Italian Italiano

L'employeur peut-il imposer le vaccin au travailleur sur la base des dispositions réglementaires en vigueur ?

L'employeur peut-il imposer le vaccin au travailleur sur la base des dispositions réglementaires en vigueur ?
(Temps de lecture: 3-6 minutes)

Cet article ne traite pas de l'obligation de vaccination imposée au personnel de santé. Pour en savoir plus sur la question de l'obligation des professionnels de santé, vous trouverez une rubrique dédiée sur le site visible ici.

La réponse est rapide et concise : Non !

Pour répondre à cette question, nous tenterons d'abord de lister les règles qui présagent une réponse affirmative, tout en montrant leur non-applicabilité.

Article 2087 du Code civil (Protection des conditions de travail) 1 stipule que:

« L'entrepreneur est tenu d'adopter les mesures qui, selon la nature particulière du travail, de l'expérience et de la technique, sont nécessaires pour protéger l'intégrité physique et
personnalité morale des salariés. »

Article 41 de la Constitutionstipule que:

« L'initiative économique privée est libre. Elle ne peut pas être menée en conflit avec l'utilité sociale ou d'une manière qui pourrait nuire à la sécurité, à la liberté, à la dignité humaine. La loi détermine les programmes et les contrôles appropriés car l'activité économique est publique et privée peut être abordée et coordonné à des fins sociales "

Si ces deux articles laissent présager que l'employeur peut exiger des vaccins comme une exigence pour l'employé, l'article 32 de la Constitution3 est très clair sur le sujet :

« La République protège la santé en tant que droit fondamental de l'individu et dans l'intérêt de la collectivité, et garantit la gratuité des soins médicaux aux indigents.
Personne ne peut être obligé à un traitement de santé spécifique, sauf par la loi. La loi ne peut en aucun cas violer les limites imposées par le respect de la personne humaine. »

La réponse ici est claire : en l'absence de disposition légale, l'employeur NE PEUT obliger le salarié à AUCUN traitement médical.
Soyons clairs, nous n'énumérons pas les raisons pour lesquelles nous sommes opposés à toute obligation sanitaire et nous n'avons pas commencé à traiter en profondeur la partie de l'article 32 qui dit que "... la loi ne peut en aucun cas violer les limites respect imposé de la personne humaine », car si vous êtes confronté à une demande en ce sens de la part de l'employeur, la seule chose à répondre est : y a-t-il une loi nationale qui m'oblige à ce traitement de santé ? Non merci.

Cependant, nous pouvons entrer encore plus dans les détails et lire le Titre X du Décret Législatif n°81/200 (Exposition à des agents biologiques)4, l'article 279 prévoit que :

1. Si le résultat de l'évaluation des risques révèle la nécessité, les travailleurs exposés aux agents biologiques sont soumis à la surveillance sanitaire visée à l'article 41.
2. L'employeur, le selon l'avis du médecin compétent, prend des mesures de protection spéciales pour les les travailleurs pour lesquels des mesures spéciales de protection sont requises, y compris pour des raisons de santé individuelle, notamment :
à lafourniture de vaccins efficaces pour les travailleurs qui ne sont pas déjà immunisés contre l'agent biologique présent dans le processus, à administrer par le médecin compétent; (...)

Comme on le voit bien, en l'absence de législation obligeant le salarié, après avoir entendu l'avis du médecin compétent et non pas parce qu'il le décide, l'employeur peut mettre à disposition des vaccins à titre de mesure de protection du salarié mais uniquement à titre de possibilité et pas comme une imposition.


La question de la vie privée liée à la vaccination des employés

Sous l'aspect vie privée, une autre question essentielle se pose : l'employeur ne peut pas être informé des données personnelles et particulières (anciennement sensibles) concernant la sphère de santé du travailleur et ces données ne peuvent être gérées que par le médecin compétent, sur la base du protocole sanitaire relatif à la tâche spécifique. Comme vu dans notre article sur les tampons à la ferme5, à ce jour le protocole commun de mise à jour des mesures pour combattre et contenir la propagation du virus SARS-CoV-2 / COVID-19 en milieu de travail (dans la dernière version du 6 avril 2021), seule la faculté de l'employeur à prendre la température du salarié à son entrée dans l'entreprise et ne mentionne pas la possibilité de soumettre les travailleurs à des tests antigéniques, moléculaires, sérologiques ou à la vaccination.

