Parlez-vous du décret Lorenzin sur les vaccins? Ils vous renversent. Voici ce que vous devez faire

(Temps de lecture: 6-12 minutes)

Il fut un temps où quelqu'un renvoyait tout le monde pour quoi que ce soit. il était la révolution. Il a envoyé les corrompus baiser, il a envoyé les voleurs baiser. Il a envoyé baiser ceux qui vivaient attachés à des fauteuils, des journalistes, des fonctionnaires, des ministres, des banquiers sans scrupules, des compagnies pharmaceutiques envoyées et leurs entreprises.

Aujourd'hui, les sociétés pharmaceutiques et leurs entreprises ont fait fausse route. Avec un décret-loi rédigé par le Ministre de la Santé Beatrice Lorenzin, avec l'aide probable du consultant ministériel Roberto Burioni, le gouvernement a publié un décret selon lequel les vaccins obligatoires passent de 4 (dont l'un résultant d'un pot-de-vin de 600 millions payé par GlaxoSmithKline au ministre de la Santé De Lorenzo, avec condamnation confirmée en cassation), p. 12. Douze vaccins obligatoires. Non seulement cela: impossibilité de fréquenter les écoles de zéro à six ans pour les non vaccinés, alors que pour les écoles obligatoires de lourdes sanctions pour les parents qui ne vaccinent pas, en tout ou en partie: jusqu'à 7500€. Et le rapport au tribunal pour mineurs suspension de l'autorité parentale.

Pas mal hein? Allez, avouons-le: une mesure qui compare Mussolini était Gandhi. Mais pas seulement ça. Vous direz: qu'avez-vous contre les vaccins? "Ils font bien, ils sont super sûrs"Dit Burioni. Et puis ils sont nécessaires: tous ceux de terribles maladies comme la rougeole. Et si une épidémie éclate? Faisons-nous tous vacciner! Faisons-nous vacciner contre quoi que ce soit. Mais existe-t-il un vaccin contre l'idiotie? Je suppose que non: c'est contre-productif.

La question n'est pas de savoir si les vaccins sont bons ou mauvais, ou - plus vraisemblablement - bons et mauvais en même temps, car comme tous les médicaments (oui, ils ont des brochures avec des contre-indications, qui vous font signer, et vous signez comme si vous les compreniez) ) doivent être prises au besoin et non sur le tapis. La question n'est pas non plus de savoir si un diplôme universitaire est nécessaire pour discuter des vaccins. Tout d'abord parce que si - comme on nous le dit - nous, les parents, devions avoir un diplôme de médecine pour décider des vaccins, alors encore moins pour décider pour tout un pays devrait être une dame (Ministre Lorenzin) qui a le diplôme d'études secondaires classiquemais non seulement il fait preuve de conviction que même pas un prix Nobel, mais légifère pour les tiers avec une arrogance et une fierté inégalées. Mais aussi pourquoi - et ici un vaccin idiotie ce serait utile - si les parents ne peuvent pas «comprendre» pourquoi ils n'ont pas de diplôme de médecine, ils peuvent signer des résumés abstraits avant l'inoculation fatidique de leurs jeunes. Comment ne peuvent-ils pas remettre en question les vaccins parce qu'ils ne sont pas compétents et en même temps être en mesure de donner leur consentement éclairé? Donc, si vous me demandez d'être informé, vous êtes obligé de m'expliquer et de me convaincre, et je peux décider. Sinon, puisque les vaccins sont désormais obligatoires, vous n'avez plus à signer quoi que ce soit, en effet: ils doivent signer Lorenzin et Gentiloni, et assumer l'entière responsabilité de l'affaire, conjointement avec l'État, solidairement responsable de tout effet indésirable, déjà découvert ou à découvrir.

Mais on peut y aller outre la question de la simple compétence, et faire un raisonnement que même un Ouzbek avec la première année pourrait faire (avec tout le respect dû aux Ouzbeks, à qui je m'excuse pour la comparaison imprudente). En effet, nous pouvons faire bien plus qu'un seul raisonnement. Je me limiterai à faire les trois premiers qui me viennent à l'esprit, sinon Treccani sort.

Premier raisonnement: le décret d'urgence

Savez-vous ce qu'est un décret-loi? Ne faisons pas semblant: je vais vous dire: c'est une loi gouvernementale qui entre immédiatement en vigueur et va au-delà de la discussion parlementaire. Dans une démocratie, en effet, l'initiative législative (le pouvoir de légiférer) appartient au Parlement, où siègent les représentants du peuple (oui, avec le p en majuscules). Mais alors, si le peuple doit faire les lois, pourquoi le gouvernement peut-il faire un décret législatif? rappel en passant que le gouvernement est choisi par un monsieur nommé par le président de la République, et ne découle pas directement du résultat du vote: en fait, après la démission de Renzi, lui-même nommé, nous ne sommes pas allés au vote, mais Mattarella a mis un L'avatar de Renzi au Palazzo Chigi. Réponse: le gouvernement ne peut faire une loi, surpassant le Parlement, que si les conditions de nécessité et d'urgence extraordinaires existent. Maintenant, vous qui n'êtes pas vaccinés contre l'idiotie, répondez-moi: quand sont les conditions de nécessité et d'urgence extraordinaires pour un décret-loi sur les vaccins? Mais quand il y a une épidémie, bien sûr! À moins que vous ne vouliez renier ces quatre neurones qui restent encore dans votre tête. La question suivante est la suivante: y a-t-il actuellement une épidémie en Italie - ou y a-t-il un risque d'épidémie - telle qu'une discussion parlementaire ne pouvait pas être prévue, où au moins les représentants du peuple décideraient? Comment dites-vous? Méningite? Non… c'était un fausses nouvelles des médias pour vider les stocks des pharmacies, désavoués par le ministère de la Santé lui-même (après le vidage des entrepôts cependant) et par les médias qui l'ont lancé. Alors la polio? Oreillons? Des démangeaisons aux gros orteils? Ou ... non, ne le dites pas ... vous l'avez dit: le rougeole?

