Covid-19, Trust et Wellcome: comment les investissements pharmaceutiques de l'organisme de bienfaisance chevauchent ses efforts de recherche

Covid-19, Trust et Wellcome: comment les investissements pharmaceutiques de l'organisme de bienfaisance chevauchent ses efforts de recherche
(Temps de lecture: 6-12 minutes)

BMJ 2021; 372
doi: https://doi.org/10.1136/bmj.n556
(Publié le 03 mars 2021)
BMJ 2021; 372: n556

Le principal bailleur de fonds de la recherche en santé se retrouve à tirer des bénéfices financiers de la pandémie en soulevant des questions sur la transparence et la responsabilité

Une caractéristique de plus en plus claire de la pandémie de Covid-19 est que la réponse de santé publique est menée non seulement par les gouvernements et les institutions multilatérales, telles que l'Organisation mondiale de la santé, mais aussi par une série de partenariats public-privé impliquant des sociétés pharmaceutiques et des fondations privées.

Une voix éminente qui émerge est le Wellcome Trust, l'un des plus grands bailleurs de fonds de la recherche en santé au monde, dont les activités caritatives étendues dans la pandémie comprennent la co-gestion d'un programme de l'OMS pour soutenir de nouvelles thérapies pour Covid-19. Le projet Accelerator Access to Covid-19 Tools (ACT) espère collecter des milliards de dollars et offrir des centaines de millions de traitements au cours de l'année prochaine, y compris la dexaméthasone et une gamme d'anticorps monoclonaux.

Dans le même temps, le BMJ constate que Wellcome détient elle-même des investissements dans des entreprises qui fabriquent ces mêmes traitements. Les révélations financières de la fin de 2020 montrent que Wellcome détient une participation de 275 millions de livres sterling (318 millions d'euros; 389 millions de dollars) dans Novartis, qui fabrique de la dexaméthasone et étudie d'autres thérapies. Roche, dans laquelle Wellcome détient une participation de 252 millions de livres sterling, contribue à la production d'anticorps monoclonaux avec Regeneron. Roche et Novartis rapportent avoir eu des conversations avec ACT Accelerator de l'OMS au sujet de leurs médicaments thérapeutiques.

Les intérêts financiers de Wellcome ont été publiés sur le site Web de la fiducie et dans des documents de réglementation financière, mais ne semblent pas avoir été divulgués en tant que conflits d'intérêts financiers dans le contexte des travaux de Wellcome sur le covid-19, bien qu'ils montrent que la fiducie est positionnée à. gagner financièrement de la pandémie.

Les divulgations de conflits d'intérêts financiers du Wellcome Trust font suite à des rapports selon lesquels un autre organisme de bienfaisance, la Fondation Gates, est également positionné pour bénéficier financièrement de son rôle de chef de file dans la réponse à la pandémie. Une enquête de Nation a révélé que Gates avait investi plus de 250 millions de dollars (179 millions de livres sterling; 206 millions d'euros) dans des entreprises travaillant sur le covid-19 et a cité des groupes de la société civile se déclarant préoccupés par la grippe. Incommensurable que le corps milliardaire exerce en réponse à la pandémie, qu'ils considèrent comme une augmentation du rôle de l'industrie pharmaceutique.

Pourtant, les organismes de bienfaisance tels que Gates et Wellcome - et même les sociétés pharmaceutiques - ont été généralement félicités dans les médias pendant la pandémie pour leurs efforts dans la résolution de la crise de santé publique, avec relativement peu d'attention à leurs intérêts financiers et avec peu d'examen et de contrôle. travailler.

«Ce que fait la pandémie, c'est peaufiner la réputation d'organisations comme Gates et Wellcome et de sociétés pharmaceutiques, alors que je ne pense pas qu'elles méritent vraiment ce perfectionnement», déclare Joel Lexchin, professeur émérite à la faculté de politique et de gestion de la santé de l'Université York à Toronto. . "Je pense qu'ils agissent comme ils l'ont toujours fait, c'est-à-dire, du point de vue des sociétés pharmaceutiques, de veiller à leurs propres intérêts financiers, et du point de vue des fondations, ils poursuivent leurs objectifs privés. sans rendre compte à qui que ce soit, sinon à leur propre conseil d’administration ».


Conflit d'intérêts?

Mohga Kamal-Yanni, un conseiller politique de l'ONUSIDA et d'autres organisations qui a récemment écrit un article citant les problèmes de l'influence de la Fondation Gates dans la pandémie, dit que les investissements de Wellcome soulèvent des questions critiques de transparence et de responsabilité.

«Dans Covid, ces deux mots ont une importance énorme parce que nous devons savoir que les décisions sont prises sur la base de preuves et de données scientifiques», dit-il au BMJ. "Savons-nous à quelles entreprises ils parlent? Comment prennent-ils les décisions de financement pour une entreprise en particulier - ou pour tel ou tel autre produit?"

Le Wellcome Trust conteste que ses investissements compromettent ou entrent en conflit avec son indépendance. "Nous ne sommes au courant d'aucune situation dans nos relations avec ... ACT Accelerator où un conflit est survenu à la suite de notre portefeuille d'investissement, ou où il aurait été nécessaire que les représentants de Wellcome se récusent", a déclaré un porte-parole, refusant de commenter ses investissements dans Novartis ou Roche. "Nous n'aurions jamais pris de décision ou conseillé autrui sur la réponse à la pandémie pour une raison autre que la santé publique."

Les partisans de Wellcome décrivent le puits profond d'expérience biomédicale que l'institution apporte à la pandémie, notamment de son directeur, Jeremy Farrar, un chercheur renommé en maladies infectieuses qui est reconnu pour avoir joué un rôle de premier plan dans les précédentes épidémies d'Ebola et de grippe aviaire.

Kenny Baillie, chef d'un groupe de recherche dans le département de génétique et de génomique de l'Université d'Édimbourg qui a reçu un financement de recherche de Wellcome, dit que l'organisme mérite également d'être reconnu comme un «phare de probité et de bonne gouvernance».

Il explique: "Je peux certainement parler de mon expérience personnelle en interagissant avec le côté scientifique, et il n'y a eu aucune tentative pour m'influencer ou influencer tout autre chercheur que je connais en faisant la meilleure science pour le bénéfice de l'humanité." Pourtant, on ne sait toujours pas quelles structures de gouvernance sont en place pour garantir que la vaste dotation de Wellcome n'affecte pas son rôle de définition de l'ordre du jour par le biais de l'OMS ou de ses autres travaux dans la pandémie.

Unitaid, qui co-leader du projet OMS ACT Accelerator, affirme avoir une "compréhension mutuelle claire" avec Wellcome "que les intérêts institutionnels pertinents seront divulgués de manière transparente". Mais, a déclaré Unitaid au BMJ en décembre dernier, "Nous n'avons reçu aucune déclaration de conflits d'intérêts".

Marc Rodwin, professeur de droit à l'Université Suffolk de Boston, Massachusetts, affirme que les institutions confrontées à des conflits d'intérêts financiers peuvent toujours apporter une contribution précieuse à la réponse à la pandémie, mais qu'elles ne devraient pas être en position d'influence ou de décision.

"J'irais au-delà de simplement dire qu'ils devraient se récuser de décisions particulières. Pourquoi ont-ils été choisis en premier lieu pour occuper ces postes [d'autorité]?", Demande-t-il. «J'aime le concept de facteur de risque épidémiologique ici - il s'agit simplement d'introduire un niveau de risque qui n'est pas nécessaire. Quand il y a beaucoup d'argent qui traîne, vous ne voulez pas avoir ce genre de conflits financiers qui peuvent affecter les décisions . ".


Consultant gouvernemental

En plus de son travail par le biais de l'OMS, Wellcome influence également la réponse à la pandémie à travers la position de Farrar au sein du Groupe consultatif scientifique pour les urgences qui conseille le gouvernement britannique sur le covid-19, ainsi que son siège au conseil d'administration de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations., A partenariat public-privé à la pointe de la pandémie qui a promis plus d'un milliard de dollars pour développer le vaccin covid-1. Il apparaît également fréquemment en tant qu'expert dans les médias, y compris le BMJ, où il a cité le potentiel de médicaments spécifiques contre le covid-19. Ces activités de conseil et de médias semblent chevaucher la dotation de 19 milliards de livres sterling de Wellcome, qui a investi au moins 28 milliard de livres sterling dans des entreprises travaillant sur les vaccins, les thérapies et les diagnostics covid-1,25: Roche, Novartis, Abbott, Siemens, Johnson & Johnson, et - à travers ses participations dans la société d'investissement Berkshire Hathaway-Merck, AbbVie, Biogen et Teva.

Farrar siège au comité d'investissement interne de Wellcome, qui joue un rôle consultatif important concernant la dotation de la fiducie. Wellcome a refusé de commenter l'opportunité du double rôle de Farrar - aider à gérer l'argent de la fiducie et sa mission caritative - et a refusé plusieurs demandes d'interviewer Farrar ou d'autres représentants d'organismes de bienfaisance.

L'étendue totale des investissements de Wellcome dans des sociétés travaillant sur le covid-19 est inconnue car la fiducie a également refusé de divulguer les détails de son portefeuille d'investissement au BMJ, dont la plupart sont décrits de manière générique comme étant investis dans des «fonds de couverture». «actions publiques», «capital-investissement» ou «propriété». Wellcome publie sur son site Web une liste de quelques dizaines de ses plus grands investissements corporatifs individuels, et le BMJ a découvert plus d'informations sur la dotation de Wellcome par le biais de dépôts de réglementation financière. les États Unis.

Sur la base de ce compte public limité, Wellcome semble étendre ses investissements liés aux covid, rapportant près de deux millions d'actions d'Abbott Laboratories, l'un des principaux fournisseurs de tests de diagnostic pour le covid-19, l'été dernier. Les documents réglementaires de Wellcome indiquent que, de juillet à octobre 2020, la valeur de ses 1,95 million d'actions d'Abbott est passée de 178 millions de dollars à 212 millions de dollars, une aubaine pour l'organisation à but non lucratif.

Wellcome rapporte des revenus de 3,3 milliards de livres sterling sur tous les investissements en 2020, trois fois plus d'argent que ce que la fiducie a donné à une œuvre de bienfaisance.


L'influence des investisseurs

Le rôle de Wellcome sur les marchés financiers a joué de manière surprenante pendant la pandémie. Le Wall Street Journal a rapporté que Wellcome avait organisé des conférences téléphoniques avec des sociétés d'investissement privées dès janvier 2020, Farrar mettant en garde les gestionnaires de fonds sur la gravité de Covid-19. Les appels ont incité les investisseurs à réorganiser leurs portefeuilles, à la fois pour minimiser les pertes et pour réaliser des gains financiers, a rapporté le journal.

La fiducie ne fournirait pas de transcriptions des conférences téléphoniques de Farrar avec des investisseurs extérieurs, mais a déclaré qu'elle offrait aux investisseurs les mêmes avertissements covid qu'elle avait proposés dans les médias et dans d'autres lieux.

Deux sociétés d'investissement participant aux appels avec Farrar - Sequoia et Blackstone - ont versé des dividendes à Wellcome ces dernières années, selon les récents dossiers fiscaux de l'organisme de bienfaisance aux États-Unis. Wellcome a refusé de dire s'il avait investi de l'argent dans ces entreprises au moment où il a organisé les appels de Farrar.

L'éthique de l'investissement de Wellcome a fait l'objet d'un examen public à plusieurs reprises ces dernières années, y compris une campagne publique organisée par le journal Guardian en 2015 pour pousser Wellcome et la Fondation Gates à se désengager des combustibles fossiles. Des dizaines de milliers de personnes ont signé une pétition de campagne, affirmant que les investissements de Wellcome et Gates dans les combustibles fossiles allaient à l'encontre de leur travail en faveur du «progrès humain et de l'égalité».

Dans une lettre de réponse, Farrar a exclu le désinvestissement comme stratégie, affirmant que Wellcome utilisait sa position d'investisseur pour pousser les entreprises de combustibles fossiles à un meilleur comportement.19 Un ancien employé de Wellcome a déclaré au BMJ qu'investir dans les combustibles fossiles de la fiducie était devenu la source de nombreux litiges entre salariés, qui ont remis en cause la stratégie d'investissement de l'institution.

En 2018, le magazine Science a rapporté que Wellcome détenait près d'un milliard de dollars d'investissements offshore, y compris un fonds énergétique des îles Caïmans qui avait une participation dans une société qui vend des carburants de transport hautement polluants. La science a cité des économistes qui critiquent durement Wellcome et les investissements offshore d'autres organismes de bienfaisance dans des paradis fiscaux tels que les îles Caïmans, les accusant d'institutionnaliser et de normaliser les comportements d'évasion fiscale, ce qui exacerbe les inégalités de revenus.


Gouvernance du secteur public et privé

Pendant toute la durée de la pandémie, des allégations de conflit d'intérêts financiers ont entouré de nombreux acteurs publics et privés dans de nombreuses juridictions. Au Royaume-Uni, le conseiller scientifique en chef du gouvernement, Patrick Vallance, a fait la une des journaux lorsqu'il a été démontré qu'il avait des liens financiers avec la société pharmaceutique GlaxoSmithKline. Des sources gouvernementales ont défendu Vallance des accusations d'actes répréhensibles.

Aux États-Unis, quatre membres du Congrès ont fait l'objet d'une enquête pour négociation d'actions sur la base d'informations non publiques auxquelles ils avaient accès par le biais de leurs positions politiques. Tous ont été effacés au cours de l'enquête, a rapporté le New York Times.

L'année dernière, le BMJ a signalé un échec du groupe consultatif scientifique britannique pour les urgences à divulguer publiquement les intérêts concurrents liés au covid-19, après quoi ils ont été publiés pour examen public.

Malgré le rôle énorme que jouent les organismes de bienfaisance privés dans la réponse à la pandémie, leurs intérêts financiers ont été mal contrôlés, probablement parce que les fondations ne sont pas soumises aux mêmes mécanismes de surveillance que les institutions publiques.

Linsey McGoey, professeur de sociologie à l'Université d'Essex, qui a beaucoup écrit sur la responsabilité en philanthropie, voit les investissements pharmaceutiques de Wellcome et Gates dans le contexte de leur soutien aux mécanismes de marché dominants qui animent la médecine moderne - qui se traduit par pays qui ont un accès prioritaire aux médicaments covid-19. De nombreuses parties prenantes remettent en question ce modèle économique pendant la pandémie, note McGoey, y compris des pressions sur l'Organisation mondiale du commerce pour qu'elle assouplisse les restrictions de propriété intellectuelle sur les vaccins et les thérapies.

Elle dit: «Ils semblent être pleinement engagés dans un modèle caritatif qui semble vraiment entrer en conflit avec l'approche de la justice sanitaire et de la justice vaccinale que la plupart des militants et des politiciens du Sud exigent.

"Ces fondations perpétuent la fausse impression idéologique qu'elles résolvent le problème même si ce n'est pas le cas. Et elles pourraient aggraver la situation en perpétuant cette impression idéologique de salut du secteur privé."

source: https://www.bmj.com/content/372/bmj.n556