Coronavirus, que s'est-il passé dans cette clinique de Plaisance en février? L'histoire vraie d'un boom de contagion

Coronavirus, que s'est-il passé dans cette clinique de Plaisance en février? L'histoire vraie d'un boom de contagion

Coronavirus à Piacenza: la véritable histoire du cas clinique de Sant'Antonino

Clinique privée Sant'Antonino, Plaisance. Une clinique accréditée auprès du service de santé qui avec "Casa Piacenza", sa "jumelle" et de la même propriété (le directeur médical Mario Sanna), est au centre d'un cas très inquiétant: patients, médecins, infirmière en chef, oss, infirmières, infirmières, femmes des nettoyeurs qui tombent malades du Coronavirus déjà à la mi-février, ou peut-être même plus tôt, et aucune information ne sort de là. Tant que le Fait quotidien, le 18 mars, découvrez le pot: une femme de ménage décède et il s'avère que des semaines plus tôt, un vieil homme atteint du Coronavirus a été rapidement emmené de l'établissement.

La clinique privée de Sant'Antonino, interrogée par moi le 6 mars, est silencieuse sur tout ce qui dit de demander à Ausl, le directeur de l'Ausl de Plaisance Luca Baldino me dit que ce qui s'y passe ne l'intéresse pas et qu'il a des choses plus importantes à gérer . Le 13 mars, l'Ausl de Plaisance annonce que Sant'Antonino devient la clinique spécialisée de Covid et remercie la clinique pour sa "sensibilité" dans un communiqué. Et donc, il est peut-être temps d'ajouter tous les détails de l'histoire, y compris les divers témoignages recueillis et les nouvelles "réponses" de la direction de la Casa Piacenza et de Sant'Antonino, même si, une fois encore, ils attribuent toute la responsabilité à l'Autorité sanitaire locale de Plaisance.

Histoire
À la mi-février, alors que le coronavirus ne semble pas encore arrivé en Italie, le patient âgé Gino B., admis à la clinique de Sant'Antonino, se sent mal. Il commence à avoir une fièvre constante, qui ne descend pas. À la clinique, ils pensent que cela dépend du fait que son lit est situé à côté du radiateur. Cependant, cette fièvre ne passe pas et à un certain moment, son voisin tombe également malade. Certains médecins sont également malades. Le 24 février, à la clinique, des nouvelles arrivent que le Dr Cremonesi, un médecin à la retraite qui a effectué certaines opérations à la clinique de Plaisance, a été hospitalisé à Ténérife alors qu'il était en vacances: il a un coronavirus. Les journaux et les reportages le mentionnent également, mais le nom de la clinique Piacenza n'est jamais associé au fait.

Officiellement, rien ne s'est passé là-dedans. Aucune communication officielle du propriétaire Mario Sanna, aucune communication avec les familles des patients hospitalisés, aucune communication officielle avec tout le personnel. Gino, le vieil homme trouvé positif, est emmené quelques jours plus tard. Le 16 mars, Monica Rossi, femme de ménage de Casa Piacenza, est retrouvée morte à son domicile. «J'aurais pu la sauver, je ne me pardonnerai jamais! Je vais vivre ma vie avec cette croix sur mes épaules! Excusez-moi si vous pouvez Monica! », Écrit la responsable du personnel de Casa Piacenza Laura Cappellano sur Facebook.

Que s'est-il donc passé de mi-février à ce 16 mars, dans les cliniques privées Casa Piacenza et Sant'Antonino? Beaucoup de choses, et toutes bien réduites au silence par la responsable des soins Nawal Loubadi, par la fille de la propriétaire Lidia Sanna et par tous les gérants des structures. De nombreux employés ont continué à travailler, depuis ce 24 février, dans un état d'incertitude et de peur, découvrant toujours à l'envers, pour les confidences des médecins, infirmières, oss, que la maladie tournait dans les cliniques et que beaucoup d'entre eux sont ils tombaient malades. Quelqu'un a été infecté et "est parti en vacances" ou "est tombé malade" à la hâte. Le mot "Coronvirus" était tabou.

