Commission parlementaire "Uranium appauvri"

Commission parlementaire "Uranium appauvri"

ads_commissione_uranio.jpg

Une minute de silence ...

Une prémisse nécessaire doit être faite: la Commission d'enquête parlementaire "Uranium appauvri" n'est pas née sur la sensibilité particulière des dirigeants italiens mais est née en 2015 à la suite d'un nombre remarquable de cas de soldats italiens atteints de maladies auto-immunes ou néoplasiques ou décédées.
Parmi eux, nous ne mentionnons qu'un seul des 2800 cas dans lesquels le Ministère de la défense et de la santé a été impliqué dans des blessures ou des décès dus à l'administration trop étroite et massive de vaccins.

Francesco Rinaldelli, caporal-chef de l'armée italienne, alpin de Potenza Picena. Décédé en 2008 à l'âge de 25 ans. (Arrêt du tribunal administratif de Friuli Venezia-Giulia)

imm_commissione_uranio_relazione_francesco_rinaldelli.jpg

Commission parlementaire "Uranium appauvri"

Certaines des questions que nous posons depuis 25 ans et qui ont finalement trouvé une réponse parlementaire:

(Lien vers le rapport final)

Les vaccins sont-ils sûrs pour nos enfants?

La sécurité des vaccinations s'avère être une certitude nécessaire et fondamentale pour quiconque souhaite vacciner ou vacciner son enfant, notamment dans les situations d'obligation. Il n'y a pas d'études confirmant l'innocuité des vaccins1.
La Commission a identifié plusieurs problèmes qui remettent sérieusement en question l'innocuité effective de tout vaccin approuvé à des fins militaires et civiles (ce sont les mêmes vaccins) sur le territoire italien, déjà uniquement s'ils sont inoculés individuellement.2.
La sécurité des vaccins administrés simultanément ou sans attendre les délais d'élimination des adjuvants, des excipients et des contaminants, entraîne une augmentation exponentielle des risques liés à la vaccination3-4-5. La sécurité de plusieurs vaccins, contrairement à ce qui a été affirmé à ce jour par la classe "médico-politique", a été remise en cause par la commission, allant même jusqu'à demander de n'adopter que des vaccins monovalents.6-7.
Toute forme de risque liée à la pratique médicale obligatoire, en particulier si elle est exercée sur des enfants en bonne santé, ne peut et ne doit pas être cachée, dissimulée ou minimisée, comme c'est la pratique suivie quotidiennement par l'État, les institutions et le personnel médical endoctriné.

Existe-t-il des tests de pré-vaccination pour prévenir les effets indésirables?

Existe-t-il un moyen de prévenir une réaction indésirable grave et modérée chez un enfant en bonne santé?8-9-10À ce jour, des réponses négatives ont plu, soutenues par rien et décidées arbitrairement11-12-13 par ceux qui voulaient à tout prix mettre nos familles dans une situation critique et inconfortable, à plusieurs égards. La Commission a noté l'importance des tests cliniques de pré-vaccination au point de suggérer l'exclusion du recrutement14 des sujets qui ne réussissent pas ces tests, soulignant l'insuffisance du formulaire d'antécédents médicaux et du consentement éclairé rempli par les militaires lors de l'administration de la vaccination, estimant que la simple compilation du formulaire ne peut être considérée comme un substitut aux contrôles de santé exigés par les entreprises de fabrication des vaccins.
Par conséquent, il est raisonnable de penser qu'une histoire de 3 mois d'un bébé, basée principalement sur la connaissance possible des maladies auto-immunes, des dépressions immunitaires ou de toute pathologie qui pourrait être un facteur de risque pour la vaccination, est loin d'être suffisante15.
Mais, fondamentalement, les tests de pré-vaccination proposés par les laboratoires pharmaceutiques, pour notre gouvernement et pour la plupart de ses représentants, n'existent pas.

Y a-t-il des réactions indésirables graves aux vaccins?

