AIFA: premières données sur les événements indésirables des vaccins covid-19

AIFA: premières données sur les événements indésirables des vaccins covid-19
(Temps de lecture: 2-3 minutes)

L'Aifa a publié un communiqué de presse, daté du 4 février 2021, indiquant ses évaluations sur les rapports reçus d'événements indésirables aux vaccins anti-Covid19 Pfizer et Moderna (les seuls administrés pendant une période suffisamment longue pour les fournir).

Communiqué de presse AIFA 628

Selon ce que nous lisons, "7.337 1.564.090 rapports ont été reçus sur un total de 469 100.000 92,4 doses administrées (taux de déclaration de 7,6 pour 557 13 doses), dont XNUMX% se rapportent à des événements non graves" tandis que "XNUMX% des rapports classés comme "(correspondant à XNUMX cas graves de NDR) pour lesquels le lien de causalité avec les vaccins est évalué, trois sur quatre n'ont pas nécessité d'intervention spécifique en milieu hospitalier. Au cours de la période, XNUMX ont également été signalés des décès survenus dans les heures suivant la vaccination" ...

Nous précisons que la période considérée est d'un mois, du 27 décembre 2020 au 26 janvier 2021, et que les données se réfèrent presque exclusivement au vaccin Pfizer (Comirnaty) car le Moderna n'est entré dans la distribution italienne que le 14 janvier. Maintenant Astrazeneca (vaccin Oxford) est également arrivé, qui est réservé aux moins de 55 ans et dont nous verrons vraisemblablement les données dans un mois ou en tout cas dans les prochaines mises à jour.

Il est à noter qu'ils ne mènent aucun projet actif de pharmacovigilance: les signalements sont spontanés ou rapportés par des professionnels de santé / médecins. Il n'y a donc pas de recherche et les personnes vaccinées ne sont pas activement contactées pour évaluer leur état de santé. D'autre part, nous avons la confirmation des nouvelles de ces jours, que ceux qui se font vacciner sont souvent contraints de s'absenter du travail en raison de fièvre et / ou de douleurs de diverses sortes et d'intensité. Il s'agit à notre avis d'une faille grave dans cette «enquête» qui invalide également sa validité: Aifa en vient en effet à la conclusion que «les analyses menées sur les données acquises jusqu'à présent confirment donc un bon profil de sécurité de ces deux vaccins ARNm. L Le grand nombre de rapports n'implique pas que des facteurs critiques inattendus sont apparus, mais c'est une indication de la grande capacité du système de pharmacovigilance à surveiller la sécurité. "
Mais comment définir un produit expérimental (ou même simplement «nouveau») sûr sans mener des investigations dignes de ce nom sur les conséquences cliniques de son utilisation?
Nous lisons sur le site de l'Istituto Superiore di Sanità: "En ce qui concerne la vaccinovigilance active, ce sont des projets qui permettent la collecte des Aefi suspects, encourageant et facilitant les déclarations des professionnels de santé dans des situations spécifiques (par exemple pour de nouveaux vaccins ou pour des périodes limitées de temps). "
Alors, pourquoi dans ce cas n'est-il pas jugé nécessaire (sinon essentiel) la détection, la recherche et la gestion précises des événements indésirables suspectés ou confirmés? Je suppose que la réponse est la même pour toutes les questions de nos jours: trop de précipitation, nous sommes dans une situation d'urgence.


De l'Angleterre, en revanche, nous recevons des données différentes et surtout en augmentation rapide:
Pfizer: du 9/12/20 au 24/1/21 49472 effets indésirables dont 107 décès. Après 6 jours: 59614 143 et XNUMX décès.
AstraZeneca: du 4/1/21 au 24/1/21 21032 effets indésirables dont 32 décès. Après 6 jours: 42649 et 90 décès. + 8 avortements

tweet britannique

Nous continuerons de mettre à jour et de publier en essayant de suivre les nouvelles données - et avec les nouveaux vaccins.