Le médecin compétent joue un rôle extrêmement délicat dans cette situation, notamment par rapport aux communications à adresser à l'employeur. En fait, le Garant de la confidentialité s'est récemment exprimé sur la question des vaccins, en publiant quelques FAQ le 17 février 2021.6 à ce sujet et il est très clair que le médecin compétent ne peut communiquer à l'employeur que l'éventuelle inaptitude au travail et à personne d'autre comme raisons objectives ou subjectives de ne pas se faire vacciner. Nous citons la FAQ :

"NON. L'employeur ne peut pas demander à ses salariés de fournir des informations sur leur statut vaccinal ou des copies de documents prouvant la vaccination contre le Covid-19. Cela n'est pas autorisé par les dispositions d'urgence et par la réglementation sur la protection de la santé et de la sécurité au travail.
L'employeur ne peut considérer comme licite le traitement de données relatives à la vaccination sur la base du consentement des salariés, le consentement ne pouvant dans ce cas constituer une condition valable de licéité en raison du déséquilibre des relations entre le propriétaire et l'intéressé dans le contexte de travail (considérant 43 du règlement).

L'employeur ne peut demander au travailleur aucune information concernant la vaccination du salarié, ni collecter les certificats de vaccination des salariés et ce même si les salariés donnent leur accord à cette collecte., tandis que le médecin compétent doit traiter ces informations conformément aux dispositions en vigueur des articles 18, 25, 39 alinéa 5 et 41 alinéa 4 du décret législatif no. 81/2008.7

Avec une nouvelle intervention au 1er mars 2021, le Garant a également précisé qu'il n'est pas possible de demander des cartes de vaccination pour fréquenter les milieux de travail ou utiliser certains services de travail,8 mais nous allouerons un article plus approfondi sur le sujet.

Nous vous rappelons que cet article est daté du 4 août 2021 compte tenu de la législation en vigueur, nous le surveillerons et le mettrons à jour si la législation change.


sources:

  1. https://www.gazzettaufficiale.it/atto/serie_generale/caricaArticolo?art.progressivo=0&art.idArticolo=2087&art.versione=1&art.codiceRedazionale=042U0262&art.dataPubblicazioneGazzetta=1942-04-04&art.idGruppo=262&art.idSottoArticolo1=10&art.idSottoArticolo=1&art.flagTipoArticolo=2
  2. https://www.senato.it/1025?sezione=122&articolo_numero_articolo=41
  3. https://www.senato.it/1025?sezione=121&articolo_numero_articolo=32
  4. https://www.lavoro.gov.it/documenti-e-norme/studi-e-statistiche/Documents/Testo%20Unico%20sulla%20Salute%20e%20Sicurezza%20sul%20Lavoro/Testo-Unico-81-08-Edizione-Giugno%202016.pdf
  5. https://www.corvelva.it/area-legale/covid19-co/il-datore-di-lavoro-puo-adottare-come-misura-obbligatoria-preventiva-un-tampone-sul-luogo-di-lavoro.html
  6. https://www.garanteprivacy.it/temi/coronavirus/faq#vaccini
  7. https://www.gazzettaufficiale.it/eli/id/2008/04/30/008G0104/sg
  8. https://www.garanteprivacy.it/web/guest/home/docweb/-/docweb-display/docweb/9550331
Image(s)

Newsletter

N'oubliez pas de confirmer votre abonnement avec le lien que vous trouverez dans les e-mails que nous vous avons envoyés

0
Partages

Êtes-vous intéressé?

Suivez-nous également sur nos canaux sociaux ...

0
Partages