Réponse à l'honorable Giorgio Trizzino

Réponse à l'honorable Giorgio Trizzino

"En 40 ans en tant que médecin, j'ai vu des enfants mourir de rougeole, de méningite, etc., mais je n'ai jamais vu d'enfants perdre la vie à cause de complications post-vaccinales"

L'honorable Giorgio Trizzino aborde ainsi la question de la liberté de vaccination, un parfait miroir de la qualité médicale italienne. L'Association Corvelva se bat depuis plusieurs années pour que justice soit rendue aux familles et, en particulier, toujours, de manière dure et décisive, a tenté de s'opposer au négationnisme rampant en matière de santé.
Ces deux lignes simples peuvent être lues sur le dernier rapport Canale Verde (le système de pharmacovigilance spécifique de la région de Vénétie et considéré comme unique en termes de qualité et d'excellence):

"Aucun décès d'origine causale n'a été signalé au cours des 22 années d'observation, confirmant la sécurité des vaccins et des procédures de vaccination dans cette région"

Cette phrase est la même expression d'un médicament défaillant, aujourd'hui très bien représenté par l'honorable Giorgio Trizzino, dans lequel non seulement les dommages causés par le vaccin mais aussi la mort par vaccination sont refusés. Au fil du temps, nous avons rencontré le cas d'au moins 3 familles dont les enfants sont décédés des suites des vaccinations (des centaines sont celles dont les enfants ont été endommagés et qui sait combien n'ont pas été reconnus pour incapacité médicale).

Ces enfants sont morts trois fois: le jour de la mort, le jour où la médecine a tenté de nier la connexion, et aujourd'hui grâce à Giorgio Trizzino.
Marco Scarpa, né le 7 mai 1994 et décédé le 2 mars 1996 des suites du vaccin; Emiliano Rapposelli né le 6 novembre 2001 et décédé le 14 février 2003 des suites du vaccin; Francesco Zago est né le 26 juin 1997 et est décédé le 1998er mars 210 à cause du vaccin. Ces trois enfants résidant en Vénétie ne sont qu'une goutte des cas réels, nous ne recevons pas d'estimation vraie et prouvée car ils sont toujours omis des rapports officiels de l'excellente région de Vénétie bien qu'ils soient TOUS certifiés par la loi 92/XNUMX.

Une question se pose spontanément à la lumière des données et déclarations faites, se pourrait-il que M. Trizzino, qui travaille dans le système de santé de Palerme depuis 40 ans, soit incapable de reconnaître une réaction indésirable? La Sicile, selon les données de l'AIFA, a un taux de notification pour 100.000 habitants de 13,2 (666 rapports en 2017), ce qui est assez décourageant par rapport à d'autres régions traditionnellement indemnes dans le choix des vaccins tels que la Vénétie, dont le taux de rapports pour 100.000 39,8 habitants est de 1952 avec bien 2017 rapports de suspicion d'effets indésirables en XNUMX. Désolé si nous réitérons ces données, mais la différence entre les régions dans le taux de déclaration indique le manque d'attention et probablement le fait que les dommages causés par le vaccin, même s'il n'est que suspect, n'est pas pris en considération: peut-être que de nombreux enfants sont passés par l'hôpital de Palerme avec des effets indésirables suspectés qui n'ont pas été reconnus en raison de leur incapacité ...

Nous comprenons également qu'en l'absence d'arguments, il y a souvent une tendance à glisser sur l'évidence: un jour, peut-être dans un avenir lointain, M. Trizzino aura la bonté de nous expliquer en quoi l'obligation est un élément essentiel de la sécurité, comment forcer un groupe population très limitée, celle de 0 à 6 ans, pour le tétanos, l'hépatite B, la coqueluche (dont l'immunisation n'empêche pas la propagation de la bactérie) peut trouver un caractère scientifique. Nous aimerions vraiment comprendre comment l'honorable directeur de la santé et hygiéniste, Trizzino, pense à sauver le monde en obligeant le vaccin, mais nous voulons des données et des chiffres.

Honnêtement, nous sommes gênés d'avoir des médecins comme Trizzino, incapables de comprendre que les premiers à fomenter le doute sur les vaccinations nient eux-mêmes les dommages, maintes fois reconnus, et la possibilité même des dommages, également attestée par la loi de l'État italien.

Grumolo delle Abbadesse, 6 août 2018
Association Corvelva