La commission note ce que nous crions tous depuis des années. La réponse la plus honnête que les institutions devraient donner est: "nous ne savons pas parce que nous ne surveillons pas"16-17-18 et pas seulement "nous gênons les signalements spontanés dans tous les sens".
Il y a trop de cas de familles dévastées par un événement indésirable grave après la vaccination19-20-21 et tout le monde n'a pas reconnu les dommages causés à leurs enfants. Pour ces familles, ce n'est pas seulement une reconnaissance économique vénielle, bien qu'utile dans diverses situations, mais la reconnaissance de la vérité et de la justice; l'admission de culpabilité par une classe médicale et politique qui nie les preuves.
Beaucoup de ces familles n'avaient pas été suffisamment informées du risque / bénéfice de la pratique de la vaccination par leur pédiatre ou même par le médecin responsable de la vaccination. Les informations sont récupérées sur Internet et dans les livres, bien sûr! Mais c'est une responsabilité de l'Ordre des Médecins et une tâche spécifique de tout Médecin qui se définit comme tel, de s'assurer que son patient soit au moins conscient des risques qu'il court en se soumettant à une pratique médicale.
Le problème est beaucoup plus grave que vous ne le pensez. La Commission a souligné la tendance à surveiller les effets indésirables dans un délai très court après la vaccination22, associant à cette raison la fréquence plus élevée des effets indésirables immédiats par rapport aux pathologies à plus long terme qui sont donc rares, déclarant sans équivoque que les effets indésirables non aigus, mais pas pour cette raison non graves, sont significativement sous-estimés.
Il n'est pas acceptable que dans un État qui se définit comme civilisé, les droits humains soient refusés. Pas tant pour une obligation qui porte atteinte à la liberté de l'individu, que pour le manque de reconnaissance et le manque de soutien des personnes qui ont développé des maladies graves suite à une pratique fortement recommandée et, aujourd'hui encore, obligatoire.

Le nombre de vaccins administrés affecte-t-il la santé de nos enfants?

Ils nous ont imposé au moins 9 vaccins pour que nos enfants soient admis dans les jardins d'enfants et les crèches, soulignant que la personne vaccinée remplit l'obligation de vaccination ..., normalement et en tout cas dans les limites de la disponibilité du Service National de Santé, avec des vaccins monocomposants ou combinés dans lesquels l'antigène de la maladie infectieuse pour laquelle l'immunisation existe est absent.
Laissant de côté la moquerie selon laquelle les vaccins en formulation monocomposant ne sont pas disponibles et en formulation combinée, ils n'excluent pas toujours la maladie pour laquelle la vaccination naturelle a déjà eu lieu, nous mettons en évidence les dommages.
Ces derniers mois, les médias nous ont dit et répété qu'il n'y avait aucun risque qu'un enfant naturellement immunisé soit vacciné contre cette même maladie. La Commission réfute brutalement cette affirmation en déclarant que:
"... pour assurer la sécurité de l'administration des vaccins, en vue d'éliminer ou au moins de réduire au maximum le risque d'effets négatifs à la suite de l'utilisation de vaccins à doses multiples, recommande l'utilisation de vaccins à dose unique, compte tenu de la possibilité concrète que le l'armée, étant donné l'âge adulte, est déjà immunisée contre certains antigènes contenus dans les vaccins à doses multiples. "
"Une attention particulière est toujours recommandée pour les antécédents de vaccination et les tests jugés nécessaires dans les cas douteux ou pour toute vaccination antérieure."
Pour nos enfants, non seulement il n'y a aucune possibilité de trouver des vaccins à un seul composant, mais il n'y a pas non plus la possibilité de se faire prescrire des tests d'anticorps pour vérifier la vaccination précédente.

Le vaccin peut-il provoquer l'autisme?

