#IoNonDimentico - Emiliano Rapposelli

Emiliano Rapposelli

#IONONDIMENTICO

ionondimentico_1.jpg

Le 6 novembre 2001, Emiliano Rapposelli est né et le 14 février 2003, il est décédé du vaccin MPR Morupar.

Le 6 novembre 2001 est né Emiliano Rapposelli, un enfant normal dans une famille vénitienne normale. Les parents, tous deux infirmiers, n'avaient aucun doute particulier sur la pratique de la vaccination et avaient, comme beaucoup d'autres familles, soumis le petit Emiliano à la vaccination hexavalente, afin de remplir l'obligation alors de 4 vaccins. Tout s'est déroulé normalement, aucune réaction à la vaccination n'est apparue et Emiliano a continué à grandir calmement comme beaucoup d'autres enfants.
En 2003, après un rappel de l'ASL compétent pour effectuer la vaccination contre la rougeole, la rubéole et les oreillons, les parents se sont tournés vers leur pédiatre et, comme cela se passe aujourd'hui, ils ont été avertis en se retrouvant face au spectre des épidémies. En 2002, en effet - comme le rapporte également le pédiatre d'Emiliano - en Campanie, il y a eu 1.633 7 cas de rougeole au cours des 3 premiers mois, 1 décès parmi les enfants et 22 garçon de XNUMX ans. La famille Rapposelli, absolument pas sceptique quant aux vaccinations, avait écouté l'avis du pédiatre, étant "convaincue" du danger des complications des maladies pour lesquelles elle "protégerait" son fils avec la vaccination et avait fait confiance aux assurances du pédiatre sur «sécurité absolue du vaccin, afin de décider d'effectuer la vaccination, puis facultative, MPR.

Le matin du 14 février 2003, le vaccin MPR Morupar a été inoculé et 9 jours plus tard, le 23 février, Emiliano est décédé dans son lit. De là commence un vrai mur de caoutchouc.

- On nous a dit en détail le moment où les parents ont découvert qu'Emiliano était mort mais, par respect pour le moment de douleur énorme, nous ne rapportons pas cette partie -

- NB. Le vaccin Morupar MPR a été retiré du commerce en 2006, comme on peut le lire dans Communiqué de presse n. 27 publié sur le site de l'AIFA, pour le nombre d'effets indésirables signalés -

Le 14 février 2003, le jour de la vaccination, le père d'Emiliano (qui accompagnait l'enfant) a informé le médecin responsable de la vaccination que l'enfant ne se portait pas bien, avait de la fièvre et de la toux et lui a demandé s'il fallait déplacer la vaccination mais, rassurez-vous, "pas de contre-indications" , en ce qui concerne l'état de santé de l'enfant, ainsi que le manque de temps accordé entre l'anamnèse et l'inoculation (bien moins de 5 minutes) n'ont pas laissé de place ni de temps pour assimiler et réfléchir.

La symptomatologie ultérieure proposée par les médecins, "dans une semaine aura une ligne de fièvre", a eu une expiration parfaite mais une fin tragique.

Quelques jours après sa mort, l'appel téléphonique est arrivé, ce qui a peut-être changé la perspective de la famille Rapposelli, le service d'hygiène a appelé la mère d'Emiliano la rassurant directement sur le résultat de l'autopsie, ce qui a totalement exclu la vaccination comme cause ... L'appel téléphonique a ouvert une nouvelle lacune pour les doutes de la famille Rapposelli.
Corvelva est intervenu immédiatement et le Dr Miedico, contacté et nommé en tant que médecin légiste, cite souvent "le cas Rapposelli" car ce n'est que le cas qui a conduit la famille à s'appuyer sur Corvelva et lui, qui ont demandé à conserver les échantillons de les tissus à analyser en les congelant, et non dans le formaldéhyde comme pratique, car ces derniers, en raison des qualités chimiques spécifiques, auraient annulé tout résidu bactérien ou viral.

