Depakine et Sanofi accusés de "tromperie aggravée" et de "blessures involontaires"

Depakine et Sanofi accusés de "tromperie aggravée" et de "blessures involontaires"

Le groupe pharmaceutique français Sanofi a annoncé son inculpation pour "tromperie aggravée" et "blessure involontaire" dans le cas de la commercialisation de l'antiépileptique Depakin, à l'issue d'une enquête ouverte en septembre 2016. La molécule de base, la valproate de sodium, est commercialisé depuis 1967 sous la marque Depakin par Sanofi, mais aussi avec des marques génériques et est également prescrit pour le trouble bipolaire mais présente un risque élevé de lésion fœtale s'il est pris par une femme enceinte.

L'enquête visait à établir s'il y avait eu un responsabilité de la société pharmaceutique consistant à garder le silence sur les dommages que la Depakine prenant pendant la grossesse pourrait entraîner. L'enquête fait suite à une procédure engagée en mai 2016 à l'initiative de l'Association pour l'aide aux parents d'enfants atteints du syndrome anticonvulsivant (Apesac), qui représente 4.000 personnes, dont la moitié sont des enfants malades.

"Il s'agit d'un renversement du dossier", a-t-il déclaré. Me Charles Joseph-Oudin, Avocat d'Apesac, contacté par l'Agence France-Presse (AFP). "Sanofi est aux prises avec une position de déni de responsabilité de plus en plus difficile à maintenir", a ajouté l'avocat. Selon lui, une quarantaine de personnes ont déposé une plainte pénale dans cette affaire "d'une extrême gravité et qui touche en réalité des milliers de victimes".

Le groupe pharmaceutique prétend, pour sa part, avoir a toujours rempli ses obligations d'information et d'avoir averti les autorités sanitaires depuis le début des années 80 des risques de malformation fœtale et à partir de 2003 des risques de développement neurologique, mais sans réaction immédiate des autorités.

Depakine et ses dérivés ont provoqué de graves malformations congénitales de 2.150 à 4.100 enfants depuis 1967, selon une évaluation de l'Agence française de sécurité des médicaments.


source: https://ilsalvagente.it/2020/02/04/depakine-sanofi-accusata-di-inganno-aggravato-e-lesioni-involontarie/