Compte tenu de la question délicate, nous pensons qu'il est juste de rapporter simplement ce qui a été écrit par la Commission et de laisser les conclusions à l'individu:
Des études scientifiques ont montré les effets neurotoxiques de l'aluminium27 en quantités beaucoup plus faibles que celles énumérées ci-dessus. À cet égard, veuillez vous reporter à l'étude suivante publiée dans le Journal of Toxicol 2014; 2014: 491316. Doi: 10.1155 / 2014/491316. Publication en ligne du 2014 octobre 2, intitulée «Entropie induite par l'aluminium dans les systèmes biologiques: implications pour les maladies neurologiques» par Shaw CA à d'autres. L'étude montre également que: «L'aluminium forme des complexes toxiques avec d'autres éléments, tels que le fluor, et interagit négativement avec le mercure, le plomb et le glyphosate. Al a un impact négatif sur le système nerveux central chez toutes les espèces étudiées, y compris les humains. AL a un impact négatif sur le système nerveux central chez toutes les espèces qui ont été étudiées, y compris les humains. " Par ailleurs, conformément aux conclusions de la commission à la lecture des dossiers fournis par les laboratoires pharmaceutiques, il précise que les humains sont de plus en plus exposés à l'aluminium provenant de diverses sources dont les vaccins. Nous nous référons également à l'étude publiée dans le Journal of Trace Elements in Medicine and Biology au volume 46, en mars 2018, aux pages 76-82, intitulée: "Aluminium in brain fabric in autism" par Matthew Molda, Dorcas Umar, Andrew Kingc, Christopher Exley28, concernant la présence d'aluminium dans le tissu cérébral des enfants souffrant de maladies neurologiques. L'étude a révélé que "... La teneur en aluminium du tissu cérébral chez les sujets autistes était constamment élevée. La teneur moyenne en aluminium (écart type) sur les 5 individus pour chaque lobe était de 3,82 (5,42), 2,30 (2,00), 2,79 (4,05) et 3,82 ( 5,17) μg / g de poids sec pour les lobes occipital, frontal, temporal et pariétal respectivement. Ce sont certaines des valeurs les plus élevées pour l'aluminium dans le tissu cérébral humain [jusqu'à présent] enregistrées et on doit se demander pourquoi, par exemple, la teneur en aluminium du lobe occipital d'un enfant de 15 ans serait de 8,74 (11,59) μg / g de poids sec .... ". Bien que la Commission soit consciente du fait que les effets indésirables diffèrent entre les adultes et les enfants, elle considère qu'il convient de ne pas sous-estimer la quantité totale d'aluminium administrée aux militaires dans l'ensemble de la prophylaxie vaccinale, car chez les adultes le plus grand degré de développement des systèmes immunitaire et nerveux au moment de la vaccination et des formes possibles d'auto-immunité physiologique, ils peuvent favoriser l'induction de réactions de type lymphoprolifératives et de maladies auto-immunes, comme le montre la liste des effets indésirables, des effets indésirables et des contre-indications, contenue dans les fiches techniques préparées par les laboratoires pharmaceutiques.
Étant donné que de nombreux vaccins utilisés sont produits avec des cultures de cellules et d'animaux (embryons de poulet) ou humains (tissus fœtaux, lignées cellulaires) et tissus, cette contamination pose de graves risques pour la santé humaine, car elle pourrait être responsable de réactions auto-immunes contre l'ADN. humaine. En particulier, il convient de rappeler l'étude du thiole "Relation épidémiologique et moléculaire entre la fabrication de vaccins et la prévalence du trouble du spectre de l'autisme" par Deisher TA, et al. Issues Law Med. 2015, dans les conclusions de laquelle nous lisons: «Les vaccins produits dans des lignées cellulaires fœtales humaines contiennent des niveaux inacceptables de contaminants de fragments d'ADN fœtal. Le génome humain contient naturellement des régions sensibles à la formation de cassures double brin et à la mutagenèse insertionnelle de l'ADN. Le "choc de Wakefield" a créé une expérience naturelle qui peut démontrer une relation causale entre les vaccins fabriqués à partir de lignées cellulaires fœtales et la prévalence des TSA "36. La Commission note que l'étude est le résultat d'une analyse en laboratoire effectuée sur un vaccin inclus dans la liste des documents fournis par l'AIFA, mais dans laquelle aucune mention n'est faite de cette composante.

En conclusion

Parmi les différentes pages du rapport, qui mérite la lecture complète de l'annexe 1, il y a des dissimulations, de mauvaises pratiques médicales, un manque total ou partiel de bon sens dans la pratique de la vaccination. Ce qui laisse le plus consterné, c'est l'absence totale de communication des médias de masse, sauf dans de très rares cas, de la publication du rapport final et de son contenu, omettant effectivement la partie relative aux vaccinations.

Les questions que Corvelva et les parents vénitiens se posent depuis 25 ans sont les mêmes que se sont posées les membres de la Commission. Nous espérons ne pas avoir à attendre encore 25 ans pour appliquer le PRINCIPE DE PRÉCAUTION.

