Appel urgent à l'action: attentat à la bombe au Sénat

Appel urgent à l'action: attentat à la bombe au Sénat
(Temps de lecture: 4-7 minutes)

S'opposer au décret-loi 44 sur l'obligation de vaccination du personnel de santé

Nous vous invitons à envoyer un texte de dissidence motivée concernant cette dernière imposition aux adresses électroniques indiquées ci-dessous.

Faisons-nous entendre nombreux!


OBJET: DÉCRET LOI 44 du 1er avril 2021

Après une analyse minutieuse de la DL44, qui a introduit l'obligation de vaccination Covid19 pour les travailleurs du secteur de la santé, nous souhaitons résumer ci-dessous les points critiques les plus évidents, avec l'espoir que vous souhaitiez les prendre en compte dans l'évaluation et la discussion d'une loi. que tel qu'il est écrit aujourd'hui, il semble être complètement inconstitutionnel et sans aucune base scientifique.

1. Efficacité des vaccins

L'obligation légale qui oblige le personnel de santé à vacciner Covid19 est justifiée afin de protéger la santé publique et de fournir des garanties de sécurité dans l'exercice de leurs fonctions. Cependant, nous tenons à souligner que tous les vaccins Covid19 actuellement sur le marché ne garantissent pas une efficacité à 100%. Pour la souche Sars-Cov-2 d'origine, la couverture peut être loin de cet objectif, s'établissant autour de 59,5% (Vaxzevria) ou 66,1% (Janssen). Quant aux variants circulant actuellement dans notre pays (86% des cas), les vaccins Pfizer et Moderna, selon l'ISS, ont une activité neutralisante réduite, étant donc totalement inadaptés à l'usage auquel ils sont destinés. Pensez à des pays comme la Serbie et le Chili où, même avec un pourcentage très élevé de la population vaccinée, de nouveaux verrouillages ont été utilisés pour contenir le nombre élevé d'infections.

2. Possibilité de transmission malgré la vaccination

L'ISS, ainsi que le CDC américain, rapportent que les personnes vaccinées doivent continuer à observer toutes les mesures de prévention car on ne sait pas encore si la vaccination est efficace pour prévenir l'acquisition de l'infection et / ou sa transmission à autrui. donc incompréhensible une obligation réglementaire afin de protéger les patients de la contagion. Il n'y a aucune certitude que les vaccins bloquent la transmission, on ne sait pas quel groupe de population soutient la circulation du virus et la durée de la protection après la vaccination n'est pas connue. Le Conseil d'Etat français a décidé il y a quelques jours que "les personnes vaccinées peuvent être porteuses du virus et contribuer à sa propagation dans des proportions inconnues aujourd'hui". En confirmation de ce qui a été écrit, il y a plusieurs rapports récents de personnes infectées dans des contextes fermés et entièrement vaccinés (par exemple RSA).

3. Consentement éclairé

La DL44 prévoit des délais très serrés pour la suspension du travailleur qui ne respecte pas l'obligation de vaccination, contrairement à la loi 219/2017 qui réglemente le consentement éclairé. Ainsi, il manque un droit fondamental du patient (qui dans ce cas précis est également un agent de santé et qui, devant appliquer ce principe lorsqu'il travaille avec ses propres patients, a parfaitement le droit de le voir reconnu lorsqu'il est lui-même partie à le litige) et va nuire à la relation de confiance entre le patient et le médecin ainsi qu'à saper l'autonomie décisionnelle des deux. En fait, il supprime le temps de communication entre le médecin et le patient, qui doit, par la loi, être considéré comme un temps de traitement et par conséquent garanti, encore plus s'il s'agissait d'un traitement de santé obligatoire.

4. Sécurité des vaccins

Les vaccins actuellement sur le marché sont en outre des médicaments contrôlés, autorisés à titre exceptionnel, dont l'innocuité et l'efficacité réelles ne seront démontrées que dans quelques années. Les rendre obligatoires par la loi est donc un choix de politique de santé qui laisse divers doutes de sécurité pour le destinataire et de justesse morale de la part du législateur. A titre d'exemple, nous citons le cas du vaccin Astrazeneca / Vaxzevria, actuellement suspendu dans divers pays européens ou indiqué pour des tranches d'âge souvent diamétralement opposées (autorisation EMA obtenue pour une utilisation jusqu'à 55 ans; AIFA: extension jusqu'à 65 ans; Allemagne : ne doit pas être utilisé sous 60 ans; France: non utilisé sous 55 ans; Canada: non utilisé sous 55 ans).

Comment les citoyens italiens de moins de 55 ans peuvent-ils être soumis à l'obligation d'un vaccin qui, dans de nombreux autres pays, est interdit pour leur même tranche d'âge?

Nous attirons également l'attention sur les effets indésirables graves ou les décès enregistrés par exemple par la Norvège, en rappelant que, comme on le sait, les déclarations spontanées ne représentent qu'un faible pourcentage de ce qui se passe dans la réalité:

  • Pfizer: 123 morts et 196 graves (1 en 1865)
  • Moderne: 3 décès et 14 graves (1 sur 2316)
  • Astrazeneca: 6 morts et 137 graves (1 sur 936)

5. Seul pays avec obligation de vaccination Covid19

Avec ce décret-loi, l'Italie deviendrait le seul pays au monde à introduire une obligation de vaccination contre le COVID-19, bien que les données de vaccination du personnel de santé soient alignées lorsqu'elles ne sont pas supérieures à celles des autres pays européens. De plus, l'obligation est en contraste frappant avec ce qui a été approuvé par le Conseil de l'Europe le 28 janvier dernier, selon lequel "les Etats ne doivent rendre la vaccination contre Covid obligatoire pour personne et du moins pour le moment ils ne doivent pas utiliser les certificats de vaccination comme passeports" et souligne que personne ne sera victime de discrimination s'il n'est pas vacciné.

La Résolution du Sénat n ° 1 (6-00154) (2 décembre 2020) engage également le Gouvernement à ne pas introduire d'obligations de vaccination conformément au principe de la liberté de choix des citoyens.

6. Règle discriminatoire et difficile à appliquer

Comme indiqué, ce texte de loi présente au moins trois points critiques forts qui rendent son application difficile et éventuellement discriminatoire:

  • La relocalisation du travailleur à d'autres tâches est laissée à l'employeur «dans la mesure du possible» et si ce dernier ne l'estime pas possible, elle entraînera la suspension sans rémunération du travailleur. La discrétion de l'employeur entraînera inévitablement une pluie d'appels devant le tribunal du travail.
  • Les familles les plus riches pourront assumer la suspension non rémunérée (prévue jusqu'au 31 décembre 2021 au plus tard), contournant ainsi l'obligation et ne l'appliquant qu'aux familles économiquement plus faibles, à revenu unique ou dont les deux conjoints travaillent dans le secteur de la santé, en introduisant une discrimination entre les sujets concernés par la loi sur la base du revenu;
  • La suspension du personnel de santé peut évidemment avoir un impact négatif sur le fonctionnement du secteur, déjà tragiquement éprouvé par les coupes structurelles qui ont eu lieu au fil des ans et conduire à la pénalisation de milliers de professionnels qui ont travaillé avec un maximum d'efforts au cours des douze dernières. mois.

Sûr que vous pourrez prendre en considération ce qui est écrit ci-dessus, nous espérons que l'objectif du législateur est toujours la protection du citoyen et non l'inclusion de règles pénalisantes sans aucune garantie d'efficacité.


  • COMMISSION DES AFFAIRES CONSTITUTIONNELLES:
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.
  • COMMISSION SANTÉ ET HYGIÈNE
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.
  • MINISTRE HOPE
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.
  • CAPIGROUPE DE CHAMBRE ET SÉNAT
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.
  • PRÉSIDENTS DU PRÉSIDENT ET DU SÉNAT
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.
  • EUROPARLEMENT
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs. Vous devez activer Javascript pour la voir.;