Le vaccin contre l'hépatite B peut-il causer des blessures et la mort?

Le vaccin contre l’hépatite B peut-il provoquer des blessures et/ou la mort ?

Le vaccin contre l’hépatite B peut-il provoquer des blessures et/ou la mort ?

NOTE IMPORTANTE: Corvelva vous invite à vous informer en profondeur en lisant toutes les rubriques et liens, ainsi que les notices produits et fiches techniques des fabricants, et à vous entretenir avec un ou plusieurs professionnels de confiance avant de décider de vous faire vacciner ou de vacciner votre enfant. Ces informations sont fournies à titre informatif uniquement et ne constituent pas un avis médical.

En 1981, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a autorisé un vaccin contre l’hépatite B dérivé du plasma qui contenait des antigènes prélevés sur des individus infectés. Ce vaccin a ensuite été retiré du marché car, comme tous les vaccins produits à partir de sang humain, il était capable de transmettre des virus indésirables et potentiellement dangereux. En 1986, le premier d’une série de vaccins génétiquement modifiés (ADN recombinant) a été autorisé.
De nombreuses études ont étudié la probabilité que ceux qui ont reçu le vaccin dérivé du plasma aient également pu contracter des virus indésirables, notamment le VIH, le précurseur du SIDA.(1) De plus, les études cliniques visant à attester de l'innocuité du vaccin actuel contre l'hépatite B n'ont été réalisées que sur 147 enfants en bonne santé, suivis pendant seulement 5 jours après l'administration.(3) Il ne s’agit pas d’un échantillon suffisamment grand ni d’une période suffisamment longue pour déterminer la véritable incidence des événements indésirables. Les fabricants eux-mêmes ont admis que "l'utilisation généralisée du vaccin pourrait conduire à l'apparition d'effets indésirables non observés lors des essais cliniques".(4)
Même les sujets adultes ont été surveillés pendant seulement cinq jours après la vaccination et, malgré cela, des effets systémiques tels que arthralgie, myalgie, paresthésies, douleurs au dos et au cou, lymphadénopathie, maux de tête, fièvre, malaises, frissons, vomissements ont toujours été rapportés. douleur, infections des voies respiratoires supérieures, maux d’oreilles et hypotension.(5)
Malgré les fiches techniques officielles, et autres documents qui se propagent(6) le vaccin contre l'hépatite B, tendent à minimiser ou à nier les effets indésirables graves, de nombreuses études publiées dans des revues médicales et scientifiques du monde entier et des rapports transmis au VAERS(7) confirmer diverses pathologies consécutives à la vaccination. Certaines de ces études sont résumées ci-dessous.


arthrite

En 1990, peu après l’introduction du vaccin contre l’hépatite B, le British Medical Journal a documenté un lien entre le vaccin et la polyarthrite, une inflammation douloureuse de cinq articulations ou plus.(8) La même année, le Journal of Rheumatology a publié un article sur l’arthrite réactive après vaccination contre l’hépatite B.(9)

En 1994, le British Journal of Rheumatology a publié des données documentant la polyarthrite rhumatoïde après l'administration du vaccin.(10) et le BMJ a publié trois autres rapports confirmant le lien entre le vaccin et l'arthrite réactive.(11) En 1995, deux études ont été publiées dans le Norwegian Journal of Rheumatology confirmant des cas d'arthrite post-vaccination.(13) et la même année, l'Irish Medical Journal a documenté le lien avec l'arthropathie.(15) En 1997, le British Journal of Rheumatology a publié deux autres études documentant plusieurs cas de polyarthrite inflammatoire après l'administration du vaccin.(16) et en 1998, le Journal of Rheumatology a de nouveau confirmé la polyarthrite rhumatoïde.(18) Cette année-là également, la revue française Revue de Médecine Interne a publié une étude sur la maladie de Still apparaissant à l'âge adulte - une forme d'arthrite rare et douloureuse - après une vaccination contre les hépatites A et B.(19) En 1999, la rhumatologie a documenté des troubles rhumatologiques après l'administration du vaccin.(20) et en 2000, l'American College of Rheumatology a publié une recherche dans la revue à comité de lecture Arthritis & Rheumatology qui documentait le syndrome de Sjögren - une forme rare d'arthrite chronique - après la vaccination contre l'hépatite B.(21)


