Objectif: vacciner tout le monde

Objectif: vacciner tout le monde

Pour ceux qui avaient encore des doutes, c'est désormais clair: la question des vaccins est loin d'être close.
La loi 119 ne suffit pas, visiblement l'objectif est beaucoup plus large et la loi Lorenzin n'est qu'un début. Le gouvernement actuel relance à grands pas, et comme toujours, les flambées médiatiques se précipitent à la rescousse en proposant des idées (qu'elles soient prétextes, fausses ou déformées) pour justifier de nouvelles mesures et de nouvelles fausses urgences.

Ces derniers jours, l'épidémie (8 cas, huit d'entre eux) de rougeole à Bari a relancé une nouvelle vague d'alarmisme et de contre-mesures connexes.

Il y a un compliment pour l'imagination variée: des punitions aux incitations, ils se sont déchaînés.
Et donc nous commençons par les diatribes de la prison de novax invoquées par un certain Novelli (Forza Italie) qui déclare sans vergogne que "face aux infections involontaires ... des sanctions pénales doivent être prévues" ... (excusez-nous Novelli, mais Cela s'applique-t-il également aux personnes vaccinées? Ou trouverez-vous un moyen d'écrire dans la loi que le graisseur vacciné est moralement innocent et que le graisseur non vacciné doit plutôt expier sa culpabilité?) et je serai toujours du côté du premier "... Peut-être que quelqu'un devrait expliquer quelques petites choses à Novelli, tout d'abord que c'est précisément la preuve scientifique dont il parle, pour prévoir la possibilité que l'infection commence à partir d'une personne vaccinée; après quoi Novelli devrait être très bien expliqué comment établir avec certitude qui est le patient et quelles marges de sécurité sont là pour indiquer qu'une personne plutôt qu'une autre est coupable, dans une maladie telle que la rougeole hautement contagieuse et pour laquelle utiliser un vaccin à virus vivant pouvant subir (et subir) des mutations. Mais peu importe, remplissez simplement votre bouche des mots "PREUVES SCIENTIFIQUES" et comme par magie tout devient possible et réel ...

Cela ne s'arrête pas là, nous avons également l'éminent Ricciardi, président de l'ISS, qui regrette que les graisseurs dangereux non vaccinés (mais sains) puissent accéder à l'éducation: il dit que le vrai problème, la cause de tout, c'est le dpr 355/99 "Il a été créé en Italie depuis 1999 - explique Ricciardi - depuis que le Parlement a abrogé l'obligation de s'inscrire à l'école avec le certificat de vaccination, une véritable bombe microbiologique. Les enfants qui n'ont pas été vaccinés en 1999 aujourd'hui, ils ont 18-19 ans et des dizaines de milliers, ils vivent et se déplacent et la rougeole est l'un des virus les plus contagieux qui existent "Mais en 99, quelles étaient les vaccinations obligatoires? Tétanos, antidiphtérie, polio, hépatite B ... eh bien, qu'est-ce que Ricciardi a à voir avec la rougeole? Pouvez-vous nous l'expliquer ??? Logiquement, avec ou sans ce décret, les enfants auraient été vaccinés ou non pour la rougeole exactement de la même manière ... mais peu importe, ce qui importe maintenant, c'est de relever la barre et ... d'ouvrir la voie pour lui. barrière à l'école obligatoire ...

L'Ordre des médecins de Côme relance avec une campagne médiatique vantant la discrimination, mettant en vedette une fille, "isolée ou vaccinée?" Est la question qui domine le panneau publicitaire (mal géré, il faut le dire) créé par eux.
Ainsi, dans le vide, avant de nous en rendre compte, nous sommes arrivés à une société qui accepte et soutient la discrimination des enfants en bonne santé qui sont exempts de piqûres miraculeuses. Une piqûre et vous êtes socialement acceptable, pas de piqûre, pas d'inclusion sociale. Aberrant.

Au lieu de cela, il y a ceux qui pointent vers une technique très appréciée des formateurs: le renforcement positif. Et il y a donc des incitations pour ceux qui se font vacciner; l'objectif, dit De Micheli, est de vacciner 800.000 16 jeunes de plus de XNUMX ans. Et passons aux solutions les plus efficaces pour cette tranche d'âge: on pense à "des mesures incitatives qui viseraient précisément à faciliter les mécanismes liés précisément à l'accès aux concours publics ou aux cursus universitaires".

