Rapport des résultats obtenus jusqu'à présent (mars 2019)

Rapport des résultats obtenus jusqu'à présent (mars 2019)

Nous voulons faire le point avec vous sur la situation. De juillet 2018 à aujourd'hui, 8 mois se sont écoulés et au cours de ces mois, nous avons obtenu des résultats extrêmement satisfaisants. Nous avons présenté un programme de recherche et en ce qui concerne l'analyse des vaccins, nous sommes en mesure de faire un premier point de la situation, avec les objectifs atteints, ceux en phase d'achèvement et ceux encore en phase de planification.

Nous commençons cette mise à jour en disant que les analyses par étalon de 2 composés pour chaque vaccin ont été confirmées, en utilisant des étalons de contrôle certifiés avec une concentration de l'ordre de microgrammes / mL. Les composés que nous avons choisis sont parmi ceux connus pour leur profil de risque critique. Nous parlons d'une quantité cumulée, c'est-à-dire au total entre ceux confirmés comme identité et ceux à identifier, qui peut être estimée de l'ordre de 50 microgrammes / mL, contrairement aux directives EMA / FDA.

Ces confirmations ont donné des résultats positifs, elles confirment donc pleinement la méthode d'analyse! Les contaminations observées sont probablement dues à des phénomènes et des variables associés au processus de fabrication. Ce qui a été observé au cours des études est une variation à long terme de cette composition qui conduit à l'hypothèse qu'il existe des processus difficiles à contrôler dans le processus global de traitement du produit.


Les analyses réalisées ont permis de conclure les étapes suivantes:

  • Évaluation de la conformité de la composition comme indiqué dans la fiche technique du vaccin
  • Dépistage des contaminations chimiques, protéiques / peptidiques et génétiques
  • Étude de confirmation des composés cibles (chimiques et protéiques) avec des normes de contrôle certifiées

Les vaccins suivants ont été analysés "complètement":

  • Infanrix Hexa - GlaxoSmithKline Biologicals sa
  • Priorix Tetra - GlaxoSmithKline SpA
  • Hexyon - Sanofi Pasteur Europe
  • Gardasil 9 - Vaccins MSD

Ces autres vaccins ont été analysés comme dépistage initial:

  • Vaccin antirougeoleux vivant BP - Groupe Poonawalla (Profarma AG, Baar)
  • MMR vax Pro - Vaccins MSD, France
  • PolioInfanrix - GlaxoSmithKline, Belgique
  • Fluad - Seqirus Srl, Sienne
  • Vivotif - PaxVax, Royaume-Uni

Technologies utilisées

L'étude était articulée sur:

Analyse des impuretés et des contaminations chimiques et protéiques

  • Le système d'analyse LC-SACI / ESI-MS associé à la plateforme innovante SANIST a été utilisé à la fois pour effectuer un premier dépistage d'identification sur les vaccins d'intérêt, et pour la confirmation avec les normes de contrôle, avec une limite minimale entre nanogrammes et microgrammes / dose
  • La technologie MALDI-TOF-MS a été utilisée pour étudier les macromolécules insolubles présentes dans les vaccins

Analyse du matériel génétique

  • Test de présence d'acides nucléiques (ADN / ARN) d'origine humaine et animale et de micro-organismes (virus, bactéries) à l'aide de la méthode de séquençage Next Generation, qui a permis de quantifier de manière très spécifique et précise la séquence du matériel génétique contenu dans les vaccins examiné

Analyse quantitative des métaux

  • La technologie ICP-MS a permis de quantifier les métaux présents dans les vaccins avec une limite minimale de 5ng / dose.

Analyse des contaminations chimiques et protéiques

Après un dépistage initial qui a identifié des centaines de signaux chimiques dans les vaccins, des confirmations ont été effectuées en utilisant 2 composés standard par vaccin, en utilisant des normes de contrôle certifiées, choisies parmi celles connues pour leur profil de risque critique et leur quantité non résiduelle (de sorte qu'elles puissent être considérées comme des composants des vaccins, donc à inclure dans la fiche technique et quantifiées).