Maladies auto-immunes et neurologiques, dont la sclérose en plaques

En 1983, le New England Journal of Medicine a publié une étude démontrant l’apparition d’une polyneuropathie – un dysfonctionnement simultané de nombreux nerfs – après une vaccination contre l’hépatite B.(22) En 1988, l’American Journal of Epidemiology a signalé plusieurs « événements indésirables neurologiques » après le vaccin, notamment de nombreux cas de syndrome de Guillain-Barré, de radiculopathie lombaire, de neuropathie du plexus brachial, de névrite optique et de myélite transverse.(23) La même année, la revue Archives of Internal Medicine a documenté à nouveau la myasthénie grave - une maladie neuromusculaire auto-immune chronique grave - après la vaccination contre l'hépatite B.(24)
En 1991, The Lancet a publié un rapport documentant la démyélinisation du système nerveux central après l'administration du vaccin.(25) et en 1992, Nephron a publié des données liant la vaccination au lupus érythémateux disséminé, une maladie auto-immune chronique qui affecte plusieurs organes.(26) Toujours en 1992, la revue Clinical Infectious Diseases a publié une étude liant le syndrome d'Evans - une maladie auto-immune et sanguine rare avec un taux de mortalité élevé - au vaccin.(27) et le magazine français Thérapie a de nouveau publié une étude sur la « paralysie faciale périphérique » après l'administration du médicament.(28) De plus, Infectious Disease News a publié un rapport faisant état de nombreux cas de lésions neurologiques ressemblant à la sclérose en plaques.(29) et en 1993, un article est paru dans le Journal of Hepatology sur la myélite transverse - inflammation de la moelle épinière - après vaccination anti-hépatite B.(30) La même année, le journal français La Nouvelle Presse Médicale a publié des données confirmant une "myélite aiguë" post-vaccination.(31) et les maladies infectieuses cliniques ont documenté la « sclérose en plaques classique ».(32) En 1994, les Archives de pédiatrie et de médecine de l'adolescence ont publié des données reliant le lupus au vaccin.(33) et la revue Acta Neurologica Scandinavica ont publié un rapport sur l'ataxie cérébelleuse aiguë - grave perte d'équilibre et de coordination motrice - après la vaccination en question.(34)

En 1995, une démyélinisation du système nerveux central a été rapportée dans le Journal of Neurology, Neurosurgery and Psychiatry.(35) et dans l'American Journal of Neuroradiology myélite. Les auteurs de cette dernière étude ont noté que les événements indésirables de cette nature pourraient être sous-déclarés parce que les symptômes sont tardifs.(36) En 1996, Nephron et la revue française Annales de Dermatologie et de Vénéréologie ont publié des études attestant de la corrélation entre le lupus érythémateux et le vaccin contre l'hépatite B.(37) La même année, le Journal of Hepatology publie un rapport sur le lien avec la leucoencéphalite, inflammation de la substance blanche du cerveau.(39) En 1996, le New England Journal of Medicine a documenté la cryoglobulinémie post-vaccination, une maladie auto-immune rare qui altère la circulation, provoque des saignements et d'autres problèmes.(40)
L'auto-immunité induite par le vaccin a été certifiée dans le Journal of Autoimmunity(41) et en 1997, l'Indian Journal of Pediatrics a publié une étude reliant le syndrome de Guillain-Barré, une maladie auto-immune qui provoque des lésions nerveuses, une faiblesse musculaire et une paralysie, au vaccin.(42) La même année, le Journal of Korean Medical Science a documenté une myélite aiguë.(43) et le lien avec la « neuropathie du nerf mental » est également apparu.(44)

Des données sont ensuite apparues dans JAMA sur 46 personnes – pour la plupart des femmes – qui avaient perdu leurs cheveux après une vaccination contre l'hépatite B.(45)
En 1998, un lupus érythémateux et une thrombocytopénie ont été documentés chez des sujets vaccinés.(46) et en 1999, plus d'alopécie dans l'American Journal of Gastroenterology.(47) La même année, l'Autoimmunité a documenté une polyneuropathie démyélinisante, tandis que la Neurologie a publié des données liant la sclérose en plaques et l'encéphalite au vaccin.(48) Toujours en 1999, La Nouvelle Presse Médicale écrivait sur la myélite cervicale post-vaccinale(50) et en 2000, la sclérose en plaques a été abordée dans Neurology.(51) Toujours en 2000, le Journal de l'Association médicale de Thaïlande a écrit sur le syndrome de Guillain-Barré après un vaccin à ADN recombinant contre l'hépatite B.(52) et en 2001, la clinique des maladies infectieuses a documenté la leucoencéphalite.(53) En 2004, Neurology a publié une étude montrant l'association entre le vaccin et un risque statistiquement significatif de sclérose en plaques ;(54) en 2006, le Chinese Medical Journal a également documenté la sclérose en plaques.(55) En 2008, Neurology a publié deux études montrant une corrélation statistiquement significative entre la vaccination contre l'hépatite B chez les enfants et le développement de la sclérose en plaques pédiatrique (démyélinisation du système nerveux central) plus de trois ans plus tard.(56)


Déficience sensorielle

De nombreuses publications médicales et scientifiques ont documenté des déficiences visuelles et auditives après la vaccination contre l’hépatite B. Par exemple, en 1987, The Lancet a publié un article sur l’uvéite – une inflammation de la paroi interne de l’œil qui conduit souvent à la cécité – après le vaccin.(58) En 1993, toujours dans The Lancet, d'autres données sont apparues documentant la perte de vision et l'éosinophilie - une maladie allergique du sang - encore une fois après la vaccination.(59) En 1994, Optometry and Vision Science a documenté une névrite optique post-vaccination.(50) et en 1995, l'épithéliopathie - un trouble oculaire rare qui entraîne une détérioration de la vision - a été abordée dans les Archives d'ophtalmologie.(61) En 1996, The Lancet a publié un rapport documentant « l’occlusion de la veine centrale de la rétine » après l’administration du vaccin,(62) tandis que dans l'American Journal of Ophthalmology, le syndrome des points blancs bilatéraux a été mentionné, qui entraîne une perte de vision des deux yeux.(63) Toujours en 1996, La Nouvelle Presse Médicale a documenté une neuropillite - inflammation et détérioration du nerf optique - après le vaccin.(64) et une autre revue française, Annales d'Otolaryngologie et de Chirurgie Cervico-Faciale, a mentionné la perte auditive.(65) En 1997, La Nouvelle Presse Médicale publie alors deux études différentes documentant des cas graves d'occlusion de la veine centrale de la rétine après vaccination.(66) La même année, la néphrologie, la dialyse et la transplantation confirment l'apparition d'une névrite optique après le vaccin.(68) et International Ophthalmology ont certifié « complications ophtalmiques » chez les sujets vaccinés.(69) Toujours en 1997, les Annals of the New York Academy of Sciences et la revue internationale Auris, Nasus, Larynx ont noté une perte auditive post-vaccination,(70) tandis qu'en 1998, le Journal d'Ophtalmologie Française a publié des données sur l'épithéliopathie.(72) En 1999, le BMJ a confirmé une névrite optique après une vaccination contre l'hépatite B.(73) et Acta Ophthalmologica Scandinavica papilledema - gonflement du disque optique.(74) En 2001, un magazine allemand, Klinische Monatsblätter Für Augenheilkunde, a également confirmé une névrite optique post-vaccination.(75)


