Le vaccin contre le virus du papillome humain (VPH) peut-il provoquer des blessures et/ou la mort ?

Le vaccin contre le virus du papillome humain peut-il provoquer des blessures et/ou la mort ?

Le vaccin contre le virus du papillome humain peut-il provoquer des blessures et/ou la mort ?

L'article qui suit tente d'éclairer le vaste monde des effets indésirables, avec un regard particulier sur celui contre le Papillomavirus, mais nous vous invitons à lire tous les focus rapportés ci-dessous pour comprendre les autres problématiques connexes, comme la problématique des vaccins multiples. , l'hypersensibilité à un ou plusieurs composés vaccinaux, le problème du SMSN et celui des adjuvants. La plupart des vaccins sur le marché sont produits, à des fins commerciales, dans des formulations souvent multiples, ce qui élargit considérablement le sujet des dommages causés par les vaccins.

Les effets secondaires les plus fréquemment signalés de la vaccination contre le VPH sont les suivants : douleur, gonflement et rougeur au point d'injection, nausées, maux de tête, fièvre, fatigue et douleurs musculaires ou articulaires. Des évanouissements - appelés épisodes syncopaux - après la vaccination contre le VPH ont été signalés fréquemment, et par conséquent, il est conseillé aux vaccinés de rester assis ou de s'allonger pour éviter la syncope et les blessures potentielles pouvant résulter d'une chute.(1)

Certains des événements indésirables signalés par les fabricants au cours des essais cliniques préalables à l'homologation comprennent :

Gardasil - douleur au site d'injection, gonflement, rougeur et ecchymose, fièvre, maux de tête, nausées, étourdissements, syncope, parfois en conjonction avec une activité de type convulsif, anaphylaxie, diarrhée, vomissements, toux, infection des voies respiratoires supérieures, congestion nasale, insomnie, malaise , douleur oropharyngée, rhinopharyngite, douleur abdominale haute, gastro-entérite, appendicite, maladie inflammatoire pelvienne, infection des voies urinaires, pneumonie, embolie pulmonaire, pyélonéphrite, bronchospasme et décès.(2)

Cervarix - douleur au site d'injection, rougeur, ecchymose et gonflement, syncope, fatigue, maux de tête, symptômes gastro-intestinaux, éruption cutanée, fièvre, arthralgie, myalgie, urticaire, infection des voies urinaires, douleur dorsale, dysménorrhée, rhinopharyngite, grippe, infection vaginale, pharyngite, chlamydia infection, arthrite, polyarthrite rhumatoïde, maladie coeliaque, diabète sucré, érythème noueux, maladie intestinale inflammatoire, hyperthyroïdie, hypothyroïdie, sclérose en plaques, myélite transverse, lupus érythémateux disséminé, thrombocytopénie, vascularite, névrite optique, vitiligo et décès.(3)

Gardasil 9 - douleur au site d'injection, gonflement, rougeur et ecchymose, syncope, fièvre, maux de tête, nausées, étourdissements, fatigue, diarrhée, infection des voies respiratoires supérieures, douleur abdominale haute, douleur oropharyngée, myalgie, crise d'asthme, anaphylaxie et décès.(4)
Les événements indésirables post-commercialisation rapportés pour Gardasil 9 incluent : embolie pulmonaire, purpura thrombopénique idiopathique, lymphadénopathie, anémie hémolytique auto-immune, pancréatite, asthénie, frissons, fatigue, malaise, bronchospasme, urticaire, anaphylaxie, encéphalomyélite aiguë disséminée, étourdissements, myélite transverse, Guillain -Syndrome de Barré, céphalées, maladie du motoneurone, paralysie, convulsions, syncope (y compris syncope associée à d'autres activités de type convulsif et mouvements tonico-cloniques) parfois avec chute, thrombose veineuse profonde, cellulite, myalgie, arthralgie et décès.

