Appel international: demandez à vos gouvernements de consulter les données techniques et scientifiques de l'urgence Covid-19!

Appel international: demandez à vos gouvernements de consulter les données techniques et scientifiques de l'urgence Covid-19!

Téléchargez l'appel en PDF
Téléchargez l'appel international en PDF


Nous nous adressons à toutes les associations (et citoyens) des pays qui ont vécu et connaissent des mesures et des limitations similaires à celle de l'Italie. Nous devons vous intégrer à un fait qui, à notre avis, est inacceptable et nous voulons demander au reste du monde d’agir pour faire la lumière sur les ombres infinies qui enveloppent la situation d’urgence à laquelle nous sommes confrontés.

Nous sommes une association italienne 1 qui depuis 1993 se bat pour la liberté de choix dans les domaines de la vaccination et de la thérapeutique, mais nous sommes ici aujourd'hui pour parler de ces réalités qui ne se reflètent pas dans notre façon de penser et de vivre la liberté.

Les Italiens ont vécu la pandémie de Covid-19 en suivant toutes les règles qui leur ont été imposées. Le peuple italien a accepté les restrictions et les dispositions du gouvernement, mais nous avons néanmoins passé des mois à regarder des programmes télévisés montrant l'utilisation de drones, d'hélicoptères et de bateaux des forces de l'ordre, poursuivant et identifiant des citoyens individuels marchant dans des rues désertes ou plages vides, 2-3-4-5-6-7 bloquer même les services religieux avec la police. Nous avons vu les médias pointer du doigt les coureurs, les citoyens ordinaires qui couraient en solo sont soudainement devenus la principale cause impitoyable des infections, selon le récit des médias.
Nous acceptons silencieusement l'effondrement silencieux de l'économie de notre pays et le moins que l'on puisse tenir pour acquis est que le gouvernement responsable des mesures et limitations imposées devrait clarifier, être disponible pour fournir des preuves et donner des réponses à la population.

Chaque choix fait par le gouvernement italien pour gérer l'urgence du Covid-19 avait et aura pour pilier l'avis d'un comité technique scientifique (CTS). Un petit nombre de personnes a dicté l'ordre du jour du gouvernement, du Lockdown dans ses formes et sa durée, aux modèles, à la distanciation sociale jusqu'à chaque acte réglementaire toujours publié une fois "après avoir entendu l'avis du Comité technico-scientifique".

Récemment, trois avocats appartenant à une fondation ont décidé de faire une demande d'accès aux documents (FOIA) et plus précisément la demande était de consulter le procès-verbal du comité scientifique technique du 18 février, 1er mars, 7 mars, 30 mars et 9 avril. Les données et opinions exprimées et rassemblées dans ces procès-verbaux sont en fait la raison, la poussée, la base sur laquelle le gouvernement a publié tous les actes relatifs à la gestion des urgences du Covid-19.

Après s'être vus refuser leur demande en première instance, ils ont été contraints de saisir le tribunal. Le 23 juillet 2020, le tribunal administratif régional de la région du Latium (TAR) s'était prononcé en faveur de la publication des documents avant le 21 août. 8
Et voici le fait choquant et inacceptable pour nous: le gouvernement italien, par l'intermédiaire du procureur de la République, s'est opposé le 31 juillet 9également à l'arrêt de la Cour (TAR) motivant que la publication apporterait "Ils donnent l'ordre public concret et la sécurité que la connaissance des procès-verbaux du CTS, dans la phase actuelle de l'urgence, entraînerait à la fois au regard des évaluations techniques et des orientations générales de l'organe technique". 10

Le 5 août 2020, de sources journalistiques 11 et par les mêmes avocats qui avaient fait la demande d'accès aux documents, 12 on apprend que le gouvernement italien publiera ces procès-verbaux mais la question reste inchangée:

Pourquoi ne pas rendre immédiatement transparent ce qui s'est passé pendant la phase d'urgence? Si le gouvernement italien a agi sur la base d'avis d'experts, pourquoi s'opposer à la publication des données? Quel est le contenu de ces rapports qui devrait causer des dommages? Pourquoi s'attendre même à des dommages à l'ordre public et à la sécurité?

Nous informerons tout le monde dans les prochains jours sur le contenu de ce procès-verbal, en vérifiant avec de nombreux experts qui nous soutiennent, si les politiques d'urgence ont été correctement menées, si elles étaient justes ou exagérées ou disproportionnées, au moins jusqu'à la fin de l'état d'urgence, mais le le fait que le gouvernement se soit opposé à la publication de documents qui devraient être publics nous inquiète beaucoup. Rappelons que la nouvelle de la déclassification du procès-verbal, si elle est analysée avec une honnêteté intellectuelle, montre qu'elle a eu lieu uniquement pour des conflits politiques avec l'opposition parlementaire, pas pour une vraie écoute et une transparence envers la citoyenneté.

Vous qui nous lisez, citoyens ordinaires et associations, avez à votre disposition un outil créé pour ce type d'action, la loi sur la liberté de l'information, 13 ou la loi sur la liberté d'information et l'accès du public aux données détenues par les gouvernements nationaux. C'est notre droit de connaître et d'avoir accès aux informations détenues par le gouvernement!

Toute personne, à travers une équipe juridique mais aussi de manière indépendante, peut imprimer sur la même ligne une demande d'accès aux documents visant à vérifier quelles sont les conditions, les procès-verbaux, la documentation sur la base desquels les différents pays ont adopté divers décrets et actes dans le cadre de gestion de l'urgence Covid-19, évidemment en relation avec les actes qui ont apporté avec eux une contrepartie en termes économiques et la limitation des libertés personnelles. À notre avis, cela est nécessaire non pas en raison d'une méfiance a priori mais en raison d'un sens civique et d'une tâche de contrôle appropriés, exercés démocratiquement avec les outils disponibles, qui existent précisément à ces fins.

Si vous pensez que les conditions existent pour soulever des doutes légitimes dans la gestion de Covid-19 et si votre gouvernement n'a pas rendu public toutes les données, opinions et "conseils" des experts dédiés à l'urgence Covid-19 qui ont conduit à l'adoption d'actes avec un fort impact inévitable sur la vie des citoyens à court et long terme, demandez-vous de rendre visibles les données et rapports originaux!

La répétition de cette action dans différents pays augmente les chances d'éclairer la gestion de cette situation d'urgence liée au Covid-19, où le gouvernement italien a plutôt opposé son veto à cette possibilité, du moins pour l'instant.

Nous sommes à la disposition de toutes les parties intéressées, pour ce que nous pouvons, nous donnerons de plus amples éclaircissements et notre aide pour comprendre comment la demande a été proposée ici et comment le gouvernement a décidé de répondre.

Agir à un niveau coordonné sert avant tout à donner un signal clair sur le besoin et la volonté des populations d'avoir des réponses, tout en augmentant la possibilité d'obtenir des données et des réponses sur le fond.

Merci à tous

Bâton de Corvelva


Document signé par:

  • Sara Cunial, membre du Parlement
  • Ivan Catalano, président de la commission COSMI, ancien député et ancien vice-président de la commission d'enquête parlementaire "Uranium appauvri"
  • Davide Barillari, conseiller régional du Latium et président de la Commission du pluralisme de l'information
  • Ader
  • CliVa Toscane
  • Colibri Pouilles
  • Citoyens des Pouilles libres et conscients
  • CReLDiS
  • GroupsUniti.it
  • Les parents de la Lombardie aucune obligation
  • VacciPiano Sicile
    … et plein d'autres

Références


Nations qui ont adhéré à la loi sur la liberté d'information