Aifa, le conflit d'intérêts pour Pecorelli a confirmé. Maintenant, il attend Lorenzin. L'affaire au parquet, l'affaire Pani-Ema

Aifa, le conflit d'intérêts pour Pecorelli a confirmé. Maintenant, il attend Lorenzin. L'affaire au parquet, l'affaire Pani-Ema

"Lorsque la décision sera officielle - a ajouté Pecorelli - la documentation sera envoyée au ministre de la Santé qui prendra ses propres décisions". Ce sont les tout derniers événements sur le dossier Aifa. Où il semble que de longs couteaux soient consommés la nuit. Les décisions du ministre Lorenzin sont désormais attendues.

Le mélangeur Aifa. Ce qui a déjà été appelé la "nuit des longs couteaux" n'a pas encore pris fin à Aifa, maintenant sans aucun abri d'un ventilateur qui ne cesse de tourner. Avec un président suspendu et un directeur général qui lui sont demandés 700 mille euros. Le premier, le professeur Sergio Pecorelli, accusé par la commission interne (dirigée par la dg) de l'agence italienne du médicament pour un prétendu conflit d'intérêts. Le second, Luca Pani, accusé à son tour par les commissaires aux comptes de l'AIFA. Il semble le plus classique "tous contre tous", avec l'effet et le risque d'une paralysie pour une Autorité cruciale pour le monde de la pharmacie italienne (et pas seulement), qui opère à une table qui vaut globalement 30 à 32 milliards . Ce ne sont pas des miettes. Et c'est pourquoi ils exigent un maximum de transparence, à part la femme de Cesare.

Pecorelli: Procuration sur le terrain. Pendant ce temps, attendant (probablement entre demain et vendredi) les décisions de la ministre Beatrice Lorenzin sur l'affaire Pecorelli, même aujourd'hui les nouvelles ne manquent pas. Allons dans l'ordre. Pour commencer, du président en ce moment "au repos" de ses fonctions. Un président qui n'a certainement pas l'intention d'aider ce qui se passe en tant que simple spectateur. Et plutôt qu'il se défend avec une épée tirée. Le procureur de Rome, dirigé par Giuseppe Pignatone, aurait ouvert un dossier sur l'histoire: le résultat non d'une condamnation au fond, mais d'un acte dû aux informations diffusées. Bref, pas de jugement, encore moins de résumé. Mais un signal d'attention. Le jugement, cependant, est attendu du ministère de la Santé, qui doit recueillir et passer au crible pendant ces heures également les documents et les preuves à disculper annoncés et fournis par le professeur Pecorelli.

Pani: cette mission à Ema. La deuxième partie de l'affaire Aifa concerne Luca Pani de Cagliari. Les auditeurs ont contesté avoir perçu illégalement, et donc demandé de rembourser, 700 240 euros de plus au cours de ces années au-dessus du plafond de XNUMX XNUMX euros de son contrat de gestionnaire public. La somme se réfère aux honoraires perçus par le directeur général de l'AIFA pour son rôle au sein d'Ema, en tant que membre de l'organisme technico-scientifique qui évalue la commercialisation des médicaments, et du conseil d'administration d'Ema lui-même. Cession de contrat supplémentaire, apparemment bien rémunérée. Ce qui a déclenché l'accusation de contributions illégitimes parmi les auditeurs. Rien à voir avec un conflit d'intérêts, bref, mais toujours un fait à régler de la tête. Des faits connus depuis quelque temps dans l'environnement de l'Aifa et au-delà, et qu'à Aifa, ils n'avaient jamais été abordés auparavant avec la moindre interrogation, même par quelqu'un, mais que maintenant, après l'affaire Pecorelli, ont immédiatement explosé à nouveau. Il faut dire que l'illégitimité doit être pleinement prouvée. Comme nous pensons maintenant que nous le faisons définitivement. Sans laisser plus de voiles ou quelque chose d'exceptionnel, nous espérons la bonne et bonne réputation de tous. Pour Pani et Pecorelli, c'est évident.

Ce qui affecte le Pharma. Mais dans tout cela, il y a le monde entier de la drogue dans la tourmente, car le tremblement de terre à Aifa n'est certainement pas bon pour les entreprises elles-mêmes. En effet. La planification des investissements et des activités nécessite des certitudes. Et donc ce n'est pas facile. Le fait est qu'en ces jours, et en ce moment, de nombreux autres événements se chevauchent. Affaire Avastin-Lucentis: le Conseil d'Etat devra se prononcer demain sur la confirmation ou non de la maxi amende infligée par l'Autorité Antitrust à Roche et Novartis. Puis l'histoire de la transformation - décidée par l'Aifa - du remboursement en notes de crédit pour les remboursements dus à l'asl pour les médicaments anti-hépatite C Harvoni et Sovaldi, par Gilead. Ce qui selon le M5S, auteur d'un rapport à l'Autorité Antitrust, causerait un préjudice à la concurrence: pour cette raison les grillini demandent à Lorenzin des mots clairs. Histoires et accusations à essayer. Chez un fan qui ne semble pas vouloir s'arrêter de tourner, à tel point que la méfiance n'est jamais mauvaise. Mais sans fermer les yeux. Et en attendant, cela peut créer de l'embarras pour beaucoup.


source: http://www.sanita24.ilsole24ore.com/art/dal-governo/2015-12-02/-aifa-aspettando-decisioni-lorenzin-caso-pecorelli-va-procura-e-quello-pani-che-nasce-ema-170505.php?uuid=ACEeumlB