ItalienItalian

5G, les risques pour la santé doivent être prévenus. Mais les mots comptent moins que les nombres

5G, les risques pour la santé doivent être prévenus. Mais les mots comptent moins que les nombres
Le moratoire national 5G très fréquenté entre les risques pour la santé et le principe de précaution promu par le5G Stop Alliance et par des parlementaires des affiliations politiques les plus diverses. Des présentateurs d'une grande importance scientifique tels que Olle Johnsson, Annie J. Sasco, Marc Arazi; dans ce contexte prestigieux j'ai eu l'honneur d'ouvrir les œuvres représentant Isde, cadrant le contexte dans lequel la 5G fonctionnera, sans doute contradictoire et confus.

Outre les rapports strictement scientifiques, d'importantes contributions sont venues des associations de patients, du cabinet d'avocats de Turin qui ont obtenu des jugements favorables concernant électrosmog et par les administrateurs locaux. En particulier Franca Biglio, maire de Marsaglia et président de l'Association nationale des petites municipalités d'Italie (Anpci), mène la révolte des premiers citoyens contre la 5G et a dénoncé comment une fois de plus les petites municipalités subissent des choix imposés d'en haut, sans aucune information préalable. Heureusement, il y a un nombre croissant de maires qui, conscients de leur rôle, défendent santé de leurs communautés contre les risques de l'électrosmog et suivre l'exemple de Biglio.

Comme l'a dit avec force Annie Sasco, il ne s'agit pas d'invoquer le principe de précaution, mais celui de prévention, car une importante littérature scientifique certifie que effets biologiques des champs électromagnétiques (Cem) va bien au-delà de la seule action de chauffage aigu, celle sur laquelle se fondent les limites légales. Les vagues de la 5G, en particulier, pénètrent dans la peau jusqu'à 10 mm, avec des effets à la fois locaux (cellules de la peau, terminaisons nerveuses, microcirculation) et systémiques pour la libération de médiateurs inflammatoires.

L’insuffisance des limites en vigueur est également apparue clairement Italie - qui bien que possède une des lois les plus prudentes - qui a des limites à 6 V / m, même si en moyenne sur 24 heures et non plus "à l'heure", mais si vous pensez que jusque dans les années 40, le fond naturel pulsé était égal à 0,0002 , XNUMX V / m l'énorme augmentation de l'enchevêtrement est bien comprise électromagnétique à laquelle nous sommes tous exposés.

Le Comité européen des risques radiologiques (Ecrr), prenant en compte les études publiées en 2018 par Programme national de toxicologie (Ntp) et deInstitut Ramazzini, a récemment proposé d’adopter également RF des limites qui - comme pour les rayonnements ionisants - tiennent compte de l'effet cumulatif et adoptent des facteurs correctifs liés à la fréquence, à l'âge et au type de personnes exposées. À cet égard, il existe une véritable "schizophrénie" car, par exemple, d'une part, Conseil de l'Europe recommande aux États membres fixer des seuils préventifs qui ne dépassent pas 0,6 V / m et réduisent cette valeur à 0,2; de l'autre Commission européenne recommande la commercialisation à grande échelle de la 5G, qui devrait augmenter les limites à 61 V / m.

Si l'on ajoute qu'il n'existe actuellement aucun instrument capable de mesurer les champs électromagnétiques générés par la 5G, que les agences de protection de l'environnement n'ont que des modèles théoriques à valider dans la pratique et que la législation actuelle est entièrement inadéquat et non préparé à réguler les scénarios générés par la 5G, comment sera-t-il possible d'établir si les limites sont dépassées, s'il n'y a même pas la possibilité de prendre des mesures?

En ce qui concerne les risques pour la santé déjà mis en évidence dans les articles précédents, je rapporte la contribution de Olle Johnsson sur leaugmentation des bactéries exposées au téléphone cellulaire e Wi-Fi de la résistance aux antibiotiques, un problème omniprésent qui suscite d'énormes inquiétudes.

Marc Arazi est le médecin français qui dénoncé le scandale Phone Gate et a mis en évidence la tromperie à laquelle les consommateurs ont été exposés avec l'utilisation de téléphones mobiles qui 9 fois sur 10 ont dépassé les limites établies.

Enfin, l'intervention du prof. Annie J. Sasco, épidémiologiste qui a travaillé pour Iarc pendant 22 ans et qui a notamment évoqué les risques d'exposition des enfants aux mobile, un problème complètement ignoré en 2011 par CIRC qui a classé les radiofréquences "2B" (cancérogènes possibles). En tant qu'épidémiologiste expert, Sasco a déclaré que dans les études épidémiologiques, il ne fallait pas considérer les mots (trop souvent rassurants) avec lesquels les résultats des études sont rapportés, mais les résultats numériques, indiquant par exemple que s'ils avaient été disponibles les résultats de Cefalo - étude réalisée pour évaluer le risque de cancer du cerveau chez les enfants et les adolescents par rapport au téléphone portable et a abouti à des conclusions rassurantes - l'Iarc aurait classé les radiofréquences au niveau I (cancérigène) et non 2B. En regardant les chiffres et les tableaux de Céphale, en fait, les risques négligés par les auteurs émergent, mais prouvé par d'autres.

Mais une autre question particulièrement inquiétante a été soulevée par Sasco Mobi-enfants, étude réalisée dans 14 pays, dont l'Italie (Université de Turin) qui a examiné les tumeurs cérébrales entre 10 et 24 ans en relation avec l'utilisation des téléphones portables. L'étude, financée par des fonds publics européens, a analysé 898 cas entre 2010 et 2015 et 1912 contrôles sains. Le 13 janvier 2017, les données ont été transmises à la Commission européenne, mais après trois ans, il n'y a toujours pas de publication des résultats, même partielle. Comment est-ce possible? Des résultats "inconfortables" sont-ils apparus que vous préférez ne pas diffuser? Sasco a réitéré avec force qu'il est nécessaire d'avoir des résultats Mobi-kids immédiatement "parce que nous parlons de nos enfants et aussi de notre argent, car des fonds publics ont été utilisés"!

Ce silence est inacceptable et chaque pays devrait s'efforcer de connaître au moins les résultats de son pays. J'espère que cet appel sera accepté car avant d'exposer les enfants aux nouveaux risques de la 5G, il est urgent de savoir ce qui leur arrive avec l'utilisation de plus en plus fréquente des téléphones portables par les jeunes et les enfants.


source: https://www.ilfattoquotidiano.it/2019/11/14/5g-i-rischi-per-la-salute-richiedono-prevenzione-ma-le-parole-contano-meno-dei-numeri/5561877/
image

Newsletter

N'oubliez pas de confirmer votre abonnement avec le lien que vous trouverez dans les e-mails que nous vous avons envoyés

0
Actions