Faisons le point...

"J'ai eu tous les vaccins quand j'étais enfant"

"J'ai eu tous les vaccins quand j'étais enfant"

Avec cette phrase, la question de la vaccination est souvent écartée comme pour se donner bonne conscience pour revenir à ce qui est communément considéré comme « normal », mais avez-vous déjà réalisé le nombre de doses offertes à un enfant né en 1980 et à un né en 2023 ?

Ci-dessous, vous pouvez voir l'offre de vaccination dans la tranche d'âge 0-18 ans en 1980 par rapport à celle proposée aujourd'hui avec le nouveau Plan National de Vaccination 2023-2025.(1)

Comparaison des calendriers vaccinaux nés en 1980 et nés en 2023

Une plongée dans les années 80

Essayons de faire preuve d'empathie : nous sommes de nouvelles mamans ou de nouveaux pères et nous vivons dans les fantastiques années 1980. Lors de la première visite de deux mois de votre enfant, le pédiatre vous proposera deux vaccins obligatoires : Diphtérie-Tétanos et anti-polio oral. Sabine. Cette formule, un inoculum et un vaccin oral, devra être répétée encore trois fois : à 4 mois, vers un an et enfin entre 5 et 7 ans.
Avec ces vaccins uniques vous êtes considérés comme de « bons parents » : 3 inoculations et 4 administrations orales pour un total de 10 doses de 0 à 7 ans et ce jusqu'en 1992, lorsque le ministre de la Santé, Francesco De Lorenzo, après avoir empoché un pot-de-vin de 600 millions de lires de Glaxo, rendit également obligatoire le vaccin contre l'hépatite B... mais c'est un autre chapitre.

En 1980 également, si l'on voulait aller au-delà des vaccins obligatoires, peu d'options s'offraient à nous : dès l'âge d'un an, on pouvait se faire administrer une dose unique de vaccin contre la rougeole, un vaccin monovalent aujourd'hui disparu du marché. , et pour les filles un vaccin contre la rubéole qui était souvent administré à l'école, avec le consentement des parents, en cinquième année primaire ou en première année du cycle secondaire (cinquième ou sixième année).

Attention : avoir contracté la maladie vous a naturellement dispensé de la vaccination contre la rougeole et la rubéole, nous faisons donc l'hypothèse d'une prophylaxie vaccinale complète pour un enfant né en 1980 et n'ayant contracté aucune maladie exanthémateuse.


Venons-en maintenant à ceux nés en 2023 

Avec le nouveau Plan national de vaccination 2023-2025, nous commençons par l'hépatite B à la naissance pour certaines catégories particulières d'enfants et commençons immédiatement après par l'hexavalent (diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, Haemophilus influenzae B et hépatite B) à l'âge de 60 ans. jours de la vie. Vous devrez le répéter encore deux fois, une fois à 4 mois et une fois à 10 mois et en co-administration avec le vaccin antipneumococcique, toujours 3 doses totales espacées comme ci-dessus. Gratuit et en association avec le Pneumocoque, le vaccin contre le Méningocoque B est souvent co-administré, toujours en 3 doses et toujours dans les 10 mois de la vie, auquel s'ajoute le vaccin oral contre le Rotavirus à administrer en 2 ou 3 vaccinations (selon sur le produit choisi si 2 ou 3).

À partir de 12 mois, il y a obligatoirement le vaccin quadrivalent MPRV (Rougeole-Rubéole-Oreillons-Varicelle) et comme ils sont doux, ils ajoutent également le vaccin méningococcique ACWY. 

Au milieu de cette succession incessante, à partir du sixième mois de vie, on commence par la vaccination contre la grippe et celle-ci est recommandée comme annuelle donc elle se poursuit toute la vie.

À partir de 5 ans, on vous proposera la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et la poliomyélite et l'autorité sanitaire locale décidera de les séparer ou de les combiner, c'est-à-dire DTC + Polio ou DTC avec Polio séparés dans un seul vaccin. Il y a évidemment le deuxième rappel du vaccin RORV et finalement on arrête un petit moment, à moins de se faire vacciner annuellement contre la grippe.

Dès l'âge de 12 ans on commence par le vaccin contre le Virus du Papillome mais attention, si vous démarrez correctement ce n'est que 2 doses, s'il est retardé c'est 3 doses auxquelles s'ajoute le rappel Diphtérie, Tétanos, Coqueluche et Poliomyélite . C'est également dans cette phase que se terminent les rappels de Meningococcus ACWY et Meningococcus B.

Un enfant né en 1980, de 0 à 18 ans il a reçu 14 doses en 9 ou 10 vaccinations et il était considéré comme l’un des super vaccinés.  
Un enfant né en 2023, de 0 à 18 ans il donnera au moins 60 doses en 37 vaccinations et nous excluons les situations épidémiques anormales, voir Covid19, et les futurs vaccins qu’elles mettront en œuvre.

Des associations comme Corvelva sont nées dans les années 90 en réponse à l’augmentation des obligations vaccinales, à la sous-estimation systématique des effets indésirables et au déni constant des dommages causés par les vaccins, tant par le corps médical que par l’État. Avec l’augmentation du calendrier de vaccination proposé aux enfants, ces trois problèmes fondamentaux contre lesquels nous luttons depuis des années ont augmenté de façon exponentielle, aboutissant à notre avis à une situation insoutenable.
Pour vous donner un exemple : si en 2006 le vaccin Morupar (rougeole-oreillons-rubéole) était retiré du marché(2) après de nombreux effets indésirables signalés (officiellement 5 mais ce n'était que la pointe de l'iceberg), ce phénomène est aujourd'hui quasiment impossible.
Et encore une fois, si jusqu’à la fin des années 90 et dans la première décennie des années 2000, la loi sur l’indemnisation des dommages causés par les vaccins était quelque chose de compliqué mais possible à réaliser, elle est aujourd’hui lettre morte.

Nous vous recommandons également de lire...

Corvelva

Publiez le module Menu en position "offcanvas". Ici, vous pouvez également publier d'autres modules.
Pour en savoir plus.