Affaire Avastin-Lucentis, les dirigeants de l'agence italienne du médicament enquêtés par la Cour des comptes pour un préjudice fiscal de 200 millions d'euros

Affaire Avastin-Lucentis, les dirigeants de l'agence italienne du médicament enquêtés par la Cour des comptes pour un préjudice fiscal de 200 millions d'euros

Le premier, beaucoup moins cher, n'a été inclus dans les produits remboursables qu'en 2014 et une série de "limitations injustifiées" ont été imposées à son utilisation au moins jusqu'en 2017. En 2014, l'autorité antitrust a infligé une amende aux deux fabricants de produits pharmaceutiques - Roche et Novartis - avec une amende de plus de 180 millions pour avoir créé une sorte d'entente visant à favoriser Lucentis, qui a coûté 900 euros par injection

Ils auraient imposé des restrictions sur prescription de un médicament moins cher,Avastin, pour guérir certains maladies oculaires. préférant plutôt un autre médicament, il Lucentis, qui coûte chaque dose entre 600 et 730 euros de plus. Avec des dommages au Trésor de 200 millions, égal aux coûts plus élevés supportés par le National Health Service. C’est l’accusation contestée par certains membres de l’AIFA,Agence italienne du médicament, y compris les gestionnaires et les membres temporaires de la Commission scientifique et technique consultative. La Guardia di Finanza informe les parties impliquées dans l'enquête sur la Cour des comptes du Latium une invitation à déduire.

Les enquêtes menées par les financiers de la Unité de police économique et financière de Rome, coordonné par le procureur régional du Cour des comptes Andrea Lupi et le procureur adjoint Massimo Perin, auraient permis de savoir qui étaient les deux drogues équivalent thérapeutique, comme le démontre une série d'études comparatives. Mais malgré cela, le premier n'a pas été inclus dans les produits rachetable par le National Health Service jusqu'en 2014 et une série de "limitations injustifiées" ont été imposées à son utilisation au moins jusqu'en 2017, entraînant une augmentation des dépenses de l'État. Le total de 200 millions, dit le Gdf, a été atteint en calculant la différence de prix entre les médicaments - entre 600 et 730 euros par dose unique - par rapport au nombre de traitements qui ont été faites avec Lucentis au lieu d'Avastin. Les responsables de l'AIFA et les membres de la commission scientifique technique de l'Agence disposent désormais de 60 jours pour soumettre leur version à la Cour des comptes.

La vente des deux médicaments aAutorité de la concurrence et du marché: en fait, dans le 2014 l'Autorité a les deux fabricants de produits pharmaceutiques - Roche et Novartis sont condamnés à une amende - avec une pénalité de plus de 180 millions d'euros pour la création d'une sorte de "cartel", décider d'une différenciation des produits réellement artificielle. "Les deux groupes ont illégalement accepté d'entraver la propagation de l'utilisation d'un médicament très bon marché, Avastin, dans le traitement des pathologie de la vision plus courante chez les personnes âgées et autres maladies oculaires graves, au profit d'un produit beaucoup plus cher, Lucentis, différenciant artificiellement les deux produits. Pour le système national de santé, l'accord a entraîné des dépenses supplémentaires estimées à plus de 45 millions d'euros pour la seule année 2012, avec des coûts futurs potentiellement plus élevés pouvant atteindre plus de 600 millions d'euros par an ", a écrit l'Autorité en 2014, ajoutant: le comportement des entreprises trouve leur explication économique dans les relations entre les groupes Roche et Novartis: Roche a en effet intérêt à augmenter les ventes de Lucentis car à travers sa filiale Genentech - qui a développé les deux médicaments - devient pertinent pour eux redevance de Novartis. Cette dernière, pour sa part, en plus de profiter de l'augmentation des ventes de Lucentis, détient une participation importante dans Roche, supérieure à 30% ". La sanction antitrust a été récemment confirmée par une condamnation du Conseil d'État, qui a rejeté l'appel des deux sociétés pharmaceutiques, les condamnant également aux dépens.


source: https://www.ilfattoquotidiano.it/2019/11/14/caso-avastin-lucentis-dirigenti-dellagenzia-italiana-del-farmaco-indagati-dalla-corte-dei-conti-per-danno-erariale-da-200-milioni/5563240/