Références

  1. «Les vaccins individuels administrés aux militaires, dont nous nous souvenons être les mêmes autorisés par l'AIFA pour le secteur civil, contiennent des adjuvants, des conservateurs et des contaminants, dans les limites des autorisations de commercialisation individuelle. Lorsqu'un médicament est autorisé, il est considéré individuellement et les paramètres, ainsi que les critères, pour déterminer le seuil au-delà duquel un composant devient toxique, sont déterminés par le fait que le médicament est pris seul. Cependant, dans le cas présent, nous sommes confrontés à l'administration d'un calendrier vaccinal pour la prophylaxie obligatoire, et non à une seule vaccination, donc les médicaments et leurs composants s'additionnent. La vérification que cette somme respecte toujours les seuils du vaccin individuel est fondamentale, car si ce n'était pas le cas, les militaires seraient exposés à des risques inutiles d'immunosuppression et de réactions indésirables (causés précisément par les composants étrangers du principe actif et par le principe actif lui-même) »(Page 156)
  2. «D'après les calculs effectués par la Commission, il ressort qu'à la fin de la prophylaxie vaccinale, la quantité de contaminants prélevée (calculée en adjuvants + contaminants + excipients) est comprise entre 8,32 et 8,42 g environ. Cependant, cette valeur est sous-estimée car les contaminants biologiques - c'est-à-dire les virus, les bactéries, les mycoplasmes et les mycobactéries, ainsi que l'ADN humain fœtal et l'ADN animal - qui proviennent des tissus de culture vaccinale n'ont pas été testés34. À cet égard, dans l'article déjà dans les documents de la Commission (Nouvelles enquêtes de contrôle de la qualité sur les vaccins: micro et nanocontamination), il y a une photo de la contamination d'un vaccin avec des cellules humaines / animales du tissu de culture "(page 164)
  3. "(...) la quantité cumulée des différents composants des vaccins dépasse la limite autorisée pour l'autorisation de mise sur le marché du vaccin individuel (...)" (page 152)
  4. "À la lumière de ce qui est ressorti des documents, la Commission estime qu'il est nécessaire d'utiliser des vaccins plus purifiés, de sorte que la limite des composants en quantités cumulées tombe dans la limite autorisée pour le composant individuel de chaque vaccin, dans les termes dans lesquels les études prodromiques aux AMM les ont reconnues comme non dangereuses pour la santé "(page 153)
  5. «De l'analyse des prospectus, il ressort que les vaccins qui ont une teneur élevée en composants en termes quantitatifs, mais aussi en divers composants étrangers, présentent plus d'effets indésirables» (page 137).
  6. "La Commission a constaté que la prescription de vaccins monovalents et monodoses, à l'exception des deux trivalents MPR et TDP, semble être respectée. Pour les raisons déjà exposées dans le rapport intérimaire, et rappelées dans les paragraphes ci-dessus, l'apport unidose de ces deux derniers est également conforme au principe de précaution "(page 184).
  7. «Comme le montre le tableau ci-dessus, plutôt qu'une évaluation de la tolérabilité de chaque élément individuel, le choix d'effectuer une évaluation globale de la tolérabilité du vaccin à administrer peut être praticable. Cela mettrait également en évidence l'intolérance ou l'hypersensibilité possibles aux allergènes associés les uns aux autres "(page 172)
  8. «Pour confirmer la nécessité d'adopter des précautions contre les effets indésirables, on constate enfin que les laboratoires pharmaceutiques exigent des tests et des vérifications proportionnellement plus importants, plus ils contiennent des composants sans rapport avec le principe actif» (page 184)
  9. "À cette fin, la Commission suggère que le vaccin entier soit pris en compte dans la méthodologie d'évaluation de l'hypersensibilité au lieu du composant individuel afin de vérifier les effets de l'administration du médicament considéré dans son intégralité. L'évaluation de l'hypersensibilité à l'ensemble du médicament pourrait être réalisée par analogie à celle relative aux intolérances alimentaires, en étudiant la réaction lymphocytaire sur le sang des vaccinés, (...) "(page 184)
  10. "Il existe 22 indications pour effectuer des tests de pré-vaccination visant à exclure l'existence d'éventuels états d'immunosuppression, 7 ceux qui nécessitent une évaluation préventive de l'efficacité ou de l'inefficacité du système immunitaire, 3 ceux faisant référence à la nécessité d'exclure les maladies auto-immunes, 9 maladies oncologiques et, pour diverses raisons, 11 qui nécessitent une véritable analyse de l'immunodéficience possible "(page 168)