Les premières analyses de l'Istituto Superiore di Sanità, demandées par le Dr Silvano Zancaner, spécialiste en médecine légale de l'Université de Padoue, ont indiqué que la méningite était la cause du décès puisque le génome du méningocoque avait été trouvé dans un échantillon de tissu envoyé .
Il a été facile pour le Dr Miedico de réfuter ces analyses et de demander officiellement, au nom de la famille, de poursuivre l'enquête.
Le rapport du Dr Miedico a montré que le tractus génomique détecté par l'Istituto Superiore di Sanità était trop "petit" pour permettre l'identification du méningocoque.
Pour la famille, c'était une véritable moquerie de l'État, pas la dernière malheureusement.

Enfin, le dernier résultat de l'autopsie, arrivé après 9 mois d'investigations médico-scientifiques, de l'Istituto Superiore di Sanità, a mis en évidence la présence du génome du virus Schwarz dans les tissus cérébraux du petit émilien.
Le vaccin MPR Morupar, en ce qui concerne la composante rougeole, a été produit en atténuant le virus de la rougeole vivant, en particulier le virus Schwarz. Les analyses ont confirmé le typage du virus vaccinal.

Une autopsie est arrivée 9 mois après la mort d'Emiliano Rapposelli, qui a "certifié" le lien de causalité entre l'inoculation du vaccin MPR et la mort.

Le GIP du tribunal de Padoue a demandé un nouveau rapport d'expert et a chargé le Dr Benciolini, il a définitivement confirmé le lien entre le MPR et la mort, "exonérant" cependant le personnel de santé qui avait pratiqué la vaccination ", n'étant pas anormal" réaction prévisible ": même si la famille avait informé la santé de l'enfant, elle n'aurait pas pu la prévoir ...

En 2006, la Commission médicale hospitalière - qui pour la loi 210/92 est effectuée par le secteur militaire dans un hôpital militaire - reconnaît le décès dû aux vaccinations.

Mais cette mort n'apparaît pas dans les rapports suivants de Green Channel.


La famille Rapposelli ainsi que d'autres familles vénitiennes ont tenté de communiquer la mort de leurs enfants à Canale Verde. Corvelva, soutenant les familles directement ou indirectement, tente depuis des années de pousser les forces politiques à faire entrer des morts sur le canal vert et Ferdinando Donolato, président Corvelva, a récemment remis au commissaire Coletto une autopsie du petit Emiliano au conseiller Coletto la documentation attestant du lien de causalité entre le MPR et le décès, une documentation composée de preuves scientifiques et non le résultat de la seule "vérité procédurale".


La réponse la plus courante que Canale Verde a donnée aux familles demandant l'insertion statistique du décès - familles déjà certifiées par la loi 210/92, déjà indemnisées, aucun autre supplément n'est versé si elles sont présentes sur ces canaux de pharmacovigilance - a toujours été catégorique: le premier rapport que l'ULSS compétent envoie à Canale Verde est le seul scientifiquement correct, ceci indépendamment du fait que les preuves scientifiques et objectives arrivent par la suite et que le ministère de la Santé reconnaisse la corrélation entre les dommages / décès et la vaccination, donc indépendamment dans l'ensemble, si la première réponse était une corrélation NON, le «cas» ne sera jamais signalé dans les rapports de Green Channel.

La famille Rapposelli ne s'est jamais arrêtée, elle nous a expliqué lors de l'entretien comment elle a toujours essayé de faire avancer la politique régionale sans succès. Sara, la mère d'Emiliano, nous raconte des courriels envoyés au conseiller Coletto en août 2017 avec la documentation concernant le cas d'Emiliano. De 2003 à 2017, 14 ans après la mort d'Emiliano, la famille Rapposelli s'est battue pour voir la mort de leur enfant reconnue par Canale Verde et la région de Vénétie et ce, par respect pour Emiliano. Mais nous, parents qui luttons aujourd'hui pour notre liberté de vaccination, ne pouvons ignorer que sa bataille est aussi notre bataille.

Merci Sara, de Corvelva, Ferdinando Donolato et plus de 35.000 XNUMX Vénitiens