SCIENTOCRATIE: LA SCIENCE COMME CONTRAINTE EXTERNE - Enzo Pennetta, Paolo Gibilisco, Pierpaolo Dal Monte

(Temps de lecture: 1-2 minutes)

"Scientocrazia: la science comme contrainte extérieure (partie II)" est le nom de la réunion tenue le 14 décembre lors de la Symposium de Rome. La conférence a été introduite par Maria Micaela Bartolucci, enseignante et co-fondatrice de "Frontière", un blog d'idées contre la mondialisation.

Bartolucci réfléchit au concept de «lien» et se demande: «qui sont les bandits aujourd'hui?». Ce sont ceux qui s'opposent à ce que Costanzo Preve appelait «le clergé régulier», ou «ce groupe social dominé par la classe dirigeante qui agit comme un émetteur d'idéologies compatibles avec le système». Aujourd'hui, l'un des termes qu'ils utilisent pour bannir ceux qui pensent le contraire est le déni. Les interventions des trois invités présents s'articulent autour de ce thème: la discrimination de ceux qui ont une opinion différente et la tentative continue d'affirmer la pensée unique.

Enzo Pennetta, biologiste et professeur de sciences naturelles, évoque la science du pouvoir, la "reductio ad negazionistam" puis "ad terrapiattistam" dans la question climatique et la contradiction du mouvement de la sardine par rapport à "la version moderne des 2 minutes de la haine d'Orwell contre Goldstein ".

Paolo Gibilisco, professeur d'analyse mathématique et de probabilité, a intitulé son discours "Je ne préférerais pas: la nouvelle trahison des universitaires italiens", en prenant comme exemple les domaines de la recherche, l'enseignement et l'obligation de vaccination. En ce sens, il cite le livre de Giorgio Boatti «Je préfère ne pas», qui raconte l'histoire de 12 universitaires qui n'ont pas signé le serment du fascisme, démontrant ainsi que cela était possible et peut être dit non.

Enfin, Pierpaolo Dal Monte, chirurgien, utilise la métaphore de la science comme une cage en acier, expliquant ce qu'il définit comme les nombres magiques pour les vaccins et pour le changement climatique car "le problème n'est jamais centré sur les causes réelles".