Deux poids et deux mesures sur les droits des enfants? Lettre au courrier

Deux poids et deux mesures sur les droits des enfants? Lettre au courrier

email envoyé au rédacteur en chef de Corriere della Sera - Testo envoyé comme "lettres à la rédaction"

J'écris après avoir lu les propos d'Alberto Villani, président du SIP, publiés dans votre article du 4 février 2020, concernant l'alarmisme déclenché par le coronavirus et sa propagation - pourtant très limitée en Italie.
Le distingué Villani s'est exprimé sur les mérites de la "psychose à coronavirus" qui entraîne des suggestions et des épisodes de marginalisation à l'égard des enfants de nationalité chinoise.
Le professionnel estimé a été lancé sans crainte pour défendre droit à l'inclusion, de la nécessité de protéger les enfants en présence d'un rischio (seulement) théorique ce qui ne justifierait pas, selon lui, l'exclusion des enfants des écoles. "Les enfants seraient injustement blessés pour un risque théorique", a-t-il jugé.

Ce que je voudrais souligner, c'est que le même Villani était un grand défenseur de la loi sur l'obligation de vaccination, legge qui prévoit l'exclusion permanente, des structures éducatives, de dizaines de milliers d'enfants sains non vaccinés.

courrier villani
Un enfant non vacciné est-il malade? Non, c'est simplement un enfant en bonne santé qui n'a pas pris de médicament préventif. Il n'est pas malade et il n'est pas graisseur. Plus de risque théorique que cela, je ne sais vraiment pas ce qu'il pourrait y avoir.
Maintenant je me pose la question mais surtout je vous demande: où est la cohérence? Tous ces champions de l'inclusion où ils étaient hier et où ils se trouvent alors que des dizaines de milliers de familles demandent les mêmes droits et les mêmes attentions sociales à leurs enfants?

Cher Villani, si "Les ASL sont capables de prévenir les situations dangereuses dans l'œuf" et si "cela arrive périodiquement pour la tuberculose et la méningite", pouvez-vous s'il vous plaît, avec la cohérence qui le distingue, nous expliquer comment le même raisonnement NE PEUT PAS s'appliquer aux enfants (italien, étranger, peu importe), en bonne santé, qui ne peuvent pas assister à la leurs écoles? Des enfants qui, du jour au lendemain, par dizaines de milliers, ont dû laisser des environnements à leurs familles, amis, compagnons, enseignants, comme pestiférés, sous l'éloge d'institutions comme celle que vous représentez?
Je demande au nom de l'autorité qui y est reconnue. N'est-il pas vrai que la seule différence est la disponibilité d'un vaccin? Et que cela s'applique au coronavirus, autant qu'à toutes les autres dizaines de maladies - bactériennes et virales - qui sont toujours et toujours courantes dans la population pédiatrique italienne? maladies infantiles typiques pour lesquelles il n'y a pas de vaccin ...

Où est la cohérence dans tout cela? Pourquoi personne ne se lève pour protéger les droits des enfants lorsque la discrimination affecte ceux qui n'ont pas subi 10 vaccins? La psychose à coronavirus devrait (à juste titre) être évitée, à la place la novose-psychose, créée et exploitée exprès, d'accord? La chasse chinoise est un risque social, la chasse novax est-elle bonne pour tout le monde? Dans quel intérêt?

Nassim Langrudi - Association Corvelva Aps