet de la revalorisation ou non de la composante de l'indemnité dite indemnité spéciale supplémentaire, depuis des années, dans la jurisprudence de la Cour de cassation, des orientations opposées ont été discutées.

Après la phrase no. 293/2011 de la Cour constitutionnelle, qui a déclaré l'illégitimité constitutionnelle des paragraphes 11 et 13 de l'article 14 du décret-loi du 31 mai 2010, n. 78, dans la partie où il prévoyait "le paragraphe 2 de l'art. 2 de la loi du 25 février 1992, n. 210, et modifications ultérieures, est interprété en ce sens que la somme correspondant au montant de l'allocation supplémentaire spéciale n'est pas réévaluée en fonction du taux d'inflation ", a été déterminée à partir de décembre 2011, et pour l'ensemble de 2012, 2013 et 2014 , une augmentation considérable du contentieux engagé contre le ministère et ayant pour objet la réévaluation de l'indemnité spéciale supplémentaire, désormais reconnue par la Consulta et sur laquelle même le procureur général n'a jugé aucun moyen de défense plus approprié. La conséquence de cette situation est que tous les jugements prononcés ou les injonctions proposées ont abouti à des condamnations pour le ministère.

La tendance croissante des litiges a été déterminée, toujours dans les mêmes années, par un autre facteur. Selon la jurisprudence, entérinée par la Cour suprême de cassation, le ministère est toujours et en tout cas considéré comme légitime passif dans les jugements en matière de droit n. 210 de 1992, même lorsque la compétence administrative des pratiques est incardinée aux Régions, à laquelle le décret du Président du Conseil des ministres du 26 mai 2000 a transféré les compétences relatives et, sur ce point, le Procureur général n'a plus considéré utile pour vous défendre. Ces deux facteurs ont contribué à la formation d'un carnet de commandes quantifiable dans environ 8.000 XNUMX titres à exécuter.

Pour faire face à cette situation, un projet de deux ans a été défini afin d'exécuter les condamnations et injonctions émises en 2012-2014, qui concernent le versement d'une indemnité conformément à l'art. 1 de la loi n. 210, la réévaluation de l'indemnité spéciale supplémentaire et la réparation des dommages.

Le ministre de la santé
LORENZINE

(21 juillet 2015)

source: http://www.senato.it/japp/bgt/showdoc/frame.jsp?tipodoc=Sindispr&leg=17&id=937854

Image(s)

Newsletter

N'oubliez pas de confirmer votre abonnement avec le lien que vous trouverez dans les e-mails que nous vous avons envoyés

0
Partages

Êtes-vous intéressé?

Suivez-nous également sur nos canaux sociaux ...

0
Partages