Maladies du sang

En 1990, peu après l'introduction sur le marché de masse du vaccin contre l'hépatite B, le BMJ a documenté une vascularite, une inflammation des vaisseaux sanguins, après l'administration du médicament.(76) En 1993, le magazine anglais Thorax confirmait(77) et The Lancet a publié une étude sur l'éosinophilie, une maladie allergique du sang, toujours après la vaccination.(78) En 1994 et 1995, The Lancet a également documenté la thrombocytopénie, une maladie grave qui provoque des saignements excessifs, des ecchymoses et des problèmes de coagulation.(79) En 1998, la survenue d'une thrombocytopénie a été confirmée chez de nombreux patients récemment vaccinés.(81) également du Journal scandinave des maladies infectieuses confirmé et des Archives of Disease in Children ont publié des données confirmant que cette maladie est un événement indésirable du vaccin.(82) En 1999, le European Journal of Pediatrics a confirmé une fois de plus la thrombocytopénie après les vaccins contre l'hépatite B et ROR.(83) et la même année le Journal of Rheumatology publie deux études importantes dont la première avait démontré la corrélation entre vaccin et vascularite.(84) et la deuxième érythermalgie, spasmes vasculaires des mains et des pieds qui provoquent des douleurs et des brûlures.(85) En 2000, la Rhumatologie Clinique et Expérimentale a étudié des cas de polyarthrite noueuse(86) - un type de vascularite rare, systémique et nécrosant (endommageant les cellules) - et le British Journal of Hematology a documenté une pancytopénie sévère - une réduction dangereuse des globules rouges.(87) En 2001, le Journal of Rheumatology a publié des données supplémentaires confirmant la possibilité d'une vascularite après le vaccin recombinant contre l'hépatite B.(88) et la revue italienne Haematologica a confirmé la thrombocytopénie comme un événement indésirable.(89)


Maladies de la peau

En 1989, le New England Journal of Medicine a documenté un érythème noueux – une inflammation douloureuse de la peau avec des bosses molles – après une vaccination contre l'hépatite B.(90) En 1993, le Journal of Rheumatology a signalé des cas d'érythème noueux et d'arthrite de Takayasu, une forme rare de vascularite.(91) La même année, la revue suédoise Acta Dermato-Venereologica a écrit sur le lichen ruber plan après vaccination.(92) - une éruption cutanée avec démangeaisons caractérisée par des lésions épaisses et dures rapprochées qui ressemblent à des algues ou à des champignons poussant sur les rochers. En 1994, les Archives de Dermatologie ont également documenté un lichen plan après vaccination.(93) et la dermatologie pédiatrique ont démontré un lien avec l'érythème polymorphe.(94) En 1997, l’Australasian Journal of Dermatology a confirmé la « réaction lichénoïde » (lichen planus) après l’administration du vaccin.(95) et le Journal of the American Academy of Dermatology a écrit sur l'anethodermie(96) - rides localisées, perte d'élasticité et atrophie de la peau - après vaccination. En 1998, le British Journal of Dermatology a publié deux études documentant des maladies cutanées post-vaccinales : l'une concernait le lichen plan.(97) et l'autre sur l'urticaire et l'angio-œdème,(98) pathologies d'origine allergique caractérisées par des brûlures, des picotements et un gonflement douloureux. En 1999, le lichen plan a également été mentionné dans l'International Journal of Dermatology.(99) et en 2000, des données confirmant un érythème polymorphe post-vaccination ont été publiées dans Clinical and Experimental Dermatology.(100) La même année, le Nepal Journal of Dermatology a de nouveau écrit sur le lichen plan après la vaccination contre l'hépatite B.(101) en 2001, la mention est apparue dans le Journal of the American Academy of Dermatology(102) tandis que la dermatologie pédiatrique parlait d'éruption lichénoïde.(103)


Diabète, maladies du foie et des reins

En 1994, The Lancet a documenté un dysfonctionnement hépatique après une vaccination contre l'hépatite B.(104) et en 1995, Clinical Nephrology a publié une étude sur le syndrome néphrotique - lésions rénales - à nouveau après la vaccination.(105) En 1996, le New Zealand Medical Journal a publié deux documents corrélant l'antihépatite B aux épidémies de diabète sucré insulino-dépendant (IDDM). Les auteurs ont constaté qu’au cours des trois années qui ont suivi une campagne de vaccination de masse nouvellement introduite et très étendue, il y a eu une augmentation de 60 % des cas de diabète ID.(106) En 1997, Intensive Care Medicine a écrit sur l’inflammation du foie et les maladies respiratoires aiguës après la vaccination (108). En 2000, la néphrologie pédiatrique a confirmé la possibilité de souffrir d'un syndrome néphrotique après avoir reçu le vaccin.(109) D'autres publications ont également documenté des effets indésirables de ce vaccin.(110-111-112-113-114-115-116-117-118-119)


