Santé, président suspendu de l'AIFA: "Il siège au conseil d'administration des fondations qui financent les sociétés pharmaceutiques"

Santé, président suspendu de l'AIFA: "Il siège au conseil d'administration des fondations qui financent les sociétés pharmaceutiques"
(Temps de lecture: 2-4 minutes)

Le directeur général de l'agence pharmaceutique italienne a gelé le rôle de Sergio Pecorelli, qui a déjà fait savoir qu'il ne voulait pas démissionner, se déclarant étranger à toute accusation. Les cartes ont été envoyées à la ministre de la Santé, Beatrice Lorenzin

Un conflit d'intérêts du plus haut niveau qui "n'autorise aucun type d'activité" au sein de l'agence gouvernementale qui réglemente les drogues en Italie. Avec cette motivation, le président du conseilAIFA, l'agence italienne du médicament, Sergio Pecorelli, a été suspendu de ses fonctions par décret du directeur général de l'agence, Luca Pani. Le professeur Pecorelli, qui est en même temps recteur deUniversité de Brescia, membre du conseil d'administration de l'Institut supérieur de la santé et de nombreuses sociétés médicales et scientifiques nationales et internationales, selon les résultats d'une enquête interne, serait porteur d'un conflit d'intérêts "Level 3" pour sa participation à plusieurs fondations et des fonds d'investissement financement les industries pharmaceutiques par des millionnaires. Les documents auraient été envoyés au ministre de la Santé Beatrice Lorenzin, qui s'est réservé le droit de décider de la déchéance de la mission "dès la fin des enquêtes des services juridiques du ministère", tandis que Sergio Pecorelli a déjà fait savoir qu'il ne voulait pas démissionner ("Seuls ceux qui se sentent coupables doivent démissionner", a-t-il expliqué) et s'est déclaré étranger à toute accusation.

L'enquête interne menée par l'agence gouvernementale, menée par une commission présidée par la DG AIFA, porterait sur certains participations du président Pecorelli dans des sociétés opérant dans le domaine médico-pharmaceutique qui n'auraient pas été signalées dans la "déclaration d'intérêt publique" signée par Pecorelli en dernier 6 Octobre. En particulier, le professeur Pecorelli aurait tenu jusqu'à il y a quelques jours - une circonstance constatée en consultant l'historique des modifications apportées au site Web principiasgr.it - en tant que conseiller des fonds d'investissement "Principia SGR«Capable d'investir des centaines de millions d'euros dans divers secteurs, y compris le domaine médical et pharmaceutique à travers le fonds »Principia III - Santé« (Le portefeuille d'au moins 160 millions en euros). Le fonds s'occupe des «investissements en capital-risque et de croissance dans le secteur de la santé», s'intéressant entre autres à la «biotechnologie pharmaceutique», un détail qui semblerait entrer en conflit précisément avec le rôle du président de l'agence de régulation du médicament enrobé par Pecorelli, qui précise mais à cet égard avait pas « compensation de quelque nature que jamais signé » contrats et perçu.

L’examen de la commission semble également être son rôle de fondateur de Fondation santé, association dans le domaine médico-pharmaceutique (dont Pecorelli était président il y a quelques mois) qui s'occupe du "développement de la recherche scientifique, de l'éducation, de l'information et de l'assistance pour la santé physique et mentale des personnes, la sociale et l'environnement « et la » promotion de modes de vie sains ». La fondation aurait des relations avec des sociétés pharmaceutiques et des clubs sportifs. Un autre point dans la ligne de mire des commissaires de l'agence serait alors le poste occupé par Pecorelli en tant que président de la fondation "Lorenzini", Qui traite de" la réalisation, la promotion et la diffusion d'études et de recherches dans le domaine pharmacologique ".

Maintenant, les cartes auraient l'attention des ministères de la Garde Economie et des Finances. Le professeur Sergio Pecorelli, au cours des derniers mois, s'est également retrouvé au centre de la controverse pour l'embauche d'ex-secrétaire Mariastella Gelmini, Elisa Gregorini, Son collaborateur Agence du médicament, en tant que secrétaire à l'Université de Brescia, Université dont il est en même temps recteur. Une histoire racontée par IlFattoQuotidiano.it sur lequel le procureur de Brescia enquête sur l'hypothèse d'abus de pouvoir.


source: