Lettre ouverte à la présidence de la région de Vénétie

Lettre ouverte à la présidence de la région de Vénétie
(Temps de lecture: 3-5 minutes)

Nous publions la lettre ouverte envoyée le 7 mai 2020 à la Présidence de la Région Vénétie:

Lettre ouverte à la présidence de la région de Vénétie: n'utilisez pas le chantage en cas d'urgence pour étendre les obligations de vaccination des enfants!

Cher président Zaia, 

Corvelva Aps est une association qui depuis 1993 soutient les familles vénitiennes qui luttent pour la liberté de soins et le choix de la vaccination. Aujourd'hui, nous écrivons quelque peu préoccupés par les dernières déclarations à la presse de la conseillère vénitienne pour la santé Manuela Lanzarin concernant «un protocole de services pour les enfants de zéro à six ans pour vivre la réouverture des crèches et des centres de la petite enfance, sous une forme ludique / récréative , dans la phase 2 de l'endiguement de l'épidémie de Covid-19 ». En particulier, étant donné notre attention sur le sujet, nous nous concentrons sur les déclarations suivantes: 

"Les enfants qui assisteront à ces services récréatifs et récréatifs devront également se conformer au calendrier de vaccination régional et, en vue de la prochaine saison automne-hiver, une prophylaxie contre la grippe et le pneumocoque est également prévue." 

Dans une région qui, unique en Italie, avait déjà pris parti pour le libre choix du vaccin depuis 10 ans (entre autres, sans aucune répercussion sur la situation épidémiologique régionale par rapport au reste de l'Italie); dans une Région qui, en 2017, dirigée par vous, a proposé un recours devant la Cour constitutionnelle contre la loi 119/2017, loi toujours en vigueur; vu vos déclarations faites au fil du temps, dans lesquelles vous avez toujours soutenu votre position personnelle contrairement aux obligations légales en matière de vaccins; on se demande: avec quelle cohérence proposez-vous maintenant un tel projet, qui non seulement approuve l'idée que les enfants doivent être vaccinés pour pouvoir bénéficier des services publics mais aggrave même sérieusement le chantage de la «ponctualité» conformément au calendrier de vaccination pour pouvoir accéder aux services récréatifs-récréatifs offerts? Ainsi, non seulement la demande de vaccins prévue par la loi Lorenzin s'étend (au lieu des 10 obligatoires par la loi, parlent en fait de respect de tout le calendrier de vaccination!) Mais, même, étend ces demandes également aux services récréatifs-récréatifs, qui par la même loi ils n'étaient pas impliqués! 

Vous rendez-vous compte, Monsieur le Président, de la situation qui est déjà apparue dans notre région au cours des 3 dernières années? La situation vénitienne résultant de la loi 119/2017 n'a pas du tout été atténuée par les institutions et aucun effort n'a été fait ces dernières années pour rencontrer des familles qui demandent la liberté de choix: bien au contraire! Nous avons connu un problème social sur notre peau qui découle des exclusions scolaires continues qui se sont produites jusqu'à présent dans le groupe d'âge de 0 à 6 ans, des écoles municipales aux écoles égales, mais avec une attention particulière pour ces dernières. La FMI Vénétie (Fédération italienne des écoles maternelles), qui représente environ 75% des écoles maternelles et maternelles de notre région, a appliqué et interprété chaque circulaire ou directive de l'État de manière péjorative, augmentant l'écart entre les parents et les institutions et apportant notre Association recommande le retrait des mineurs de 0 à 6 ans des crèches et jardins d'enfants depuis septembre 2017. La conséquence immédiate a été très claire et évidente, la perte de nombreux emplois et sections entières mettant en péril une chaîne d'approvisionnement de les écoles de pairs qui, avec la baisse du taux de natalité, étaient déjà en crise profonde. 

Cette dernière initiative régionale marque, encore une fois, l'élargissement de cet écart. 

Le vrai problème en Vénétie, à notre avis, était le manque d'écoute et d'empathie de la part des dirigeants des services éducatifs, mais aussi de la part des institutions, à commencer par la Région qui n'a rien fait pour tenter d'atténuer cette honteuse d'une manière ou d'une autre. situation discriminatoire à l'encontre de dizaines de milliers d'enfants en bonne santé, dont 10 ans de liberté se sont révélés ni gras ni dangereux pour personne! À cet égard, Monsieur le Président, nous voudrions vous rappeler que nous attendons depuis un certain temps une réponse institutionnelle à une demande légitime de la population: une étude épidémiologique prospective qui enquêtera sur la santé des enfants vaccinés et non vaccinés dans notre Région. Dans ce domaine, qui vit cette fenêtre depuis 10 ans sans obligations, et qui dispose d'un système informatisé bien établi et décennal, il ne serait pas difficile de proposer l'analyse de ces données, de manière tout à fait légale, avec la possibilité de regrouper et anonymiser les données. Pourquoi cela n'a-t-il pas encore été fait? Et pourquoi la Région n'a-t-elle pas répondu depuis toutes ces années? 

Nous vous rappelons que notre association a activement coopéré et aidé plus de 350.000 20.000 familles au fil des années et parmi celles-ci, qui n'ont pas disparu dans l'air, une grande partie est incluse dans les 0 6 mineurs déclarés défaillants dans la tranche XNUMX-XNUMX ans, ou qui sont exclus de l'exclusion scolaire . 

Association Corvelva et au moins 350.000 07.05.2020 Vénitiens là-bas XNUMX 

 

CORVELVA version 1 2020

Nous nous référons à une proposition de plan expérimental pour les enfants que vous pouvez lire ici: https://www.ecovicentino.it/veneto/fase-2-nelle-scuole-dellinfanzia-piano-sperimentale-della-regione-per-riaprire-i-servizi/

Téléchargez la lettre en pdf: https://drive.google.com/open?id=1-rtSn-vcNFzuvFxIwyQ--7s3B2w1Oo-U