Le vaccin antirotavirus peut-il causer des blessures et/ou la mort ?

Le vaccin antirotavirus peut-il causer des blessures et/ou la mort ?

Le vaccin antirotavirus peut-il causer des blessures et/ou la mort ?

NOTE IMPORTANTE: Corvelva vous invite à vous informer en profondeur en lisant toutes les rubriques et liens, ainsi que les notices produits et fiches techniques des fabricants, et à vous entretenir avec un ou plusieurs professionnels de confiance avant de décider de vous faire vacciner ou de vacciner votre enfant. Ces informations sont fournies à titre informatif uniquement et ne constituent pas un avis médical.

Les vaccins sont des produits pharmaceutiques et, comme tous les produits pharmaceutiques, ils comportent un risque biologique de blessure ou de décès qui peut être plus grand pour certains que pour d'autres. Le risque de blessure ou de décès lié à la vaccination dépend du ou des vaccins administrés et de l'état de santé de la personne au moment de la vaccination, des antécédents de réactions vaccinales et des antécédents médicaux personnels ou familiaux.

Il existe une lacune dans les connaissances médicales en termes de prédiction qui aura une réaction indésirable à la vaccination, y compris des réactions au vaccin contre le rotavirus, et qui n'en aura pas.(1)

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis, des vomissements et une diarrhée légers ainsi qu'une irritabilité peuvent survenir après l'administration du vaccin contre le rotavirus. L'utilisation de vaccins antirotavirus est également associée à un risque accru d'intussusception, une occlusion intestinale grave qui nécessite des soins médicaux et peut nécessiter une intervention chirurgicale. Le CDC estime que ce risque accru d'intussusception se produit dans la première semaine après avoir reçu la première ou la deuxième dose du vaccin, à un taux d'un sur 20.000 100.000 à un sur XNUMX XNUMX nourrissons recevant le vaccin.(2)

Le CDC reconnaît également la présence d'ADN de circovirus porcin dans les vaccins contre le rotavirus, mais signale qu'il n'y a aucun problème de sécurité connu lié à ces contaminants et que les virus n'infectent pas les humains.(3)

Les événements indésirables signalés par Merck dans la notice du vaccin RotaTeq comprennent :(4)

  • Événements indésirables fréquemment signalés : vomissements, diarrhée et irritabilité, fièvre, otite moyenne, rhinopharyngite et bronchospasme.
  • Événements indésirables graves signalés : intussusception, bronchiolite, pneumonie, fièvre, gastro-entérite, infection des voies urinaires, hématochézie (sang frais dans les selles), convulsions, maladie de Kawasaki, réaction anaphylactique, urticaire, œdème de Quincke et décès.

Les événements indésirables signalés par GlaxoSmithKline dans la notice du vaccin antirotavirus vivant ROTARIX comprennent :(5)

  • Événements indésirables fréquemment signalés : diarrhée, agitation/irritabilité, toux/écoulement nasal, fièvre, perte d'appétit et vomissements.
  • Événements indésirables graves signalés : intussusception, maladie de Kawasaki, hématochézie, gastro-entérite avec excrétion du virus vaccinal chez les nourrissons atteints d'immunodéficience combinée sévère (SCID), purpura thrombocytopénique idiopathique, convulsions, pneumonie et décès.

L'effet indésirable grave associé aux vaccins antirotavirus le plus fréquemment signalé est l'intussusception. L'intussusception se produit lorsqu'une partie de l'intestin tire vers l'intérieur et peut bloquer le passage des aliments dans les intestins. S'il y a un afflux de sang dans la partie affectée de l'intestin, la mort de ce segment de l'intestin peut survenir. De plus, si un trou se produit dans les intestins, cela peut entraîner une infection, une déshydratation, un choc et peut mettre la vie en danger.(6) RotaTeq et ROTARIX, les deux vaccins antirotavirus disponibles en Italie, peuvent provoquer une intussusception. 

En plus de l'intussusception, les vaccins antirotavirus ont été associés à la maladie de Kawasaki, une maladie infantile qui provoque une inflammation des parois des vaisseaux sanguins du corps. Notamment, dans les essais cliniques de phase 3 de RotaTeq, les taux de maladie de Kawasaki dans les 42 jours suivant l'administration du vaccin étaient plus élevés chez les enfants qui ont reçu le vaccin que chez ceux qui ne l'ont pas reçu. Des cas publiés et des rapports de maladie de Kawasaki après la vaccination avec RotaTeq ont également été signalés au système américain de notification des événements indésirables des vaccins (VAERS) après la commercialisation. Certaines études, cependant, n'ont trouvé aucun risque accru de maladie de Kawasaki après l'administration du vaccin contre le rotavirus.(8)

Le 22 mars 2010, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a annoncé qu'elle avait appris qu'une équipe de recherche universitaire américaine indépendante avait trouvé de l'ADN du circovirus porcin 1 (PCV1) dans le vaccin ROTARIX. La FDA a recommandé aux professionnels de la santé de suspendre temporairement l'utilisation du vaccin ROTARIX aux États-Unis, en attendant d'en savoir plus sur le PCV1 ; cependant, il a été déclaré que cette découverte ne posait pas de problème de sécurité et que le PCV1 n'était pas connu pour causer des maladies chez les humains ou d'autres animaux.(10) Le 14 mai 2010, la FDA américaine a annoncé qu'elle avait examiné les preuves scientifiques et déterminé que le vaccin était sûr et que l'utilisation du produit devait se poursuivre.(11) Le PCV1 reste un contaminant du vaccin ROTARIX.(12)

Le 7 mai 2010, la FDA a annoncé que le vaccin RotaTeq était contaminé par l'ADN de deux circovirus porcins : PCV1 et PCV2. Bien que le PCV1 n'ait pas été associé à une maladie clinique chez les porcs, le PCV2 était connu pour être un virus porcin mortel provoquant une immunosuppression et une maladie débilitante sévère chez les porcelets, avec des problèmes pulmonaires, rénaux, reproductifs et cérébraux et, finalement, la mort. Le 22 mars 2010, la FDA a recommandé la suspension temporaire de l'utilisation du vaccin ROTARIX après l'identification de l'ADN du PCV1 dans le ROTARIX, mais n'a pas demandé la suspension de l'utilisation du vaccin RotaTeq après la découverte du PCV2 dans le RotaTeq.(13) A ce jour, le PCV1 et le PCV2 continuent de contaminer les vaccins RotaTeq.(14)

Cet article est résumé et traduit par National Vaccine Information Center.

 
Corvelva

Publiez le module Menu en position "offcanvas". Ici, vous pouvez également publier d'autres modules.
Pour en savoir plus.

0
Partagez