Nous devons faire face à la réalité: ils sont prêts à tout pour atteindre l'objectif de vacciner tout le monde et, éventuellement, tout. En fait, ceux qui croient que le seul véritable objectif est l'éradication de la rougeole (une possibilité à démontrer, des preuves scientifiques en main) sont très mal: le nouveau projet de loi 770 (projet de loi du gouvernement, qui est en cours d'examen par le Hygiène et Santé au Sénat) prévoit l'introduction d'obligations chaque fois que cela est jugé nécessaire face à des écarts de couverture par rapport à ce qui est prévu dans les plans nationaux de prévention des vaccins: ergo, aujourd'hui c'est la rougeole, demain ce pourrait être tout autre vaccin, du HPV la grippe a traversé l'antiméningocoque ou même tout nouveau vaccin futur.

Le problème ici est de comprendre qu'il y a une tentative de dire non à un traitement de santé: ils sont prêts à vous enlever votre école, votre travail (il y a une obligation pour les agents de santé en DDL770), de vous punir économiquement mais aussi émotionnellement, oui parce que dans ces Ces dernières semaines, la vaccination est devenue une OBLIGATION MORALE, bref, si vous ne vous faites pas vacciner, vous devez avoir honte, si vous ne vous faites pas vacciner, vous devez être puni, si vous ne vous faites pas vacciner, vous êtes ISOLÉ.
On se demande ce qui arrive à l'obligation morale devant tous ces enfants et familles qui ont souffert de ces "vaccinations saintes" et sont seuls et abandonnés à eux-mêmes, lorsqu'ils ne sont pas tournés en dérision et cachés ...

Depuis combien de temps voyons-nous ce cirque médiatique? Aux tons de plus en plus exacerbés, au gibier à la hausse, à l'instigation à la discrimination, à la chasse au graisseur? On se rend compte, quelqu'un se rend compte, que les vaccins remplissent les pages des journaux, les gros titres, les déclarations des politiciens, les talk-shows depuis 2 ans maintenant, et qui de plus en a plus? Ce pays n'a-t-il vraiment pas d'autres urgences? Sommes-nous tous vraiment en danger de manquer la couverture vaccinale? Mais où sont ces échographies, où étaient-elles avant 2017? Où étaient les immunosupprimés? N'existaient-ils pas?
Et que voulons-nous faire pour les décès dus aux infections hospitalières? Pour l'augmentation des cancers infantiles? Pour la montée du diabète? Pour l'augmentation de 40% des personnes handicapées dans les écoles? Pourquoi ce ne sont pas des urgences? Nous avons déjà écrit à ce sujet ici https://www.corvelva.it/ddl770-lavoro : la mortalité en Italie selon les tableaux de l'Istat voit d'autres causes primaires ... personne ne veut y faire face?

Encore un autre appel à tous ceux qui ont encore une société civile à cœur, citoyens, politiciens, techniciens, médecins, tous: la mesure est pleine, ici une tension sociale qui peut devenir dangereuse se met délibérément en place, il est temps d'arrêter de se livrer à cette folie. Il n'y a pas d'urgences sanitaires liées au vaccin dans ce pays, il y en a eu, de l'aveu même de Gentiloni, en 2017 avec le décret lorenzine, encore moins aujourd'hui. La seule urgence à résoudre, peut-être, a été le développement d'une certaine méfiance et d'une méfiance à l'égard d'un cours de médecine incapable de "prendre soin" mais très bon pour "prendre des mesures incitatives", avec des scandales de corruption et de faute professionnelle de l'ordre de jour. Et quand le peuple lève la tête ... alors la démocratie n'est plus "morale" ...


sources:

  1. http://www.udinetoday.it/politica/casi-morbillo-bari-deputato-friulano-invoca-carcere-no-vax.html
  2. http://www.quotidianosanita.it/regioni-e-asl/articolo.php?articolo_id=67768
  3. http://www.ansa.it/canale_saluteebenessere/notizie/sanita/2018/11/15/vaccini-ipotesi-incentivi-alluniversita-e-in-concorsi_9b1cb0d4-fa69-432b-b567-fbfffb171f82.html