À l'hôpital tous les 3 jours, un nouveau-né est victime d'une faute médicale

À l'hôpital tous les 3 jours, un nouveau-né est victime d'une faute médicale

La dernière photographie qui affecte l'état dramatique des enfants dans les hôpitaux a été prise par AmTrust una società «assicurativa di riferimento in Italia per professionisti e piccole medie imprese».  Stiamo parlando di una delle principali assicurazioni attive nel campo della medicina.

Dans un Communiqué de presse du 23 octobre 2018, AmTrust, la società assicurativa di riferimento in Italia per professionisti del campo sanitario, ha presentato i risultati dell’«Observatoire Baby Case 2018». La photographie qu'il a montrée était incroyable.

L'analyse a été réalisée sur plus de 900 cas survenus et signalés entre 2010 et 2017 au sein de 138 structures du NHS assurées par la Société. Si 7 cas de faute médicale ont été signalés en 900 ans, cela signifie, comme cela a été dit au début, que tous les 3 jours 1 enfant souffre de dommages!

Malheureusement, les données ont été sous-estimées, car AmTrust n'a pu enregistrer et évidemment suivre que les cas signalés et uniquement ceux des structures qu'ils assuraient. Et tous les autres? Par exemple, des dommages non signalés? Les parents n'ont pas toujours la force de réagir en demandant justice; en tenant compte - explique toujours AmTrust - que la plupart des plaintes arrivent plusieurs années après la naissance!

Et les dégâts qui se sont produits dans d'autres structures? Le ministère de la Santé répertorie 1386 abris publics et privés en Italie ...

La situation est alarmante mais, heureusement, elle adoucit un peu, selon les chiffres de 2018 qui révèlent une légère baisse, un revirement.

Très heureux de cette tendance à la baisse, mais nous ne pouvons pas déterminer si elle est due à une nette et soudaine amélioration des conditions hospitalières, ou peut-être aux effets psychologiques néfastes induits par la Loi de Lorenzin (L.119 / 2017 sur l'obligation de vaccination), ce qui a énormément accru la pression à la fois sur la classe médicale et sur les parents, ce qui fait qu'aucune blouse blanche ne risque de parler mal des vaccins (et encore moins de l'associer à des dommages), et peut-être ayant également le même résultat sur les rapports de faute professionnelle médicale!

Aujourd'hui, par exemple, nous lisons qu'en une semaine, jusqu'à 4 bébés sont morts dans le même hôpital de Brescia.

Evidemment la gestion de la santé exclut l'existence d'un lien entre les épisodes. Le primaire du centre Gaetano Chirico déclare: «Ce n'est pas une épidémie, il n'y a pas d'épidémie, le risque est de générer des peurs et des alarmes infondées». Ce sera certainement comme il le dit, mais étrangement tous les nourrissons ont été hospitalisés dans la même unité de soins intensifs ...

Aussi parce que le même service avait été fermé l'été dernier après la mort d'un nouveau-né d'une infection causée par un mystérieux germe.

Mais rappelez-vous que le problème national est la rougeole et ceux qui ne se font pas vacciner!


source: