Décret-loi du 5 janvier 2021: Tso autorisé?

Décret-loi du 5 janvier 2021: Tso autorisé?
(Temps de lecture: 3-5 minutes)

Il semble que dans le dernier décret publié au journal officiel, il y ait une mauvaise surprise pour tous ceux qui croient au droit fondamental à la liberté de choix thérapeutique: au mépris de la loi sur le consentement éclairé, la possibilité d'agir contre la volonté exprimée par le patient ou son tuteur!
On parle de DL n.1 du 5 janvier 2021, que vous pouvez lire en entier ici, sur le site du Journal officiel.

À notre avis, le contenu de l'article 5 est très grave, ce qui devrait susciter plus qu'une inquiétude chez tous ceux qui ont parmi leurs proches des personnes résidant dans des établissements de santé (y compris les fameux RSA) et des résidences pour personnes âgées.

Art. 5 Manifestation du consentement au traitement de santé du vaccin anti Covid-19 pour les sujets incapables admis dans les établissements de santé assistés 


Nous décrivons ici les précautions imposées dans la proposition de vaccination contre Covid-19. Il y a beaucoup, au départ, de consentement éclairé, rappelant également la loi appropriée dont nous nous souvenons être la 219 de 2017.

1. Les personnes incapables admises dans les formations sanitaires assistées, quelle que soit leur dénomination, expriment leur consentement au traitement sanitaire pour les vaccinations anti Covid-19 du plan stratégique national visé à l'article 1, paragraphe 457, de la loi du 30 décembre 2020, n. 178, par l'intermédiaire du tuteur relatif, du curateur ou de l'administrateur de soutien, ou du curateur visé à l'article 4 de la loi du 22 décembre 2017, n. 219, et en tout cas en conformité avec les dispositions de l'article 3 de la même loi no. 219 de 2017 et de la volonté déjà exprimée par l'intéressé conformément à l'article 4 précité enregistré dans la base de données visée à l'article 1, paragraphe 418, de la loi du 27 décembre 2017, n. 205, ou ce qui aurait vraisemblablement exprimé là où il était capable de comprendre et de vouloir.

il est également précisé que:

4. Le consentement visé au paragraphe 3, donné conformément à la volonté de l'intéressé exprimée conformément aux articles 3 et 4 de la loi no. 219 de 2017 ou, à défaut, conformément à celle des personnes visées à la première phrase du même paragraphe 3, prend effet immédiatement et définitivement. Le consentement ne peut être exprimé en dérogation à la volonté de l'intéressé, exprimée conformément aux articles 3 et 4 de la loi n. 219 de 2017 ou, à défaut, par celle des personnes visées à la première phrase du même paragraphe 3.


D'accord, direz-vous ... Les problèmes viennent plus tard, quand on commence à parler de ce qui peut arriver en cas de refus de la vaccination proposée (par la personne concernée ou par le voisin, parent, tuteur, etc.) L'article 4 continue:

Néanmoins, en cas de refus de ce dernier, le directeur médical, ou le directeur médical de l'établissement où la personne est hospitalisée, ou le directeur de santé de l'ASL ou son délégué, peuvent demander, avec recours au juge tutélaire conformément à l'article 3, paragraphe 5 de la loi du 22 décembre 2017, n. 219, être autorisé à effectuer la vaccination de toute façon.


Désolé, mais on parle de la possibilité d'imposer le vaccin même contre la volonté de la personne concernée et de ses représentants ???
Nous vous rappelons que le vaccin contre Covid-19 est un produit expérimental, muni uniquement d'une autorisation «d'urgence», conditionné sur les données qui seront collectées dans les années à venir. Il ne s'agit pas d'une «cure» et ne présente pas à ce jour un profil de sécurité certain et incontestablement établi, de même que son efficacité ou sa durée dans le temps ne sont pas garanties !!!
Mais ce n'est pas tout, malheureusement: le juge tutélaire a bien (pour ainsi dire) 48 heures pour valider ou refuser la validation de la demande de vaccination. Un autre 48h est la limite fixée pour la communication de cette validation ou refus; mais après ces termes, notez ce qui se passe:

9. Une fois que le terme visé au paragraphe 7 s'est écoulé sans que la communication qui y soit faite, le consentement exprimé conformément au paragraphe 5 est considéré comme validé à toutes fins et devient définitivement effectif aux fins de l'administration du vaccin. "




En conclusion, nous voyons un danger très grave surtout pour les personnes âgées hospitalisées dans des maisons de retraite, des hospices, des maisons de repos: non seulement elles ont été privées pendant des mois de la possibilité de se divertir et de recevoir des visites régulières de parents proches; non seulement il avait déjà été décrété qu'il était impossible de demander leur démission pendant l'urgence, mais maintenant ils sont pris comme la cible de «consentements» qui ne le sont pas du tout! Le conjoint, l'enfant, quiconque représente la famille et les proches, même en cas de refus, peuvent faire vacciner leur proche, peut-être même contre leur gré, par décision directe du responsable ou du responsable de la santé, sinon par le responsable. ASL, qui ne connaît peut-être même pas la personne concernée ...


Malheureusement, nous n'avons aucun conseil pour pouvoir vous défendre de cette dérive, autre que de surveiller attentivement, d'être toujours disponible et d'essayer d'obtenir des informations à ce sujet, en contactant également un avocat si des manœuvres peu claires sont suspectées.
Il est très sérieux que nous cherchions un moyen de contourner les volontés de personnes qui, il a été décidé, doivent au contraire être soumises à l'expérimentation, rappelant d'ailleurs la même loi qui aurait dû les protéger.


Nous clôturons avec l'espoir que ce triste chapitre de l'histoire se terminera le plus tôt possible.