Italian Italiano

Sur l'affaire Quivering: il est offensant de signaler une histoire vraie et tragique comme une fausse histoire

Sur l'affaire Quivering: il est offensant de signaler une histoire vraie et tragique comme une fausse histoire

tremblement corvelva1


Communiqué de presse du 20 juin 2019

Concernant le "commentaire" de la distinguée Mme Eugenia Tognotti, docteur en sciences politiques, il conviendrait de lui signaler - et à tous ceux qui parlent des tragédies d'autrui avec l'humanité d'un ordinateur et sans évidemment penser un instant que vous êtes parler de tragédies familiales qui ont vraiment eu lieu et de familles qui ont perdu leurs enfants - que si un enfant meurt après une vaccination parce que, comme vous dites "d'une immunodéficience congénitale", il est hypocrite d'absoudre le vaccin: il s'agit évidemment d'un décès causé par réaction à CE médicament ou à un meilleur vaccin.

Parler d '"immunodéficience congénitale" pour justifier un décès, c'est comme dire que rien d'autre ne pouvait être fait, la question était inévitable et nous devons accepter que cela se soit passé ainsi.

Donc, chère dame, nous devrions tous arriver à la conclusion que tout décès dû à une faute médicale ou à des réactions indésirables aux médicaments est attribuable à «l'inadéquation d'un patient au traitement subi» - est-ce la faute du patient? Allons-nous y arriver? - au lieu du traitement lui-même qui n'était pas compatible avec cette vie; de plus, si un autre décès suit ce décès, toujours dans la même famille et toujours pour la même raison, accompagné de l'invalidité permanente d'un troisième enfant, il y a évidemment quelque chose de très, très grave qui est omis des médecins pour évaluer la cause du décès et l'état de santé des vaccinants, étant donné la familiarité et la tragédie survenues peu de temps auparavant.

Il est évidemment sous-entendu que, dans ce cas, il est tout à fait hors de propos de définir toujours les vaccins très sûrs, d'autant plus que la phase IV d'expérimentation a lieu après la commercialisation et dépendrait d'une pharmacovigilance prudente menée avec l'impartialité requise, qui est sérieusement affectée par la le refus de nombreux médecins et professeurs de fréquenter les salons de télévision et les pages de journaux. Au contraire, il faut dire qu'ils sont très sûrs pour ceux qui les portent, pour les organismes qui n'ont pas de maladies latentes qui, d'ailleurs, ne sont jamais étudiées avant la vaccination (le fameux "inutilité des tests de pré-vaccination").

Il s'ensuit que ces arguments sont prétentieux et offensants, tout comme la mode actuelle de désigner les sceptiques comme ignorants ou asses à la pratique de la vaccination de masse telle qu'elle est conçue aujourd'hui, et surtout il est offensant de signaler une histoire vraie et tragique en tant que faux historien. Comme il s'agit de demander de corriger une plaque commémorative qui est là comme un avertissement et une mémoire et devrait remplir cette fonction précisément dans la classe médicale qui revendique aujourd'hui le droit d'insulter, niant les dommages et les décès dus au vaccin.

Nous remercions Mme Eugenia Tognotti d'être la porte-parole de toute cette arrogance amère qui s'est manifestée jusqu'au bout en bafouant toute règle de décence, dans le traitement de l'un des cas de faute médicale les plus célèbres qui a entraîné la mort de deux enfants et causé l'invalidité définitive d'un troisième, tous des enfants de feu Giorgio Tremante, qui aujourd'hui n'est plus là pour pouvoir répondre, qui se sont malgré tout confiés à la médecine et qui ont passé le reste de sa vie à faire justice en demandant la vérité pour ses enfants et pour les enfants de tous .

Association Corvelva


Communiqué de presse: CORVELVA-Press-20giu2019.pdf

Image(s)

Newsletter

N'oubliez pas de confirmer votre abonnement avec le lien que vous trouverez dans les e-mails que nous vous avons envoyés

0
Partages

Êtes-vous intéressé?

Suivez-nous également sur nos canaux sociaux ...

0
Partages