Au cours de la dernière décennie, de nombreuses études et rapports ont établi un lien entre la vaccination contre le VPH et les maladies chroniques chez les enfants et les jeunes adultes. Ceux-ci comprennent l'anaphylaxie,(5) lupus,(6) érythème polymorphe,(8) encéphalomyélite aiguë disséminée,(9-10-11) myélite transverse,(12) la sclérose latérale amyotrophique (SLA),(13) démyélinisation du système nerveux central,(14) la sclérose en plaques(16), y compris la sclérose en plaques pédiatrique,(17) Le syndrome de Guillain Barre,(18) pancréatite,(20) syndrome inflammatoire de l'intestin,(22) névrite du plexus brachial,(23) névrite brachiale,(24) névrite optique,(25) neuromyélite optique,(26) opsoclonie myoclonie,(27) syndrome du point blanc qui disparaît,(28) ataxie cérébelleuse aiguë,(30) hépatite auto-immune,(31) neuromyotonie auto-immune,(32) vascularite,(33) purpura thrombocytopénique,(34) purpura thrombopénique immunologique,(35) syndrome de tachycardie orthostatique posturale (POTS),(36-37-38) syndrome douloureux régional complexe (SDRC),(39) syndrome de fatigue chronique (SFC),(40) et un dysfonctionnement du nerf sympathique périphérique.(41) Un questionnaire publié(42) sur les personnes qui ont reçu le vaccin contre le VPH et ont examiné une combinaison de maladies chroniques, y compris le POTS, le SDRC et la fibromyalgie, ont constaté que 93 % des personnes signalant des symptômes liés à ces conditions étaient toujours incapables de travailler ou d'aller à l'école quatre ans après la vaccination. De plus, plusieurs études ont établi un lien entre la vaccination contre le VPH et l'insuffisance ovarienne primaire, entraînant une diminution de la fertilité(43-44-45-46). Une étude de 2018 a révélé des taux de grossesse plus faibles chez les femmes qui avaient reçu le vaccin contre le VPH.(47)

Les événements indésirables suivant la vaccination contre le VPH ont également été liés à une affection médicale relativement nouvelle appelée syndrome auto-immun/inflammatoire induit par un adjuvant (ASIA).(48) En 2011, Dr. Yehuda Shoenfeld, fondateur et directeur du Centre Zabludowicz pour les maladies auto-immunes en Israël, a publié un article associant quatre conditions médicales - le syndrome de la guerre du Golfe (GWS), le syndrome de myofasciite à macrophages (MMF) (un syndrome précédemment lié à l'utilisation d'adjuvants à l'aluminium), la siliconeose (affection liée aux implants mammaires en silicone) et les phénomènes post-vaccinaux (maladie chronique consécutive à la vaccination) à une exposition antérieure aux adjuvants.

Le Dr Shoenfeld a noté que les patients atteints de ces conditions présentaient des symptômes cliniques très similaires. Depuis lors, des études publiées ont établi un lien entre l'adjuvant aluminium du vaccin contre le VPH et plusieurs problèmes de santé chroniques, notamment le syndrome de tachycardie posturale (POTS),(49) insuffisance ovarienne primaire (OPF),(50) épipharyngite chronique,(51) syndrome pseudo-neurologique,(52) et les syndromes somatoformes et dysautonomiques sévères.(53) Une étude épidémiologique des données recueillies par le Federal Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) a estimé que 3,6 pour 100.000 XNUMX doses de vaccination contre le VPH ont entraîné des symptômes compatibles avec un diagnostic d'ASIE.(54)

Une étude sur les effets de la vaccination contre le VPH a révélé que les antigènes du VPH et l'adjuvant aluminium semblent avoir la capacité de déclencher des réactions auto-immunes et une neuroinflammation chez les souris femelles, entraînant des changements dans les schémas comportementaux.(55)

Des études établissant un lien entre la vaccination contre le VPH et la mort subite chez des femmes auparavant en bonne santé ont également été publiées. Une étude publiée en 2012 sur deux décès suite à la vaccination contre le VPH a conclu que les antigènes HPV-16L1 présents dans les vaccins contre le VPH ont le potentiel de provoquer une maladie vasculaire auto-immune mortelle.(56) Toujours en 2012, Sin Hang Lee, chercheur et pathologiste agréé, a publié une étude de cas impliquant la mort soudaine et inexpliquée d'une jeune femme six mois après avoir terminé une série de trois doses de Gardasil. Le Dr Lee a trouvé l'ADN du gène HPV-16 dans le sang et la rate similaire aux fragments d'ADN du gène HPV-16 contenus dans Gardasil. L'ADN du gène HPV-16 LI était lié au même adjuvant aluminium présent dans le vaccin, ce qui le protégeait de la dégradation. On ne sait pas encore si ces fragments d'ADN du VPH ont joué un rôle dans la mort de la jeune fille.

Un article de 2017 publié dans Drug Safety a examiné les problèmes de sécurité associés à la vaccination contre le VPH.(57) Les données rapportées dans les systèmes de notification des effets indésirables de plusieurs pays ont été analysées et un nombre relativement important de rapports de maux de tête, d'étourdissements, de fatigue et de syncope associés à une hospitalisation prolongée ou à un affaiblissement ont été trouvés. Alors que certains rapports ont signalé le syndrome de tachycardie orthostatique posturale (POTS), le syndrome de douleur régionale complexe (SDRC) ou le syndrome de fatigue chronique (SFC) comme diagnostics, la grande majorité des rapports n'ont signalé aucun diagnostic. Cette étude a également révélé beaucoup plus d'événements impliquant une combinaison d'étourdissements et de maux de tête avec syncope ou fatigue après la vaccination contre le VPH que les effets indésirables d'autres vaccins. Il a également été noté que ces combinaisons de symptômes ont été signalées pour la première fois dans les pays qui ont d'abord approuvé et recommandé la vaccination contre le VPH, et que les symptômes signalés ont persisté à l'échelle mondiale.