Ces confirmations ont donné des résultats positifs, elles confirment donc pleinement la méthode d'analyse. Pour l'instant elles n'ont été réalisées que sur deux composés pour des raisons purement économiques, cette étude n'est en fait pas exhaustive car elle est limitée par le coût considérable de l'enquête mais nous avons choisi d'identifier les normes qui ont le plus d'impact en termes de limitations réglementaires et il est également vrai que ce genre d'enquête approfondie dépendrait de nous.

Les contaminations observées sont probablement dues à des phénomènes et des variables associés au processus de fabrication. Ce qui a été observé au cours des études est une variation à long terme de cette composition qui conduit à l'hypothèse qu'il existe des processus difficiles à contrôler dans le processus global de traitement du produit. Compte tenu des facteurs analytiques habituels, on peut supposer que la concentration est de l'ordre de microgrammes / ml. Quant à la quantité cumulée, il est possible d'estimer sur la base d'une évaluation semi-quantitative (puisque la plupart des composés ne sont pas connus) que les contaminants sont de l'ordre de 50 μg / mL. Ceci est important car la directive EMA / FDA est claire à cet égard. Les contaminations ne doivent pas être présentes (en dessous de la limite de détection) ou si elles le sont, elles doivent être bien caractérisées et éprouvées pour appliquer des méthodes appropriées pour les réduire autant que possible. Dans notre cas, les contaminants que nous avons trouvés ne sont pas inférieurs à la limite de détection de l'instrument (ng / ml) et, par conséquent, à notre avis, le fabricant n'applique aucune méthode de purification. Quant à la présence de virus adventices, le problème n'existe pas, car ils doivent être complètement absents.

  • EN COURS - Les analyses de confirmation interlaboratoires de ces composés sont en cours.
    Les composés identifiés par les normes seront reconfirmés avec la même technologie dans d'autres laboratoires. L'un des objectifs que nous nous sommes fixés est de coordonner cette action également grâce au soutien des associations internationales.
  • EN COURS - Etude de la cinétique de précipitation des antigènes liés à l'aluminium.

Analyse métagénomique

  • EN COURS - Analyse avec des normes supplémentaires de contrôle de l'ADN et de l'ARN d'un autre lot par vaccin.
    Depuis le début de ce projet, il nous est apparu clairement que les analyses, afin de répondre aux exigences nécessaires à la répétabilité et à la précision des données, devaient être réalisées avec une instrumentation de pointe, et surveiller les éventuelles différences entre les lots et entre les différents lots. Au fur et à mesure de nos investigations, d'autres lots sont analysés en continu, évidemment limités aux coûts et à la disponibilité des produits.
  • EN COURS - Analyse de séquençage du génome de l'ADN fœtal de la lignée cellulaire MRC-5.
    Dès le premier dépistage, nous avons eu l'occasion de confirmer par la norme que les lignées diploïdes utilisées étaient MRC-5, comme indiqué dans la fiche technique. Nous voulons approfondir l'étude de cette lignée cellulaire également du fait qu'elle est présente en quantités considérables et de taille absolument considérable.
  • EN COURS - Étude de variantes mineures (quasi-espèces) des virus de la rougeole, des oreillons et de la rubéole.
    Par rapport au premier rapport de juillet 2018 (https://goo.gl/cSspVH), nous avons commandé une étude approfondie des variantes mineures, car les mutations des virus vaccinaux atténués n'étaient pas les seules trouvées. Cet élément pose également d'énormes doutes sur l'efficacité et l'innocuité du vaccin. Le résultat prendra plus de temps que les autres rapports car la vérification des séquences des différents mutants doit se faire manuellement.
  • EN COURS - Analyse de confirmation interlaboratoires
    Nous avons identifié des laboratoires étrangers et nationaux auxquels nous avons commandé la réplication des analyses par standard. Ce résultat sera disponible sous peu.

Projets en cours d'évaluation

Etude de la puissance des antigènes vaccinaux: cette étude doit être réalisée dans un centre accrédité par les organismes de réglementation pour l'étude préclinique des vaccins. Le but est de vérifier si les antigènes vaccinaux sont capables de produire ou de se lier à des anticorps spécifiques (on suppose théoriquement que ces anticorps sont protecteurs, mais cette analyse ne permet pas de démontrer que le vaccin est capable de protéger de la maladie). Le coût de cette étape pourrait être considérable, donc le projet est pour l'instant hypothétique.


Télécharger : CORVELVA-rapport-de-résultats ottenuti.pdf