Cependant, après la mort de la femme de ménage, tout change. Les employés commencent à parler. Et beaucoup de gens me contactent. Un oss de Sant'Antonino me dit, entre une toux, l'autre: «Il y a eu des dizaines et des dizaines de personnes positives depuis plus d'un mois. Tout commence avec le patient âgé Gino B., dans la salle 8, près du radiateur bouillant. Il avait toujours une très forte fièvre, vers le 10 février. Ils l'ont transféré dans la chambre 15, une chambre triple. Après l'éclatement du coronavirus en Italie, ils découvrent, je crois avec une plaque ou un tampon, ce qui est positif. Ils l'ont déplacé dans une seule pièce, le 5. En ce qui concerne les deux patients qui étaient à côté de lui, l'un est décédé il y a quelques jours ".

«Je ne sais pas comment le coronavirus est arrivé ici, mais certainement pas chez les patients hospitalisés. Voici une infirmière de Casalpusterlengo qui a une mère qui est infirmière à l'hôpital de Codogno, une mère qui avait un coronavirus. Le chef du Sant'Antonino a également pris le Coronavirus en février et apparemment sa fille était en train de dîner avec un ami intime de l'épouse du patient 1 de Codogno. Le médecin F., le médecin C., l'infirmière S., l'infirmière en chef C. ", le physiothérapeute F. et ainsi de suite sont tombés malades. «Le service d'hygiène de l'hôpital m'a appelé à la mi-mars et avait une liste partielle des employés. Je lui ai demandé si S., l'employé de Casalpusterlengo, était sur la liste et on m'a répondu: «La clinique ne nous a pas donné ce nom». Ils n'avaient pas les noms variés de certains employés malades ou des zones rouges qui devaient rester à la maison. "

«Nous, opérateurs de Sant'Antonino, sommes détruits. Nous travaillons uniquement pour les patients. Nous n'avons pas eu de masque FFP3 pour faire de l'oxygénothérapie depuis des semaines, nous serons donc tous infectés à cette époque. Nous avons vu la panique ici, mais personne dans la direction n'a partagé aucune information avec nous mortels. Lors d'une réunion, ma collègue N. a dit qu'elle irait au syndicat, ils ont contesté qu'elle n'était pas une personne sérieuse. Le problème de santé aurait pu se produire, ce silence ne pouvait pas ». «Les Covids les ont tous déplacés ici à Sant'Antonino parce que la salle d'opération est à Casa Piacenza. Ils pouvaient donc continuer à fonctionner et à facturer, ici nous étions traités comme des ordures. Ceux qui étaient tombés malades avec nous sont maintenant mélangés avec des patients de Covid envoyés des hôpitaux, de sorte que les eaux peuvent maintenant être confondues. Si Luca Baldino d'Ausl veut commencer à enquêter, commencez par le patient Gino B. ". «Les problèmes commencent avant l'urgence. Ici, nous n'avons ni savon, ni gaze, ni onguents adaptés aux pansements. Pendant des années, on nous a dit de recycler les bavoirs où les patients mangent. Ici, tout a toujours été orienté vers l'épargne, avec une gestion continue des cazziatoni ".

Une infirmière de Sant'Antonino me dit: «D'un quart de travail à l'autre, j'ai trouvé 80 patients atteints de Covid ici sans savoir comment les gérer. En une semaine, 20 personnes sont mortes. Une femme Ausl nous a donné une leçon rapide sur l'utilisation de la combinaison, en disant: "Vous n'avez même pas à regarder les patients, ce sont tous des gens qui vont mourir" ". L'infirmière pleure en le disant. «Je les lave, je m'occupe de tout le monde, pour moi ils sont tous comme ma maman, si j'en garde une je suis heureuse. Mais nous sommes trop peu ici, parfois je retrouve les couches de la veille. Ce matin, un patient m'a déchiré l'âme. Il m'a pris la main et m'a demandé: «Comment va ma femme, s'il te plaît, dis-moi». Sa femme était malade, ils meurent seuls, comme des mouches. Faites-les au moins mourir dignement. Si je me plains que vous avez besoin de personnel, ils me disent: si vous ne voulez pas travailler ici, c'est la porte ». «Nous demandons des écouvillons depuis des semaines, ils ont eu des patients atteints de coronavirus qui sont entrés fin janvier et ont ensuite présenté des symptômes en février. S'ils avaient tamponné tout le monde, ils auraient fermé parce qu'ils auraient été sans personnel. " «Je vois des patients mourir comme du poisson sans eau, c'est juste un endroit où de très vieux patients viennent mourir, au moins un peu de dignité pour eux et de sécurité pour nous. L'Ausl doit surveiller la rigueur avec laquelle travaille le secteur privé, que fait Plaisance? Ici depuis que les proches ne sont plus entrés, nous avons fait ce que nous voulions, qui a vérifié? ".

Une femme de ménage, collègue de la femme de ménage décédée, me dit: «Je travaille à Casa Piacenza. Je suis détruit. Ça fait mal de respirer, ma tête me fait mal, j'ai tellement peur, j'ai une famille. Je travaillais avec Monica, donc j'ai peut-être aussi pris du Coronavirus. Elle a eu de la fièvre, s'est arrêtée pendant quelques jours, puis est retournée au travail avec de la fièvre et est finalement décédée à la maison. Une de mes collègues est positive, son mari l'a également prise, a fini à l'hôpital. Ici, ils ont fait l'écouvillonnage à qui leur semblait. " «Entre-temps, ça faisait des semaines que je passais avec un masque qui devait être utilisé 8 heures et que j'avais utilisé 1 semaine. Je ne veux pas mourir, j'ai un fils. Mes collègues ont tous de la fièvre, j'ai vu le primaire tous les jours et je ne savais pas qu'il était malade, je savais qu'il avait le coronavirus après une semaine. Idem Dr. C. et qui sait combien d'autres ".

Une autre infirmière révèle: «Je ne sais pas comment le coronavirus est entré ici à Sant'Antonino. Nous avons prélevé des hémocultures sans savoir que le virus était en marche. Puis un jour, je découvre que la mère du primaire est décédée. Que le principal a un coronavirus. Notre infirmière en chef est de Codogno. Ils ont fait des tampons seulement pour certains, puis ils nous ont dit que les tampons étaient finis, mais je les ai vus dans un casier, ils étaient là. Mon collègue L. avait une pneumonie interstitielle. Tous malades. Ici, ils nous font maintenant un tac, si vous n'avez pas de symptômes comme de la fièvre et de la toux, vous travaillez également avec une pneumonie. Nous ne sommes pas des employés, nous sommes des décharges. " «Un patient qui séjournait dans la chambre« Sollievo »pour 3.000 40 euros par mois à Casa Piacenza qui n'était pas positif et a attrapé le virus ici est décédé. Nous sommes deux infirmières sur XNUMX patients, nous ne savons pas vers qui nous tourner. Nous abattons de la viande, nous et les pauvres malades. Nous avons la résolution de lier les poignets pour eux parce que nous ne pouvons pas tous les regarder, sinon l'oxygène augmentera. Nous ne pouvons rien faire, Urbason est également en pénurie de thérapies, parfois je le prends du chariot d'urgence. Si nous nous plaignons, on nous dit qu'il y a une file devant la porte pour y travailler, nous pouvons partir. Beaucoup d'entre nous ont décidé de parler et c'est bien. Les problèmes ici ont explosé avec Covid, mais ils ont commencé avec la gestion de Mario Sanna, avant de bien travailler avec le docteur Agamemnon ".

Luisa raconte: «Ma belle-mère a été hospitalisée le 13 mars à Sant'Antonino avec fièvre et toux. Mon mari avait une fièvre très élevée, mais Ausl ne voulait pas de tamponner. Le samedi, nous appelons et nous ne pouvons parler à personne. Nous appelons trois fois mais ils me disent qu'ils ne connaissent pas encore bien les patients. Le soir, ils ont posé mon téléphone. Le dimanche, ils disent que ma belle-mère réagit au traitement et apporte un changement. Ils ne nous répondent pas le lendemain. Finalement mon beau-frère se rend à la clinique avec le changement le lendemain à 13.00h30. Ils lui demandent le nom de la dame, un médecin arrive après XNUMX minutes et l'informe que ma belle-mère est décédée pendant la nuit. Personne ne nous a prévenus! Nous n'avons jamais eu de diagnostic, rien. L'avaient-ils guérie pour Covid? C'est une chose obscène. "

Silvia Bettini, de Plaisance, a fait hospitaliser son père à Sant'Antonino le 13 février. "Je l'ai vu pour la dernière fois le 23. Des jours plus tard, au téléphone, ils me disent qu'il est venteux. Personne ne nous dit que le Coronavirus y fonctionne, mais je le découvre par la mauvaise façon. Alors un soir, mon frère a appelé la clinique pour les menacer, disant: "Je sais ce qui se passe là-bas, emmenez immédiatement mon père aux urgences de Plaisance!". Après une demi-heure, ils nous appellent des urgences et nous disent que mon père est arrivé sous-alimenté et déshydraté. Il était en train de mourir et ils auraient de la morphine sur lui. Il est décédé quelques heures plus tard, la nuit. On nous a dit qu'il avait certainement un coronavirus en raison d'une pneumonie interstitielle très grave. Il n'a jamais reçu de traitement pour le coronavirus. "

Andrea, le fils d'une femme qui a été admise à Sant'Antonino, me dit: «Ma mère avait été opérée à l'hôpital de Plaisance fin janvier, puis elle s'est rendue à Sant'Antonino pour une rééducation. On m'a tous déconseillé cette clinique. Elle est arrivée le 25er février et est restée jusqu'au 26. Ma mère et moi sommes tombées malades du coronavirus. Je suis tombé malade le 25. Ils ont nié qu'il y avait des cas de coronavirus, je me suis mis en colère parce qu'une dame qui était dans la même pièce que ma mère avait des soignants qui changeaient constamment et venaient deux fois par jour, alors que le cas Codogno avait déjà éclaté. Ils souffraient tous de toux et de rhume, ont-ils raconté à des proches malades. Je me suis disputé et je suis allé voir les infirmières pour signaler la situation. Le 26, j'ai demandé à la décharger: ma mère rentre à la maison et reste avec le soignant. Le 29, je tombe malade. Le soignant du 118 m'appelle et me dit que maman est malade, le XNUMX ils vont la chercher et découvrent une pneumonie. À la fin, elle fait l'écouvillon et est positive. A l'intérieur du Sant'Antonino, j'ai vu une terrible atmosphère de peur et de silence, les médecins m'ont dit 'Ne parlons pas ici s'il vous plaît, ils nous entendent!'. Ils sont partis en bonne santé et infectés ensemble pendant longtemps, ils ne nous ont pas informés de la famille que le même primaire et les médecins avec lesquels nous avons parlé étaient infectés, nous avons tous fait le tour de Plaisance malade. Ils ont coché les patients en février lorsqu'ils ont compris ce qui se passait, un médecin me l'a confirmé, mais ils ont choisi de ne pas dire la vérité comment cela devait être fait et immédiatement à toutes les personnes concernées ".

Après mon premier article sur Casa Piacenza, il est sorti sur Le Fait le 18 mars, certaines de mes sources dans les installations m'ont dit que les directeurs des cliniques avaient une attitude intimidante envers les employés, menaçant de licencier s'ils découvraient mes sources. Concernant la mort de la femme de ménage Monica Rossi, Ausl a confirmé à sa sœur Marina la positivité de l'écouvillon: «Mais le médecin généraliste a écrit que ma sœur Monica est morte d'un AVC et - vous savez quoi? - Sans jamais avoir vu son corps après la mort! Quand je lui ai demandé des explications, il était vague et puis il ne m'a plus jamais parlé. "

La réponse des cliniques

Par l'intermédiaire de l'avocat des deux cliniques concernées, l'avocat Sacchelli, j'ai posé quelques questions écrites à la direction, qui m'a envoyé les réponses suivantes.

