Réponse à la lettre publiée au bureau de presse d'Il Tempo del Capo Aifa Fabio Mazzei

Réponse à la lettre publiée au bureau de presse d'Il Tempo del Capo Aifa Fabio Mazzei

Le 25 décembre 2018, la version en ligne du journal "Il Tempo" a publié la lettre du chef du bureau de presse de l'Aifa Fabio Mazzei intitulée: "Aifa, ces vaccins étaient bien. L'agence des médicaments prétend avoir lots testés sur le marché "(lien article https://goo.gl/m47XCJ).

Pour mieux répondre aux déclarations de Mazzei, nous prenons un commentaire du Dr Loretta Bolgan qui nous soutient dans ces analyses:


"J'ai pris la liberté de commenter l'article comme suit:

Je dois souligner une chose importante une fois pour toutes: Corvelva ne vérifie PAS la libération des lots et n'a PAS demandé d'utiliser des méthodes validées pour l'analyse des lots, comme le doivent les producteurs, les laboratoires accrédités et l'ISS. Ce qui est mené est une simple enquête qui est effectuée au début du développement d'un vaccin, c'est-à-dire le dépistage. L'AIFA ne peut pas demander de méthodes accréditées pour la libération du lot, car il faudrait des années pour les valider, et en dehors de notre objectif, elle ne doit pas devenir un organisme de certification pour la libération des lots, d'autant plus que les méthodes envisagées dans la pharmacopée européenne ne sont pas utilisées pour l'analyse des vaccins, mais des méthodes de dernière génération, non encore acquises en pharmacopée à cet effet.
Je considère l'allégation très sérieuse de ne pas prendre en compte les résultats présentés car non revus par la communauté scientifique ... les méthodes sont déjà rapportées dans la littérature jointe aux rapports, et en tout cas ici on parle de non-conformités qui dépassent l'évaluation comme recherche scientifique car ils ont un impact sur la santé publique. Souvent, les médicaments sont retirés du marché parce qu'ils ne sont pas conformes et je ne sais pas si une publication est requise, les échantillons sont collectés et analysés. Punto.

Quant au fait que l'EMA ait répondu en juillet 2018, je voudrais souligner que l'EMA a souligné qu'il est de la responsabilité de l'AIFA de répondre à nos questions concernant le Priorix tetra en raison de l'enregistrement national. Et l'AIFA ne répond pas avec les données analytiques faites sur les lots et les études de sécurité en cours (car comme ils l'ont affirmé, les contrôles ont déjà été effectués par les producteurs, par les laboratoires accrédités, payés par les producteurs et par l'ISS, j'espère non rémunérés) également ceux des producteurs), mais en disant que l'EMA nous a déjà répondu et qu'ils ne prendront pas nos données en considération avant la publication.

Je dirais que le premier problème scientifique ici est la sécurité pour la santé, et si d'une part les publications sont en cours et suivront le processus orthodoxe pour les évaluations par les pairs, d'autre part, il n'est pas éthiquement correct d'attendre la publication avec une évaluation par les pairs lorsque on soupçonne également qu'un médicament largement utilisé, administré à une population pédiatrique saine et également malade à la naissance, peut nuire à la santé.

Nous réaliserons également les analyses de second niveau avec des normes de contrôle supplémentaires sur les analyses chimiques et protéiques, mais il fallait encore faire connaître aux destinataires des vaccinations les résultats des analyses de premier niveau, donc préliminaires, en demandant qui a la charge de la preuve sur la qualité, sécurité et efficacité de la réponse!

d.ssa Loretta Bolgan