En raison de ces résultats, d'autres se sont demandé si les outils actuels de surveillance de l'innocuité des médicaments et des vaccins pouvaient détecter et répondre adéquatement aux signes indiquant qu'il existe un problème grave avec un produit actuellement commercialisé.(58) De plus, une étude de 2018 a révélé que seulement environ la moitié des essais cliniques disponibles sur les vaccins contre le VPH avaient été achevés avant que les vaccins ne soient approuvés par la Federal Drug Administration (FDA) et l'Agence européenne des médicaments (EMA).(59) L'étude a également révélé que les fabricants de médicaments ne publiaient que les résultats d'environ les deux tiers des essais cliniques sur le VPH, laissant les auteurs de l'étude se demander si les fabricants de médicaments choisissaient de manière sélective les données cliniques à publier.

En décembre 2017, Slate Magazine a publié un article de couverture sur les essais cliniques de pré-approbation du vaccin Gardasil.(60) Ce rapport d'enquête a déterminé que les études de sécurité préalables à l'approbation de Merck "utilisaient une méthode compliquée qui rendait impossible l'évaluation objective et la notification des effets secondaires potentiels pendant toutes les semaines de l'essai qui a duré des années, sauf quelques semaines".(61) L'article notait que les enquêteurs cliniques de Merck étaient autorisés à utiliser leur jugement personnel pour signaler les problèmes médicaux en tant qu'événements indésirables, permettant essentiellement aux enquêteurs de l'étude de décider quels symptômes, le cas échéant, pourraient être liés à la vaccination. Les enquêteurs de l'étude ont également été autorisés à répertorier les nouveaux problèmes de santé post-vaccinaux en tant qu'antécédents médicaux, et non en tant qu'événements indésirables, et à limiter le suivi de sécurité à 14 jours après chacune des trois doses de vaccination Gardasil. L'enquête de Slate a identifié plusieurs femmes impliquées dans des essais préalables à l'homologation du Gardasil qui ont signalé des maladies chroniques post-vaccinales aux enquêteurs de l'étude, mais leurs symptômes n'ont jamais été signalés par Merck.

En avril 2018, l'Indian Journal of Medical Ethics a publié un rapport suggérant que l'augmentation des taux de cancer du col de l'utérus en Suède pourrait être associée à la vaccination contre le VPH. Craignant d'être ciblé pour avoir remis en question l'innocuité ou l'efficacité d'un vaccin, l'auteur de l'étude a choisi de publier sous un nom d'emprunt sans d'abord contacter la revue. Initialement, le magazine a décidé d'autoriser la publication de l'article malgré la supercherie, après avoir déterminé que l'auteur avait les références nécessaires et qu'il faisait face à une menace crédible de préjudice, déclarant que "les questions soulevées sont importantes et la discussion à leur sujet est publique". intérêt."(62) Cependant, deux semaines plus tard, après avoir reçu "de précieux conseils du comité de rédaction de la revue et d'autres", l'article a été retiré.(63) Le journal, cependant, a déclaré qu'il "espérait que la possibilité d'un éventuel préjudice causé par la vaccination de femmes précédemment exposées au VPH serait soigneusement explorée dans de futures études".(64) Les données des essais cliniques de pré-approbation de Gardasil avaient précédemment démontré une incidence accrue de néoplasie intraépithéliale cervicale (CIN) de grade 2 et 3 chez les femmes précédemment infectées par la souche cible vaccinale particulière.(65)

Selon les données fédérales américaines du VAERS, au 31 janvier 2023, 618 décès ont été signalés suite à la vaccination contre le VPH.(66) En Italie, il est impossible de connaître ces données.

Cet article est résumé et traduit par National Vaccine Information Center.

NOTE IMPORTANTE: Corvelva vous invite à vous informer en profondeur en lisant toutes les rubriques et liens, ainsi que les notices produits et fiches techniques des fabricants, et à vous entretenir avec un ou plusieurs professionnels de confiance avant de décider de vous faire vacciner ou de vacciner votre enfant. Ces informations sont fournies à titre informatif uniquement et ne constituent pas un avis médical.

Nous vous recommandons également de lire...

Corvelva

Publiez le module Menu en position "offcanvas". Ici, vous pouvez également publier d'autres modules.
Pour en savoir plus.