  1. Vous avez des employés dans les zones rouges de Codogno? Si oui, savez-vous qu'ils ont été infectés ou ont des parents infectés? L'hôpital de Piacenza, qui avait une infirmière Codogno positive, l'a déjà signalé en février, par souci de transparence. Comment vous êtes-vous comporté? Oui, nous avons des employés des régions de Codogno. L'organisme responsable de la gestion des communications sur la positivité des opérateurs ou de leurs proches (y compris ceux des deux maisons de repos) est le service d'hygiène de l'hôpital de Plaisance.
  2. Votre principal C., positif, semble avoir un membre de la famille, la fille, qui était une connaissance proche d'un ami de la femme du patient un de Codogno. Cela aurait été une information importante à communiquer aux proches des patients et aux patients qui sont entrés en contact avec le primaire, pour permettre de reconstruire la chaîne des infections, également au sein de la clinique Sant 'Antonino et dans les zones de Plaisance et Codogno. L'avez-vous fait? L'organisme responsable de la gestion des communications sur la positivité des opérateurs ou de leurs proches (y compris ceux des deux maisons de repos) est le service d'hygiène de l'hôpital de Plaisance. Nous avons fourni au service d'hygiène toutes les données qu'ils nous ont demandées dans ce cas.
  3. Pourquoi la positivité du primaire (ne précisant pas son identité, mais plus généralement d'un employé) et des médecins et infirmière en chef n'a-t-elle pas été communiquée? Cela a été fait par le biais du service d'hygiène de l'hôpital de Plaisance.
  4. Pourquoi dans d'autres hôpitaux le nombre d'employés et de patients positifs est-il communiqué en interne pour plus de transparence et dans l'intérêt des patients et des citoyens et vous gardez le silence? Cela a été fait, en nombre de patients sont ceux publiés 80 CCPSA et 90 CCPP, les données sont celles de Piacenza ASL dont nous faisons partie en tant que structure privée affiliée.
  5. Combien d'employés de Piacenza et de Sant'Antonino sont infectés aujourd'hui? Ce sont les données dont dispose le service d'hygiène de l'hôpital de Plaisance.
  6. Comment commentez-vous le communiqué de presse interne dans lequel vous invitiez les employés à travailler également avec un tac positif et que les tampons étaient finis? La TDM est un examen non prévu dans le protocole mais c'est l'écouvillon. La propriété a fourni le CT gratuitement comme outil de dépistage pour une meilleure protection de l'opérateur. "Opérateurs avec CT positif mais en l'absence de symptômes": ce sont les opérateurs qui ont des preuves de changements structurels dans le poumon non certainement attribuables à une pneumonie virale interstitielle, mais attribuables à des pathologies virales (virus Rino), virus grippal rencontrés précédemment.
  7. Comment se fait-il que vous n'ayez pas communiqué au personnel entre les infirmières, les oss et les femmes de ménage sur le nombre d'infection à l'intérieur de l'hôpital et que vous les ayez ignorés et effrayés? Pourquoi avez-vous écouvillé seulement quelques employés? Nous avons suivi le protocole régional
  8. Le premier cas de patient infecté par Sant'Antonino semble être Monsieur Gino B., il avait déjà de la fièvre à la mi-février, car apparemment, avait-il (seulement) été tamponné en mars? Depuis lors, avez-vous communiqué à tous les proches des patients, par exemple ceux du patient Gino B. et Bettini (rappelez-vous que l'hôpital n'était pas Covid à l'époque) la positivité? Nous avons suivi le protocole régional.
  9. Et avez-vous communiqué à d'autres proches des patients infectés, y compris à certains membres de la section des secours qui étaient là depuis de nombreux mois, la situation? Les protocoles régionaux et les dispositions préfectorales ont été immédiatement reçus.
  10. Certains employés affirment avoir accepté de lier les poignets aux patients et l'ont fait. Voulez-vous commenter? Parlez des mesures de contention prévues par tout protocole hospitalier.
  11. Les médecins et Oss parlent d'un risotto osseux personnel, deux / trois infirmières pour 40 patients. La pénurie d'opérateurs, le personnel qui est là, travaille dur pour garantir le service communautaire.
  12. Comment s'est terminé le cas des hospitalisations truquées, dans lesquelles la Clinique de Plaisance a été impliquée? (il aurait effectué des interventions en régime d'hospitalisation, quoique brèves, plutôt qu'en ambulatoire, pour obtenir des remboursements plus élevés auprès des services de santé) Il y a une procédure en cours.

source: https://www.tpi.it/cronaca/coronavirus-piacenza-vera-storia-clinica-santantonino-20200330576324/