Communiqué de presse du CIATDM pour contester l'opinion favorable des pédiatres sur les masques à l'école

Communiqué de presse du CIATDM pour contester l'opinion favorable des pédiatres sur les masques à l'école

Communiqué de presse
Mai 2020

COVID 19 - La Coordination Internationale des Associations de Protection des Droits des Mineurs conteste l'avis favorable des pédiatres sur les masques à l'école: "Pas de fondement scientifique"

Voici la lettre envoyée au président de la Fédération italienne des médecins pédiatres dr. Paolo Biasci et les ministres Speranza et Azzolina qui cite à la place toutes les raisons du NON.

La Fédération italienne des médecins pédiatriques approuve l'utilisation prolongée des masques pour les enfants mais sans fondements scientifiques médicaux et maintenant l'Association internationale de coordination pour la protection des droits de l'enfant demande un compte rendu de cette position avec une lettre au président FIMP dr. Paolo Biasci. Dans le même temps, le CIATDM demande aux ministres de la Santé et de l'Education Roberto Speranza et Lucia Azzolina de suspendre, dans l'intervalle, toute imposition en ce sens.

Le CIATDM, d'autre part, apporte des données officielles et des avis techniques des institutions et des sutdiosi faisant autorité pour prouver que le masque, s'il est imposé aux enfants, en tant que garnison de sécurité pourrait se transformer en véhicule dangereux de contagion, augmentant le risque de transmission du Coronavirus.

Voici les raisons du «non au masque à l'école» rapporté dans la lettre.
Des études publiées par l'ECDC attestent que les enfants représentent un très faible pourcentage des cas de COVID-19 signalés, avec environ 1% de tous les cas de moins de 10 ans et 4% entre 10 et 19 ans. En Italie, les données officielles publiées par l'Istituto Superiore di Sanità (et mises à jour au 20 mai) indiquent que sur 227.204 1.851 cas au total, il y a 0 9 cas d'enfants (0,8-3.312 ans), soit 10% et 19 1,5 cas de enfants (XNUMX-XNUMX) égal à XNUMX%.

Quant à l'utilisation des masques, l'Organisation mondiale de la santé, dans un document publié le 6 avril 2020, déclare que "... il n'y a actuellement aucune preuve que le port d'un masque (médical ou autre) par des personnes en bonne santé dans un contexte communautaire plus large, y compris le masquage de la communauté universelle, pourrait les empêcher de contracter des virus respiratoires, y compris COVID -19 ".

Dans le document susmentionné, l'OMS signale à la place certains risques potentiels qui devraient être soigneusement pris en compte dans tout processus décisionnel, par exemple le risque d'auto-contamination, ce qui peut être fait en touchant et en réutilisant des masques contaminés, difficultés respiratoires potentielles et faux sentiment de sécurité, ce qui conduit à une réduction potentielle du respect des autres mesures préventives, et prescrit, en tout état de cause, les bonnes méthodes d'utilisation des masques, à savoir:

  • Positionnez le masque avec soin, en vous assurant qu'il couvre la bouche et le nez, et attachez-le fermement pour minimiser toute ouverture entre le visage et le masque.
  • Évitez de toucher le masque lorsque vous le portez.
  • Retirez le masque en utilisant la bonne technique: ne touchez pas le devant du masque mais détachez-le par derrière.
  • Après l'avoir retiré ou chaque fois qu'un masque utilisé a été touché par inadvertance, lavez-vous les mains avec un produit spécial à base d'alcool ou avec du savon et de l'eau si vos mains sont visiblement sales.
  • Dès qu'il est mouillé, remplacer la lunette avec un nouveau masque propre et sec.
  • Ne réutilisez pas les masques jetables.
  • Jetez les masques jetables après chaque utilisation et jetez-les immédiatement après les avoir retirés.

Il semble vraiment difficile de penser que la population pédiatrique peut scrupuleusement suivre ces indications ou que les enseignants peuvent superviser l'utilisation correcte des masques.

Encore.

Il dr. Alberto Donzelli, spécialiste de l'hygiène et de la médecine préventive, dans une étude récente publiée dans le Repository of Epidemiology and Prevention, le magazine est destiné aux médecins épidémiologistes, souligne que ".... chez les sujets infectés inconscients, où l'émission de virus est maximale dans les deux jours précédant les symptômes, le masque oblige à recirculation respiratoire continue de ses virus, ajoutant une résistance à l'expiration, avec un réel risque de pousser une charge virale élevée profondément dans les alvéoles, qui aurait pu être vaincu par des défenses innées s'il n'avait touché que les voies respiratoires supérieures. "

Encore une fois, le ministère de la Santé - Direction générale de la prévention sanitaire Office 5, prévention des maladies transmissibles et prophylaxie internationale, dans la note no. 0010736 du 29/03/2020 a précisé, entre autres, que "Les données actuellement disponibles ne permettent pas de transmettre par voie aérienne le SRAS-CoV-2, à l'exception des risques éventuels liés aux procédures générant des aérosols si elles sont effectuées dans un environnement inadéquat (pas dans une salle d'isolement à pression négative) et / ou dans l'utilisation d'un équipement de protection individuelle (EPI) inadéquat. "

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, dans son récent document "Utiliser des masques dans la communauté" du 8 avril 2020 (http://www.ecdc.europa.eu/sites/default/files/documents/COVID-19-use-face-masks-community.pdf) a précisé que: "Il existe un risque que le retrait incorrect du masque, la manipulation d'un masque contaminé ou une tendance accrue à toucher le visage lors du port d'un masque par des personnes en bonne santé augmenter le risque de transmission »

Sur ce point, le dr. Antonio Lazzarino, épidémiologiste à l'University College de Londres, avec un article dans le British Medical Journal: https://www.bmj.com/content/bmj/369/bmj.m2003.full.pdf:

"En conclusion, contrairement à Greenhalgh et al., Nous pensons que le contexte de la pandémie actuelle de covid-19 est très différent de celui des" parachutes pour sauter des avions ", [7] dans lesquels la dynamique des dégâts et la prévention ils sont faciles à définir et même à quantifier sans avoir besoin d'études de recherche. Il est nécessaire de quantifier les interactions complexes qui pourraient très bien opérer entre les effets positifs et négatifs de l'utilisation des masques chirurgicaux au niveau de la population. Il n'est pas temps d'agir sans preuve. »

Enfin, le rapport a publié ISS COVID 19 nr. 25/2020 contenant les Recommandations provisoires sur l'assainissement des établissements non sanitaires, dans le tableau de la page 4 montre la persistance de particules infectieuses sur les surfaces et sur la couche externe des masques, qui a la donnée temporelle la plus élevée de 7 jours, confirmant que le masque, loin d'être une protection efficace, constitue un dangereux véhicule de contagion.

À la lumière de ce qui précède, il apparaît au moins téméraire et l'imposition d'un masque à la population pédiatrique, qui devrait le porter plusieurs heures par jour, dans la quasi-certitude d'une mauvaise gestion de celui-ci et en présence de risques sanitaires importants, n'est pas scientifiquement appuyée.

Par conséquent, le CIATDM demande aux ministres Speranza et Azzolina de révoquer immédiatement l'obligation de porter un masque pour la population pédiatrique.