La France a supprimé l'antihépatite B du calendrier de vaccination pédiatrique

En juillet 1998, environ 15.000 XNUMX citoyens français appartenant à quinze associations ont porté plainte contre le gouvernement français, alléguant que celui-ci avait induit le public en erreur sur les risques et les bénéfices associés au vaccin contre l'hépatite B. Des centaines, voire des milliers, de personnes avaient souffert de maladies auto-immunes et troubles neurologiques, y compris la sclérose en plaques, après la vaccination.(120) Ainsi, en octobre 1998, la France est devenue le premier pays à supprimer l'obligation d'admission à l'école de ce vaccin.(121)


Le vaccin contre l'hépatite B contre le SIDA

En 1978, le New York Blood Center de Manhattan, New York, a injecté à des hommes homosexuels un vaccin expérimental contre l'hépatite B, produit par Merck, pour la préparation duquel des chimpanzés ont été utilisés. Peu de temps après, des homosexuels de San Francisco, Los Angeles, Denver, Chicago et St. Louis ont également reçu 3 doses du médicament sur une période de trois mois.
En 1980, 20 % des hommes homosexuels volontaires pour l’expérience de Manhattan ont été testés positifs au VIH – l’incidence la plus élevée au monde, y compris en Afrique. En 1981, l’épidémie de sida devient officielle. Bien qu’il n’y ait aucune preuve que le vaccin expérimental contre l’hépatite B chez ces volontaires homosexuels ait provoqué le SIDA, il ne fait aucun doute que la maladie a atteint son apogée peu après les injections.(122)


Quelle est l’efficacité du vaccin contre l’hépatite B ?

L'efficacité du vaccin contre l'hépatite B a été définie en injectant le médicament à des sujets sur lesquels les anticorps spécifiques produits dans le sang ont ensuite été mesurés. Ces anticorps doivent atteindre ou dépasser certains niveaux établis par des experts et qui sont présumés assurer une protection. Les scientifiques appellent cela « séroprotection ». Selon cette définition, le vaccin est considéré comme « hautement immunogène » lorsque les niveaux d’anticorps sont mesurables dans la courte période suivant la dernière dose d’un cycle de trois rappels.(123) Pourtant, selon les industries manufacturières, la durée de l’effet protecteur chez les personnes vaccinées en bonne santé n’est pas connue. Des études de suivi réalisées cinq à neuf ans plus tard montrent qu’environ la moitié de tous les sujets vaccinés ne possèdent plus de niveaux protecteurs d’anticorps.(124)

Par exemple, une étude publiée dans le New England Journal of Medicine a révélé qu’après cinq ans, les niveaux d’anticorps (qui sont présumés liés à l’immunité) avaient chuté de façon spectaculaire ou n’étaient plus détectables chez 42 % des personnes vaccinées. De plus, 34 des 773 sujets (4,4 %) étaient infectés par le virus.(126) Dans une autre étude, moins de 40 % des personnes vaccinées présentaient des anticorps protecteurs après cinq ans.(128)

Des recherches similaires ont montré que 48 % des sujets vaccinés présentaient des niveaux d’anticorps insuffisants après seulement quatre ans.(129) Selon l'OMS, jusqu'à « 60 % des adultes perdront tous les anticorps mesurables induits par le vaccin contre l'hépatite B d'ici six à dix ans ».(130) et la littérature médicale regorge de données confirmant l’échec de la vaccination.(131)

Vaccins: A Guide to Informed Choice par Neil Z. Miller (Auteur) et Claudia Benatti (Traductrice)
Éditions Terra Nuova, 2018

A lire aussi...

Corvelva

Publiez le module Menu en position "offcanvas". Ici, vous pouvez également publier d'autres modules.
Pour en savoir plus.

0
Partagez