5 des 7 vaccins analysés ne sont pas conformes

5 des 7 vaccins analysés ne sont pas conformes
(Temps de lecture: 3-5 minutes)

Rapport d'analyse métagénomique sur des échantillons de vaccins

L'Association Corvelva, une association vénitienne historique pour le soutien de la liberté de vaccination, a commandé l'analyse des contaminations biologiques dans certains lots de vaccins actuellement commercialisés en Italie, à une institution scientifique hautement qualifiée spécialisée dans le séquençage du matériel génétique.

Les résultats de ces analyses sont pour le moins inquiétants et nous pensons qu'il est juste de les partager et de les mettre à disposition des réflexions que chacun de nous peut tirer, sur l'incontournable "innocuité et efficacité totales des vaccins", qui semble être devenu le slogan le plus répété de ces derniers temps.

Les travaux que nous avons menés confirment les résultats présentés dans le rapport final de la commission d'enquête parlementaire "Uranio Impoverito" de la dernière législature, concernant les composants des vaccins et en particulier les contaminants présents. Les résultats des analyses réalisées démontrent la présence d'ADN foetal humain à partir d'un génome entier, dépassant les limites que l'EMA et la FDA ont suggérées à la communauté scientifique et des modifications génétiques par rapport aux souches que les fabricants indiquent dans la fiche vaccinale.

À travers la première phase de nos analyses, nous pouvons maintenant dire que:

1. Le vaccin "MMR vax Pro" (trivalent, anti rougeole-oreillons-rubéole) de MSD Vaccins ne contient pas de traces d'ADN et de fœtus humain au-dessus des limites, ni de variantes génétiques d'antigènes vaccinaux; cela confirme la possibilité de produire des vaccins sans contaminants biologiques.

2. Le vaccin "Priorix Tetra" (quadrivalent, anti rougeole-oreillons-rubéole-varicelle) de GlaxoSmithKline présente des quantités d'ADN fœtal humain environ 140 fois plus élevées que la limite maximale de 10 nanogrammes et 140.000 10 fois plus élevées que la limite minimale de 19 picogrammes. Limites indiquées par la FDA (dans le document d'information du 2012 septembre XNUMX: réunion du comité consultatif des vaccins et produits biologiques connexes) et par l'EMA pour répondre à nos questions sur les limites quantitatives de contamination par l'ADN des lignées cellulaires.

3. Le même vaccin "Priorix Tetra" n'a pas, comme il se doit, de variantes génétiques du virus de la rougeole atténué mais présente 4 mutations dans le génome du virus de la varicelle atténuée (Herpèsvirus humain 3) et 1 mutation du génome du virus des oreillons atténué (Jeryl -Lynn). Les variantes génétiques des antigènes vaccinaux pourraient modifier de manière significative à la fois la sécurité du vaccin et son efficacité, et donc pour pouvoir considérer le produit comme conforme, la souche virale atténuée contenue dans le vaccin ne devrait pas présenter de mutations par rapport à celle de référence indiquée par le fabricant.

4. Les vaccins "Infanrix hexa" (anti-diphtérie hexavalente-tétanos-coqueluche acellulaire-polio-Hib-hépatite B) et "PolioInfanrix" (anti-polio monovalent) de GlaxoSmithKline contiennent une quantité d'ADN viral de poliovirus inférieure aux limites de détection grâce à un séquençage profond; cela signifie que la présence de l'antigène du vaccin contre la polio est douteuse et donc l'immunisation contre cette pathologie peut ne pas être garantie.

5. Vaccin antirougeoleux vivant Le vaccin BP (monovalent anti rougeole) montre 6 mutations dans le génome du virus de la rougeole Edmonston Zagreb. Ces données ne permettent de garantir ni l'innocuité ni la capacité de vaccination du vaccin.

6. Le vaccin "Vivotif" de PaxVax, pour des raisons inexpliquées, contient 8% d'ADN humain. Vivotif ne doit contenir que la souche vivante atténuée de Salmonella appelée Salmonella Typhi Ty21a, par conséquent, la présence d'ADN génomique humain n'est pas justifiée.

7. Le vaccin "Vivotif" présente 154 mutations génétiques par rapport à la séquence de Salmonella Thyphi Ty21a déclarée dans les bases de données publiques comme une séquence de souche vaccinale. Ces données sont très préoccupantes pour l'innocuité et l'efficacité du vaccin.

Il est souligné que, en ce qui concerne la présence de contaminations à l'ADN étranger, les organismes de réglementation ne fournissent pas de données de sécurité concernant la présence de variantes génétiques d'antigènes vaccinaux, par conséquent, on ne sait pas comment les mutations génétiques trouvées peuvent modifier la capacité infectieuse du virus vaccinal atténué et la réponse du système immunitaire à la vaccination, à la fois en termes d'efficacité mais aussi en termes de réponses pathologiques (auto-immunité).

Les résultats des analyses seront communiqués à la fois à l'Agence italienne des médicaments et à l'Istituto Superiore di Sanità, et envoyés à la direction, ainsi qu'aux fabricants, et seront utilisés pour produire des plaintes pouvant conduire à l'ouverture d'enquêtes approfondies pour vérifier la sécurité réelle (non dogmatique) de ce qui est injecté à nos enfants avec une obligation législative.

Ce qui n'a peut-être pas été bien compris par les forces politiques, les fabricants de vaccins et les agences de réglementation responsables d'une activité de contrôle très douteuse, c'est notre détermination. Dans un monde globalement interconnecté, si les organismes chargés du contrôle des "vaccins-médicaments" n'effectuent pas les bonnes procédures de contrôle qualité, mais acceptent les données sur la base d'un "pacte de confiance" entre la communauté scientifique et les industriels parents, nous agirons en tant que tiers du contrôle de qualité capillaire et progressif de chaque médicament-vaccin sur le marché, non seulement en ce qui concerne la contamination biologique, qui peut être facilement étudiée avec les technologies actuellement disponibles, telles que le séquençage de nouvelle génération utilisé par nous, mais aussi en relation avec d'autres composants présents, afin de clarifier les produits pharmaceutiques qui à ce jour ne disposent pas d'études complètes et définitives sur leur innocuité ou leur efficacité.

Découvrir en 2018 que certains de ces vaccins présentent des niveaux importants de contaminants biologiques et de mutations génétiques qui pourraient compromettre à la fois leur efficacité et leur innocuité jette un doute inquiétant sur tous les organismes de réglementation, notamment en relation avec le fait que les vaccins ne sont pas tous les mêmes. : certains n'ont pas de contaminants et d'autres jusqu'à 140.000 XNUMX fois au-dessus des limites minimales suggérées.

Nous veillerons à diffuser ces résultats de manière généralisée et demanderons que toutes les précautions soient prises pour que la santé des citoyens soit préservée d'éventuels dommages.

Association Corvelva
Padoue, 8 juillet 2018


Télécharger : Rapport d'analyse métagénomique sur des échantillons de vaccins