  11. "(...) l'hypersensibilité indiquée dans les dossiers d'enregistrement et les annexes techniques des vaccins, même si elle n'est envisagée que individuellement, confirme la nécessité d'analyses de pré-vaccination" (page 152)
  12. «Sur tous les vaccins analysés et inclus dans la prophylaxie des vaccins militaires, outre l'ingrédient actif du vaccin, il existe 81 éléments pour lesquels une évaluation de la sensibilité ou de l'allergie est prévue» (page 168)
  13. << Deuxièmement, la Commission insiste sur la nécessité de réduire les risques dus à la procédure d'administration, à condition qu'ils soient confiés à la structure sanitaire nationale et qu'au moment de l'enrôlement, les militaires qui échouent aux tests de pré-vaccination soient exclus. Ces tests doivent détecter tout changement du système immunitaire et hypersensibilité "(page 153)
  14. "En particulier, les sociétés pharmaceutiques demandent l'application de précautions appropriées pour l'utilisation du vaccin et, entre autres, la vérification de l'état de santé du vaccinateur et l'absence des maladies énumérées ci-dessous au moment de la vaccination" (p. 166 et versions ultérieures)
  15. << À la lumière des preuves recueillies, la Commission confirme qu'il existe une association statistiquement significative entre les maladies néoplasiques et lymphoprolifératives et d'autres maladies (par exemple auto-immunes) et l'administration de vaccins conformément à la prophylaxie militaire des vaccins. La Commission considère qu'elle ne peut exclure ce lien. "(P. 154)
  16. «Les effets indésirables indiqués dans les dossiers d'enregistrement et les annexes techniques des vaccins, même s'ils ne sont considérés que individuellement, confirment la nécessité d'une évaluation personnalisée des risques de la prophylaxie vaccinale et la nécessité d'un suivi périodique à long terme de chaque individu vacciné.» (Page 152) )
  17. "Bien que la Commission soit consciente du fait que les effets indésirables diffèrent entre les adultes et les enfants, elle considère qu'il convient de ne pas sous-estimer la quantité totale d'aluminium administrée aux militaires tout au long de la prophylaxie vaccinale, car chez les adultes le plus grand degré de développement du système immunitaire et nerveux au moment de la vaccination, et les formes possibles d'auto-immunité physiologique, peuvent favoriser l'induction de réactions de type lymphoprolifératives et de maladies auto-immunes, comme le montre la liste des effets indésirables, effets indésirables et contre-indications, figurant dans les fiches techniques développées par les laboratoires pharmaceutiques . À cet égard, voir le paragraphe spécifique Effets indésirables, effets indésirables et contre-indications de ce rapport. "(Page 158)
  18. «Comme déjà souligné dans le rapport intérimaire de juillet, la vaccination comporte des risques en termes de problèmes d'immunosuppression, d'hyperimmunisation, d'auto-immunité et d'hypersensibilité. Cette affirmation a été confirmée par l'analyse des documents publics sur les vaccins, tels que les notices d'emballage et les fiches de données (voir point 4.4 du RCP fourni par l'AIFA), comme résumé dans le tableau ci-dessous. "(Page 166)
  19. «De l'analyse des effets indésirables, des effets indésirables et des contre-indications, des informations importantes ont émergé. Au total, les réactions enquêtées se sont élevées à un bon 240, avec une fréquence allant de 10% à la "fréquence inconnue". "(Page 172)
  20. «Il convient également de mentionner que les données transmises par les fabricants mettent en évidence l'indication d'une série de maladies auto-immunes (indiquées en gras et avec un astérisque dans le tableau) comme des effets indésirables ou des réactions indésirables à la vaccination.» (Page 183)
  21. "Il convient de souligner que le suivi des effets indésirables s'effectue dans une période très limitée après la vaccination, c'est pourquoi les effets indésirables immédiats sont beaucoup plus fréquents, alors que les réactions rares sont liées à des pathologies à plus long terme et qui nécessitent un échantillon de population très importante, souvent non atteinte en phase d'AMM. Pour cette raison, les effets indésirables non aigus sont considérablement sous-estimés. "(Pages 183-184)