Si vous pensez qu'il y a une épidémie de rougeole en cours, montrez-vous à une bonne. Juste pour étaler un voile pitoyable sur un autre fausses nouvelles des serviteurs du papier imprimé, salarié par quelqu'un, leInstitut national de la santé il vient de certifier un 84% de baisse des cas de rougeole mai par rapport à avril, et de87 % par rapport à mars. Et regardez cas de rougeole depuis 1970 vous fera comprendre que même celles de 2017 n'ont rien de spécial. Il y en avait plus du double en 2008, en couverture vaccinale complète. Alors, proportionnellement à aujourd'hui, qu'aurions-nous dû faire? Organiser les dieux stock pour les parents et les enfants non vaccinés? De toute évidence, comme cela n'a pas été fait, ce n'était pas un problème. Mais peut-être là GlaxoSmithKline (celui des 600 millions de pots-de-vin de De Lorenzo, qui ont rendu leur vaccin contre l'hépatite B obligatoire) il n'avait pas encore parié 1 milliard d'euros sur les 4 prochaines années pour les vaccins en Italie, à partir d'un joli 60% (toujours avec 600 millions de sti, quel chiffre chanceux!) dédié au vaccin contre la méningite (ici aussi, vous savez, vrai, que la méningite a de nombreuses causes, et que le vaccin n'en couvre qu'une seule) Bien sûr, bien sûr: ce Lorenzin vous le dit tous les jours).

Il n'y avait donc aucune condition de nécessité et d'urgence extraordinaires pour édicter ce décret-loi. et last but not least, avouer coupable est juste Paolo Gentiloni, qui déclare franchement lors de la conférence de presse qu'il n'y a pas eu d'urgence. Alors pourquoi cela a-t-il été fait? Et surtout, puisque cela a été fait de façon inconstitutionnelle, est-ce valable? Je parie que la Cour constitutionnelle ne s'en occupera pas. Mais même là où il l'a fait, étant donné que dans le passé, il avait même fallu huit ans pour prendre une décision, en attendant, quelqu'un pourra bien se frotter les mains, dans son arrière-boutique.

Deuxième raisonnement: êtes-vous sûr que c'est une preuve médicale que tous ces vaccins devraient être obligatoires?

Non, vous n'avez pas besoin d'avoir un diplôme en médecine pour le comprendre non plus, ne vous inquiétez pas. Bien sûr, ne pas être un idiot aide, mais vous pouvez le faire. Suivez la lèvre. Je vous emmènerai dans le monde magique de la logique.

Ce qu'ils vous disent, c'est que vous devez absolument vous faire vacciner (même si Gentiloni lui-même dit qu'il n'y a pas d'urgence), au point même de faire un décret pour le besoin extraordinaire bla bla bla. Mais alors, s'il était nécessaire de se procurer tous ces vaccins parce que sinon Burioni s'assombrit, on pourrait s'attendre à ce que dans les autres pays civilisés de l'Union européenne, il y ait toutes ces vaccinations obligatoires et encore plus. Pourquoi, messieurs, si vous ne l'avez pas réalisé, il y a Schengen, donc non seulement les marchandises et les personnes peuvent circuler librement, mais aussi leurs invités: virus, bactéries et autres terribles commodités.

Prenons donc les données officielles de 2010 (pas le siècle dernier, hein?) vaccins obligatoires (c'est-à-dire que cela doit être fait en raison d'un réel besoin de santé) ou seulement recommandé (c'est-à-dire que vous les fassiez ou non à vos enfants, c'est votre choix, mais même si vous ne les faites pas, vous ne représenterez certainement pas un danger pour la société, sinon ils seraient obligatoires, non?). Nous les prenons de Eurosurveillance.org, un '"Revue scientifique européenne à comité de lecture consacrée à l'épidémiologie, la surveillance, la prévention et le contrôle des maladies transmissibles», Burioni est donc content que ce ne soit pas le blog de Montanari.

Bien. Alors tu dis quoi? Les économies motrices de l'Union européenne sont-elles aussi si vexatoires et fascistes envers leurs citoyens? Eux aussi ont beaucoup de petits Burioni et beaucoup de mini Lorenzin pour donner des amendes de 7.500 XNUMX euros et voler des enfants aux parents?

Surprise (pour vous, pas pour moi). Nous faisons le classement des pays par nombre de vaccins obligatoires. Tu veux savoir Autriche, Chypre, Danemark, Estonie, Finlande, Allemagne, Islande, Irlande, Lituanie, Luxembourg, Hollande, Norvège, Portugal, Espagne, Suède, Royaume-Uni combien de vaccins obligatoires ont-ils? Trois? Quatre? Deux? Un non ... Zéro! Vous avez bien compris: ZERO! Aucun! Nul! ноль! Mais comment? Pas de parents en prison? Et les enfants qui meurent de la redoutable rougeole? Et immunodéprimé ne l'avez pas? Qu'en est-il de l'immunité des troupeaux? Se pourrait-il que les autres peuples d'Europe soient beaucoup moins affligés que nous? Non, pourquoi en Suède, ils viennent de voter contre tous les 7 projets de loi qui proposaient des vaccins obligatoires (oui, vous savez ... il y a toujours un Parlement qui fonctionne, pas comme nous), et la Suède est un pays qui surpasse les États-Unis en termes de principes fondamentaux de la santé comme taux de mortalité infantile, santé et bien-être maternels et espérance de vie. Parlez-en à Burioni et Lorenzin! Pourvu que vous ayez la possibilité de vous exprimer.

Et ça va: nous ne serons pas comme les Français, comme les Allemands, comme les Britanniques, comme les Hollandais, les Autrichiens, les Espagnols ... Nous ne serons même pas aussi manquants que les Estoniens et les Chypriotes, mais les autres pays? Combien de vaccins obligatoires ont-ils? Ici, j'ai fait le classement, à la main.

La Belgique n'en a qu'un (polio); La France et Malte en ont trois; La Grèce n'en a que quatre (comme nous en avions quatre jusqu'à hier, avant que Lorenzin - du haut de son diplôme au classique - décide d'avoir un traitement médical obligatoire pour tout le monde); la République tchèque et la Slovénie sept; La Hongrie, la Pologne et la Roumanie en ont huit; Bulgarie et Slovaquie neuf. Et le gagnant est ... mesdames et messieurs ... avec un écart de pas moins de trois points sur les finalistes (trompette et son trombone): ITALIE! (à égalité avec la Lettonie, quel prestige): douze vaccins!

A partir d'aujourd'hui, nous sommes le premier de toute l'Europe (y compris l'Islande et la Norvège) pour le nombre de vaccinations de nos enfants. Entendons-nous tous les autres mourir de rougeole? Et regardez la carte des pays qui en ont quatre ou plus. Uuups… N'y aura-t-il pas beaucoup de pays d'Europe de l'Est où la corruption est censée être un phénomène beaucoup plus important que la santé humaine et les vérités scientifiques? Mais alors ... qu'est-ce que l'Italie alors? Pour la postérité (si nous les avons) la peine ardue.

Troisième raisonnement: l'hypocrisie politico-sanitaire

Les journaux écrivent que l'accès aux écoles ne sera interdit qu'aux enfants jusqu'à XNUMX ans, non conforme au calendrier de vaccination "Burioni-Lerenzin". Et les autres? Pas de problème: ils peuvent facilement s'inscrire dans les écoles obligatoires (primaire, secondaire, lycée, etc.)! Oui ... car pour ce dernier Valeria Fedeli (le ministre de l'Éducation, ed) a expressément demandé et obtenu (grande victoire pyrrhique) que l'enseignement (droit constitutionnel) soit garanti. Oh oui! car il en sera certainement ainsi! En fait, les enfants qui ne sont pas au courant du calendrier de vaccination pourront fréquenter les écoles élémentaires, intermédiaires et secondaires en toute sécurité! ... à part le petit détail que leurs parents viendront renvoyé à l'ASL, qu'en cas de refus supplémentaire de vacciner les petits (qu'ils soient motivés ou non), ils infligeront des amendes allant jusqu'à 7.500 euros chaque année (oui, chaque année) et les dénonceront au tribunal pour mineurs pour les faire suspendre l'autorité parentale (et donc, vraisemblablement, une fois suspendu, procéder à la vaccination forcée). Cela signifie-t-il, cher Fedeli, que le droit à l'éducation est sauvegardé d'un point de vue constitutionnel? Autrement dit, les enfants peuvent aller à l'école, mais sont-ils alors réellement «expropriés» par l'État? Comment s'appelle un État qui fait une telle chose? État policier? État orwellien? État fasciste nazi? Prison? Bière blonde? Comment ça s'appelle?

En 2018, il y aura des élections (du moins nous l'espérons, car franchement aujourd'hui nous ne savons plus). Quelqu'un ira au pouvoir. N'oubliez pas de voter celui qui vous mettra par écrit qui jettera cette abomination dans les toilettes et mettra les responsables sous enquête par une commission parlementaire spécifique.

En attendant ... commencez à apprendre le suédois.

source: http://www.byoblu.com/post/2017/05/19/decreto-vaccini-il-commento-che-sui-giornali-non-leggerete-mai.aspx